Collectif des Mal-Logés en Colère ! : Archives

Avertir le modérateur

dimanche, 08 mai 2011

Quand Bertrand Delanoé fuit le Printemps parisien

Ce week end au 104, rue d’Aubervilliers, se tenait une grande conférence sur le « printemps arabe », et les luttes sociales en Tunisie et en Egypte, à laquelle devait notamment participer le maire de Paris, Bertrand Delanöe.

Nous sommes venus à une soixantaine de mal-logés parisiens : nous avions pensé que Bertrand Delanöe serait plus réceptif à nos revendications , vu le thème du débat. Les dernières fois ou nous sommes venus à sa rencontre, en effet, nous avons été confrontés aux forces de l’ordre.

Nous nous sommes présentés au 104 comme tout le monde, sans banderoles, sans tracts, et sans slogans : cependant, dès notre entrée, la sécurité s’est affolée, et alors que nous faisions la queue pour entrer dans la salle du débat, la direction a ordonné aux vigiles de poser des barrières et de nous barrer l’accès.

Face à la violence , nous avons répondu par la manifestation, devant le public du 104, majoritairement ébahi de voir le tri pratiqué à l’entrée d’un débat ou l’on annonçait une discussion sur des luttes sociales.

Et ce d’autant plus que la salle était à moitié vide, rendant ridicule le discours de la direction, qui prétextait une trop forte affluence.

Finalement, le maire a annulé sa venue, tandis que le cabinet du maire négociait un rendez-vous avec le collectif…. Pourtant nous n’exigeons que des logements et de pouvoir mener une vie décente sans le cauchemar quotidien du mal-logement.

Et la direction du musée du 104, rue d’Aubervilliers qui se vante d’avoir choisi un quartier populaire pour implanter son équipement culturel ne pourra pas empêcher les habitants de ce quartier d’y venir quand bon leur semble.

Le printemps, c’est pour tout le monde, à Paris comme à Tunis.

Un logement pour tous, maintenant !


19:43 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : delanoé, tunisie, mal-logement, 104, aubervilliers, printemps-arabe, paris-en-toutes-lettres | | |  Facebook

jeudi, 05 mai 2011

LOGIREP : Les "vrais-faux" logements sociaux de Levallois-Perret se multiplient

Une centaine de demandeurs de logement ont occupé bruyamment la mairie de Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine avant d’en être évacués par les forces de l’ordre.

Nous sommes venus dénoncer les faux logements sociaux que la commune et le bailleur social LOGIREP construisent en lieu et place de vrais HLM accessibles à tous.

Dans un département qui compte 100 000 demandeurs de logement, dans une ville qui a les terrains nécessaires, les élus , au lieu de répondre aux besoins , utilisent le dispositif d’Usufruit Locatif Social pour réaliser des programmes de standing : plus de 200 logements, dont 80 déjà construits sont concernés à Levallois.

Ces logements appartiennent à des investisseurs privés , qui les sous louent pendant quinze ans à un bailleur social, ce qui leur donne accès à de nombreuses exonérations fiscales , notamment sur l’ISF. Le bailleur social finance une partie de la construction, s’engage à réaliser tous les travaux et la remise en état neuf à l’issue des quinze années. Passé ce délai, les logements reviennent dans le privé et le bailleur social s’engage à reloger les occupants sur son propre parc.

Dans l’intervalle, ces logement publics à durée déterminée sont cependant comptabilisés au titre de la loi SRU, ce qui permet aux mairies concernées de payer moins ou pas d’amendes du tout.

Alors que 70 pour cent des demandeurs de logement ne peuvent accéder qu’aux logements PLA-I et PLUS, les vrais logements sociaux, les appartements en Usufruit Locatif Social ont des loyers du niveau PLS, les plus chers des logements HLM.

Encore une fois, l’argent du logement social est utilisé pour un dispositif qui ne répond en rien à nos besoins, et ce alors que les bailleurs et les élus prétendent ne pas avoir les fonds nécessaires pour construire les logements correspondant à la demande.

Les élus de Levallois présents nous ont indiqué qu’ils estimaient qu’eux et LOGIREP étaient parfaitement légitimes à choisir le type de population qu’ils voulaient accueillir.

Mais un bailleur social n’est pas un promoteur privé et son objectif , celui pour lequel il est financé par l’argent public est bien de répondre aux besoins des salariés et des familles modestes , des précaires et des retraités.

 

La lutte continue !

Des vrais logements sociaux pour tous !

Sur le même sujet voir aussi :

Usufruit Locatif Social des HLM a durée determinée

Usufruit Locatif Social, quand les bailleurs sociaux proposent des niches fiscales

LOGIREP : bailleur social solidaire...des propriétaires


LOGIREP et les vrais-faux logements sociaux de... par HLMPOURTOUS

15:35 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : logirep, sru, usufruit locatif social, hlm, patrck balkany, mal-logement | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu