web analytics

Avertir le modérateur

vendredi, 12 mars 2010

Fin de la trève hivernale: occupation de l'association du Grand Paris

mal-loges-treve-d-hiver.jpg

Une centaine de mal logés ont investi ce vendredi 12 mars le Palais de Tokyo, siège de l'Atelier International du Grand Paris avant d'en être évacués vers 14H par un important dispositif policier.

En cette veille de rupture de la trêve hivernale, le message envoyé par cette évacuation policière reflète parfaitement la position du Secrétaire d'Etat au Logement, Benoit Apparu, qui a déclaré refuser tout arrêt des expulsions, et proposé en guise de solution des "hébergements adaptés" aux mal logés.

Les "hébergements adaptés" nous les connaissons: la rue, les nuits d'hôtel, l'errance de département en département.

Voilà le visage sous lequel le Grand Paris se montre aux demandeurs de logement, celui de la répression, celui du mépris.
Bernard Lemoine, président de l'Atelier International censé dessiner la ville de demain a refusé de nous rencontrer, jugeant sans doute que les centaines de milliers de mal logés franciliens font d'ores et déjà tache dans la métropole dont il rêve.

Mais en cette veille de rupture de la trève hivernale, la lutte des mal logés ne faiblit pas, malgré les conditions de vie de plus en plus difficiles que nous subissons.

Déterminés, solidaires, mobilisés, nous exigeons:

UN LOGEMENT POUR TOUS MAINTENANT !

Le communiqué diffusé sur place:

Les mal logés inaugurent l'Atelier International du Grand Paris.

Nous nous invitons aujourd'hui à l'Atelier International du Grand Paris : chargée de construire le Grand Paris de demain. Cette association installée au Palais de Tokyo, dotée d'un budget conséquent par le gouvernement, sera officiellement inaugurée le 16 avril par Nicolas Sarkozy. Son président Bernard Lemoine vient d'être nommé.

Si nous avançons d'un mois l'ouverture officielle des travaux sur la métropole de demain, c'est qu'en cette veille de rupture officielle de la trêve hivernale des expulsions, nous sommes des centaines de milliers de franciliens mal logés à ne pas pouvoir attendre la réponse à une question fondamentale, urgente et concrète : quelle est la place des demandeurs de logement sociaux en attente dans le Grand Paris ?

Cet hiver, pour des milliers d'entre nous, la trêve hivernale des expulsions n'a existé que sur le papier : les ruptures d'hébergement brutales se sont multipliées, sans solution alternative évidemment. Le Grand Paris, pour les mal-logés, c'est au mieux quelques nuits d'hôtel à l'autre bout de nos départements d'origine, au pire l'errance urbaine sur tout le territoire francilien.

Nous voulons aussi réagir collectivement aux propos de Benoist Apparu qui vient de déclarer qu'un « moratoire sur les expulsions serait un
mauvais signal envoyé aux propriétaires ». Les expulsés, eux devraient se contenter d' « hébergement adapté », selon le Ministre. Pour les
demandeurs de logement, le signal envoyé par le Secrétaire d'Etat est donc très clair également : pas de relogement, pas de solution, la
précarité permanente.

Dans le cadre du Grand Paris, le président, les élus locaux et les architectes parlent beaucoup de l'amélioration des transports, d'équipements de prestiges, de construction de centre d'affaires.
Mais quand les quartiers se transforment, le coût des loyers augmente et les congés pour vente se multiplient. Le prix du foncier augmente aussi, et c'est le prétexte pris par les élus pour dire que la construction immédiate de logements sociaux à la hauteur de la demande
est impossible.

La question du mal logement est reléguée au second plan, voire totalement absente des débats sur le Grand Paris. Comme si finalement, il s'agissait d'une question insoluble, comme s'il fallait de toute façon faire avec, au moins sur le court terme.

Faire avec, pour les concernés, c'est continuer à vivre les expulsions, les taudis, la sur-occupation et l'errance urbaine.

Nous sommes donc venus porter le problème et exiger des vraies solutions. Devant les responsables désignés de la construction du
Grand Paris, notamment pour tous ceux qui seront dehors dès le 15 mars et ceux qui le sont déjà

UN LOGEMENT POUR TOUS MAINTENANT

 

Voir également:

Les mal logés au forum Paris Métropole

Les mal logés en colère s'invitent chez Apparu

18:15 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : expulsions, mal-logés, apparu, manifestation, grand paris | | |  Facebook

vendredi, 15 janvier 2010

Vidéo : Paris Métropole le ton monte entre les Elus et les Mal-logés

Ce jeudi 14 janvier, en pleine campagne électorale des régionales, Anne Hidalgo , première adjointe au Maire de Paris et Jacques Salvator signent en mairie d'Aubervilliers un protocole de coopération entre les deux communes.

Nous étions 80 mal logés en colère à nous être invités une nouvelle fois dans le processus de construction de Paris Métropole. Pendant deux heures, c'est donc dans une mairie occupée très bruyamment, et en présence des forces de l'ordre, que les élus parisiens et albertivillariens tiendront leur réunion, enfermés dans une salle à l'étage.

Le message adressé aux demandeurs de logements sociaux est clair.Les élus d'aujourd'hui  rêvent le Grand Paris de demain débarassé de ses habitants aux revenus modestes, qui osent exiger le minimum : un logement pour tous.

Jacques Salvator, maire d'Aubervilliers tentera de calmer notre colère en nous promettant une réunion tripartite immédiate avec les élus parisiens. Mais ceux-ci, comme à leur habitude, ne tiendront pas leur engagement et s'esquiveront par la petite porte, laissant leur collègue d'aubervilliers affronter seul le collectif.

 

Penaud, le maire d'Aubervilliers proposera de nous recevoir seul, en contradiction avec ses engagements précédents.

Nous avons préféré rester debout et en lutte, plutôt que nous asseoir en face de Monsieur le Maire. A quoi bon puisque les discours ne sont jamais suivis d'actes ?

Le maire d'Aubervilliers nous a déclaré que nous ne gagnerions rien avec nos luttes.

Nous lui avons montré aujourd'hui, qu'en tout cas, le mépris des élus ne nous fera pas perdre notre dignité.

Voir le communiqué diffusé sur place en cliquant ici

 

20:20 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : aubervilliers, anne-hidalgo, logement, pierre-mansat, mal-logés | | |  Facebook

Paris Métropole: le ton monte entre les mal logés et les élus

Le Grand Paris ne se fera pas sans nous, les demandeurs de logements sociaux, les centaines de milliers de Franciliens qui n'ont pas d'autre solution que le HLM pour se loger correctement, sans y laisserune part trop importante de leurs faibles revenus.

A Paris, le 17 décembre dernier, nous étions venus crier notre colère aux élus réunis dans le cadre du premier forum de Paris Métropole.
Nous y avions été confrontés notamment à Jean Yves Le Bouillonnec, député maire de Cachan ( 94) et Pierre Mansat , adjoint de la Ville de
Paris ( 75).

Nous avions obtenu un rendez-vous avec le cabinet Delanoe, auquel Pierre Mansat s'était engagé à participer. Pierre Mansat n'est pas
venu, et Bertrand Delanoe, par l'intermédiaire de sa conseillère chargée du logement nous a fait savoir qu'il estimait faire suffisamment pour le logement social et que nos revendications et nos manifestations étaient donc insupportables et malvenues.

Le collectif des Mal Logés en Colère s’invite aujourd'hui donc en mairie d'Aubervilliers, où doit être signé entre les deux communes un protocole de coopération. Anne Hidalgo, première adjointe au Maire de Paris, chargée de l'Urbanisme, et tête de liste parisienne aux
élections régionales, Pierre Manzat, Jacques Salavator, mais aussi Roger Madec maire du 19ème et Daniel Vaillant maire du 18ème sont
présents.

La coopération entre Paris et Aubervilliers, c'est le remodelage total de tout un pan de l'Est Parisien:Demain, une université, un immense centre commercial, des centaines de milliers de m2 de bureaux , des logements privés vont voir le jour, notamment au bord du Canal Saint Denis.

Sur son site, la Mairie d'Aubervilliers est fière de proclamer, que la commune pourra désormais rivaliser avec Boulogne Billancourt !

Entre 2002 et aujourd'hui, les prix à la vente dans l'immobilier ont quasiment doublé dans le 19ème arrondissement et à Aubervilliers. Ces
quartiers faisaient partie des rares en petite couronne ou les foyers aux revenus modestes pouvaient se loger dans le privé. La transformation de ces quartiers, le renouvellement urbain ne constituent pas pour eux une amélioration, car le parc social de fait aussi vétuste soit-il a disparu: les nouveaux logements sociaux ( 400 seulement sur la ZAC Claude Bernard, sur des centaines de milliers de m2 de bureaux ) ne permettront le relogement que d'une infime minorité des habitants.

 

Où iront les autres ? La « coopération » au quotidien entre la Ville de Paris, et les collectivités de Seine Saint Denis en donne une idée.

Aujourd’hui un tiers des habitants des hébergements d'urgence du département viennent de la capitale. Les communes se rejettent
mutuellement ces mal logés condamnés à l'errance urbaine, chacun estimant que c'est à l'autre de s'en occuper.

Les demandeurs de logement sociaux sont toujours de trop dans les réunions publiques sur l'avenir de la métropole: à l'inverse, le
promoteur ICADE, qui a récemment fait plusieurs centaines de millions d'euros de bénéfices sur le dos des HLM publics en revendant ces
logements, ce promoteur qui se taille la part du lion dans les projets d'aménagements de la ZAC Claude Bernard ou du quartier du Canal est
couvert d'éloges par ces mêmes élus: sur son site, la Mairie d'Aubervilliers décrit ainsi ICADE comme une grande société foncière
maîtrisant tous les savoir faire du marché immobilier. Effectivement.

Bien accueillis ou pas par les élus, les mal logés des communes concernées n’ont pas le choix : nous imposerons par la lutte que
soient construits le nombre de logements nécessaires au relogement de tous, là ou nous en avons besoin.

Voir la vidéo en cliquant ici

Protocole de coopération Paris Auberviliers.jpg


Sur le même sujet voir également:

Les mal logés en Colère au premier forum de Paris Métropole, 17 décembre 2009

Aubervilliers : pas de logement social pour les retraités

Manifestation du collectif devant la Préfecture de Seine Saint Denis


 

20:19 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : aubervilliers, logement, hidalgo, vaillant, madec, collectif des mal logés, salvator | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu