Collectif des Mal-Logés en Colère ! : Archives

Avertir le modérateur

jeudi, 25 juin 2009

Des Mal-logés interpellent APPARU : Occupation de l'EPF

borloo.jpg Occupation de l’Etablissement Public Foncier d’Ile de France

 

Cinq ans après, de retour au Logement, Jean Louis Borloo a des comptes à rendre aux mal logés.

 

Le collectif des Mal Logés en Colère à occupé depuis ce matin jusqu'en fin d'après midi, l’Etablissement Public Foncier d’Ile de France, rattaché au Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Aménagement du Territoire, dont dépendent désormais les décisions en matière de logement social. C’est à l’EPF Ile De France que se définissent et se financent les priorités pour le foncier disponible.

 

L’éphémère Ministère du Logement a donc fait son temps : Christine Boutin, finalement n’aura rien inventé juste amplifié quelques grandes tendances : destruction du logement social par tous les moyens, démolitions de HLM, ventes au privé, instauration de baux de plus en plus précaires et détournement des fonds destinés initialement à construire du logement bon marché vers l’accession à la propriété et des subventions de plus en plus nombreuses aux propriétaires privés.

 

C’est donc Jean Louis Borloo qui à nouveau se voit investi de la compétence sur le logement social par l’intermédiaire d’un Secrétariat d’Etat dévolu à Besnoit Apparu, et rattaché à son Ministère.

 

Lors de son précédent mandat de Ministre chargé de la Cohésion Sociale, Borloo déclarait avec assurance que ses réformes permettraient de mettre un terme à la crise du logement quelques années plus tard.

 

Quelques années plus tard, nous, mal logés toujours plus nombreux et toujours plus en colère, sommes donc venus à l’EPF demander des comptes sur ces déclarations optimistes qui coïncidaient avec la mise en place de l’ANRU, et la démolition de centaines de milliers de logements existants.

 

En Ile de France, la situation était déjà catastrophique, elle n’a cessé d’empirer : les établissements publics chargés de mettre en œuvre l’aménagement du territoire cautionnent la réservation du foncier bien situé aux complexes de bureaux et d’entreprises : aux portes de Paris, qu’il s’agisse des programmes prévus dans l’Est , ou au Sud, les terrains libres dans les quartiers populaires de Paris et la petite Couronne y sont dévolus , et la construction de vrais logements sociaux y est purement symbolique, si l’on en retire les PLS accessibles uniquement aux plafonds les plus élevés et dont les loyers sont de plus en plus hauts.

Et l’exil des quartiers populaires est bien la seule mise en œuvre de la fameuse mixité sociale tant vantée.

 

L’occupation de l’EFP Ile de France , géré conjointement par l’Etat et les collectivités locales et compétent dans les choix d’aménagement du territoire francilien vise donc à rappeler à Mr Borloo, que nous ne nous contenterons pas, en matière de logement social, des Grenelle et des anticipations optimistes sans suite.

 

 

UN LOGEMENT POUR TOUS, TOUT DE SUITE

 

18:23 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : apparu, borloo, secretariat d'état au logement; collectif des mal logés, dalo | | |  Facebook

dimanche, 07 juin 2009

Occupation de la DIDOL: une offre de logements, où ça ?

dscf3671.jpgVendredi 5 juin, la délégation interministérielle pour le développement de l'Offre de Logements a été occupée une bonne partie de la journée, par une centaine de membres du Collectif Mal Logés en Colère: nous étions venus demander des comptes à cette délégation, née en 2005.


Car , manifestement, sa mission est un échec total, dans la mesure, ou le nombre de logements accessibles et bon marché se réduit chaque année comme une peau de chagrin.


Voici le communiqué diffusé sur place et quelques photos


__________________________________________________

 

dscf3662.jpgLes mal logés en Colère sont aujourd’hui venus rendre une visite collective à la Délégation Interministérielle pour le Développement de l’Offre de Logements, au 78 rue Lecourbe dans le 15ème arrondissement

La DIDOL a été crée en 2005, au moment où par ailleurs le gouvernement et l’ANRU démolissaient des centaines de milliers de logements sociaux.




Il y a encore dix ans, il n’y avait pas de DIDOL : l’offre de logements se séparait en deux. Des logements privés d’un côté, des HLM de l’autre.



Aujourd’hui l’offre de logements a connu une inflation sans précédent : celles des sigles.



Désormais, le logement social, le vrai est réduit à sa portion congrue : et les crédits budgétaires qui lui sont affectés servent en partie à alimenter des dispositifs de logements précaires ( Louez Solidaires, Solibail, résidences sociales, maisons relais ) ou de l’accession « solidaire » à la propriété, derrière laquelle se cache , soit la vente de logements sociaux, soit des dispositifs comme l’usufruit social qui permettent à des gros propriétaires et des promoteurs d’être subventionnés et exonérés d’impôts en mettant leurs logements temporairement à disposition des bailleurs sociaux.

dscf3647.jpg

 



Le lancement incessant de nouveaux dispositifs, qui donnent lieu à des communiqués triomphants du Ministère du Logement, même quand le nombre de logements réellement mis à disposition est symbolique cache une réalité toute autre : entre les démolitions, les logements intermédiaires où à loyers libres développés par les bailleurs sociaux au détriment des vrais HLM accessibles aux bas revenus, l’offre réelle de logements accessibles se réduit comme une peau de chagrin.



Quand le gouvernement annonce une hausse de la construction et de la mise sur le marché de logements très sociaux pour cette année, il oublie de préciser que les foyers et les hébergements temporaires sont inclus dans ces chiffres, ainsi que les logements qui ne font que remplacer ceux qui ont été démolis.



Nous sommes donc venus des comptes à la DIDOL : en l’occurrence, ceux des vrais logements sociaux, avec un vrai bail, qui sont aujourd’hui accessible à ceux qui constituent au moins quatre vingt pour cent des demandeurs de logements, c'est-à-dire tous ceux qui gagnent le SMIC ou moins.

UN LOGEMENT POUR TOUS! TOUT DE SUITE !



dscf3655.jpg

 

19:33 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : boutin, collectif, mal logés, hlm, didol, logement social | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu