Collectif des Mal-Logés en Colère ! : Archives

Avertir le modérateur

vendredi, 29 octobre 2010

Budget 2011: les mal logés occupent la CNAF

C'est encore une goutte d'eau en moins dans un vase de plus en plus vide , celui du budget consacré à l'accès au logement des personnes aux revenus modestes: la loi de financement de la sécurité sociale 2001 prévoit la disparition de la rétroactivité à trois mois de l'allocation logement, dont les critères et le montant n'ont cessé d'être restreints ces dernières années.

Nous étions donc une centaine de demandeurs de logement et de locataires HLM à l'occupation surprise du siège national de la CNAF ce matin, pour montrer qu'aucune régression supplémentaire n'aura lieu sans réaction des concernés.

Nous étions là aussi pour dire stop aux multiples prétextes inventés pour couper ou refuser les allocations : la suroccupation, qui légalement donne droit à un relogement, l'insalubrité notamment dans les hôtels pourris aboutissent désormais à la suppression de l'APL, et les CAF qui n'ont pas assez de personnel pour traiter les dossiers, en trouvent sans problème pour organiser des campagnes de contrôle massives contre les mal logés !

L'informatisation de nos dossiers, et les échanges de données entre administrations censées faciliter l'accès à nos droits donnent de fait lieu à d'étranges coincidences: ainsi depuis la création du fichier DALO, comportant l'ensemble des informations relatives à la situation locative des concernés, et accessible pour la CAF, les contrôles ont tendance à augmenter , justement pour les personnes reconnues en suroccupation...

Nous avons manifesté plusieurs heures au siège national , et obtenu l'engagement de la direction nationale d'un rendez-vous la semaine prochaine, ou des réponses nous seront apportées notamment sur ce fichier.

Ils détruisent le logement social pierre par pierre: mal logés et locataires, nous ne les laisserons pas faire !

UN LOGEMENT POUR TOUS MAINTENANT

 
Budget 2011 : le logement social détruit pierre par pierre

Ci dessous le communiqué diffusé sur place

Réforme de l’APL, une attaque de plus contre les mal-logés


A la rentrée, le gouvernement retirait son projet contre les étudiants des familles modestes, qui visait à obliger leurs parents à renoncer à la demi part fiscale si leur enfant demandait l’APL.

Pour de nombreux mal logés, notamment ceux qui vivent en suroccupation, ce retrait a été un grand soulagement : en effet, l’appoint de l’APL est ce qui permet à beaucoup de faire des études dans de bonnes conditions de travail.

Mais ce qui a été rendu d’une main est aujourd’hui en passe d’être repris de l’autre : le budget 2011 prévoit la suppression de la rétroactivité de l’allocation logement, c'est-à-dire de percevoir trois mensualités précédant la demande.

Cela s’ajoute à des contrôles CAF spécifiquement dirigés contre les mal logés en constante augmentation, et qui aboutissent à la suppression des allocations logement, lorsque le logement est trop petit pour la composition familiale. Mais aussi à la suppression de ces mêmes allocations aux mal logés locataires dans des hôtels insalubres et dangereux : depuis 2005, ce sont les victimes des marchands de sommeil hoteliers qui sont punies, puisqu’elles se voient retirer leurs aides et payent le loyer plein pot alors qu’aucune proposition de relogement convenable ne leur est faite dans l’immense majorité des cas.

Nous allons donc nous battre pour le retrait de cette nouvelle restriction de nos droits, car c’est aussi un symbole de la destruction par tous les moyens du financement public du droit au logement pour tous ceux qui n’ont pas les moyens d’être propriétaires.

Aujourd’hui, même les bailleurs sociaux fixent des conditions de solvabilité drastiques pour l’attribution de leurs logements : les précaires en CDD, en intérim , à temps partiel notamment voient leurs dossiers écartés à cause de l’incertitude permanente qui pèse sur leur niveau de ressources. C’est évidemment pire dans le privé.

L’allocation logement, son niveau comme sa rapidité d’attribution sont donc une protection essentielle pour les ménages aux revenus modestes Le retard permanent dans le traitement des dossiers et l’allongement des délais pour le versement de la prestation constitue une source de difficultés financières et sociales très importantes : de nombreux ménages ont déjà des dettes de loyer quelques mois après leur entrée dans un logement à cause de ces retards.

Ces  économies sur le dos des travailleurs et des familles pauvres seront donc une nouvelle pierre au mur qui empêche des millions de personnes d’accéder à un logement décent.

Nous manifestons aujourd’hui au siège de la CNAF pour obtenir leur retrait

 

16:17 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : apl, apparu, cnaf, allocation, mal-logés, budget 2011, sécurité sociale | | |  Facebook

jeudi, 14 octobre 2010

Benoist Apparu annule son déjeuner pour éviter les mal logés

Benoist Apparu , le Ministre du Logement qui ne veut pas voir les mal logés...

Le Secrétaire d'Etat au Logement devait participer aujourd'hui à un déjeuner débat avec des investisseurs immobiliers de l'association " Des Pierres et des Hommes", déjeuner organisé dans un restaurant du 1er arrondissement, " Le Carré des Feuillants".

Le Collectif des Mal Logés en Colère était présent en nombre, puisque les demandeurs de logement social eux n'ont pas d'occasion de débattre avec leur Ministre.  Et pourtant, entre la baisse du budget du logement social, la ponction étatique sur les fonds des bailleurs sociaux, la réforme de l'APL et sa diminution annoncée, le nombre de mal logés sans aucune solution ne va faire que grandir.

Mais au Secrétariat d'Etat, on continue la politique de l'autruche: Benoist Apparu a annulé sa venue.

Nous continuerons pour notre part, invités ou pas,  à être présents là ou se prennent les décisions qui nous concernent, celles qui nous maintiennent dans le mal logement.

Ci dessous le communiqué diffusé sur place :

Les Mal-Logés coupent l'appétit de Benoist Apparu
envoyé par HLMPOURTOUS.

TOUS PROPRIETAIRES, TOUS ENDETTES, TOUS MAL LOGES ?

Le budget 20011 est une nouvelle régression pour le logement social: le montant global de l'investissement consacré à la construction de nouveaux logements passe de 610 millions d'euros à 500 millions d'euros..

Dans le même temps, l'Etat a décidé de prélever trois cent millions d'euros sur le budget des organismes HLM. Cette somme s'ajoute à celles prélevées pour le financement de l'Agence Nationale de Rénovation Urbaine sur les fonds du 1% et va tout simplement réduire quasiment à néant la construction de logements à bon marché par les collecteurs du 1%.

Dans ce contexte, le choix de Nicolas Sarkozy, de Jean Louis Borloo et de Benoist Apparu de faire leur communication de rentrée sur l'accession à la propriété, dont les crédits sont revus une nouvelle fois à la hausse ne signifie rien d'autre que le refus assumé de ne pas prendre en compte les besoins réels en matière de logement de la majorité des salariés, des précaires, et de tous ceux qui ont des revenus modestes.

Le prêt à taux zéro étendu , d'un cout évalué à 2, 5 milliard d'euros va représenter le tiers du budget logement total de l'Etat.

Désormais non soumis à des conditions de ressources, il va donc profiter à une partie de la population qui n'a pas de difficultés particulières à se loger. Il ne changera par contre rien du tout, pour tous ceux qui sont exclus de l'accès au crédit bancaire: la plupart des précaires, les millions de chômeurs et tous ceux dont les ressources sont trop faibles ou trop instables.

Pour les mal logés et les demandeurs de logement social, cette nouvelle mesure est une pierre de plus au mur qui les empêche d'accéder à un logement décent : elle s'ajoute à la vente des logements sociaux existants, aux destructions de HLM par centaines de milliers effectuées par l'ANRU ces dernières années, à l'augmentation permanente des loyers du privés que peuvent se permettre les propriétaires face à la pénurie de logements sociaux. Elle s'ajoute au pillage des cotisations salariales du 1% logement.

Nous ne nous contenterons pas de la loi DALO, une loi qui restreint les critères d'accès prioritaires au logement social, et ne produit même pour ceux qui correspondent à ces critères, qu'un droit virtuel inscrit dans des décisions de justice non respectées.

Nous ne sommes pas propriétaires, nous sommes demandeurs de logement social : mais Benoist Apparu est ministre du Logement, et à ce titre il doit faire en sorte que notre droit soit respecté. Nous sommes là pour le lui rappeler.

Un logement pour tous, des loyers adaptés à nos ressources, maintenant !

16:13 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : benoist apparu, prêt à taux zéro, logement social, loi scellier, accession à la propriété, dalo, sru | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu