web analytics

Avertir le modérateur

jeudi, 31 décembre 2009

L'atelier International du Grand-Paris occupé par des Mal-Logés

Le vendredi 12 Mars , le Collectif des Mal-Logés en Colère investit le Palais de Tokyo qui héberge l'association du Grand-Paris, présidé par Bertrand Le Moine.
Cliquez sur l'Image pour etre redirigé vers l'article :

mal-loges-treve-d-hiver.jpg

 

18:12 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | | |  Facebook

jeudi, 17 décembre 2009

Vidéo : Les Mal-Logés à Paris Métropole

17 décembre: premier forum de Paris Métropole, thème des débats entre des dizaines d'élus d'Ile de France: "Habiter la métropole de demain". Un quart d'heure avant l'arrivée de Bertrand Delanoe, les habitants mal logés de la métropole d'aujourd'hui font irruption. Évacués du siège de Paris Habitat par les CRS la semaine précédente, la centaine de membres du collectif des Mal Logés en Colère est là pour rappeler aux élus présents, dont Jean Yves Le Bouillonnec, député et responsable du logement pour le Parti Socialiste et Pierre Mansat adjoint de la Ville de Paris, que le mal logement nécessite des actes aujourd'hui et pas des promesses pour demain.

Entre camions de CRS et négociations tendues, le maire de Paris finit par accepter que le collectif soit reçu à l'Hôtel de Ville début janvier.

Voir le communiqué ici

20:48 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : grand paris, mal-logés, pierre mansat, logement | | |  Facebook

Paris Metropole : Les Mal-logés ne comptent pas déménager

Paris Métropole regroupe des élus de plusieurs dizaines de collectivités territoriales d'Ile de France, de toutes couleurs politiques, et a été crée à l'initiative du Maire de Paris et de son adjoint Pierre Mansat.

ce 17 décembre le collectif des Mal Logés en colère s'est invité en nombre au premier forum de Paris Métropole présenté comme une invitation à tous les « acteurs de la métropole » pour parler de l' « avenir ». Le premier atelier s'intitulait d'ailleurs « Habiter la métropole de demain ».

 

Mal logés, nous sommes venus rappeler à nos élus que certains « acteurs de la métropole », et non des moindres puisque nous sommes des centaines de milliers de demandeurs de logement social, voudraient en préalable à ces grands débats sur l'avenir, avoir une réponse à une question urgente : comment survivre dans le Paris métropole d'aujourd'hui ?

A ce forum, vont se croiser les élus de villes comme Neuilly, qui se moquent éperdument de la loi SRU et ne comptent pas construire de logement social, hormis quelques programmes symboliques.

Et les élus des quartiers ou des arrondissements où les mal logés vivent actuellement, à Paris, en petite couronne, ou la loi SRU est un prétexte commode pour refuser de les reloger, au motif que le « quota » de logements sociaux serait d'ores et déjà atteint.

Dans ces quartiers, la possibilité de se loger dans le privé avec des bas ou des très bas revenus disparaît peu à peu, car les grands projets urbains, qui font la part belle aux bureaux et aux équipements de prestige font monter les prix des loyers partout.

Nous sommes donc venus demander aux élus locaux et en premier lieu à Pierre Mansat, fondateur de Paris Métropole, où sont censés habiter les travailleurs pauvres, les familles aux revenus modestes, les chômeurs et les

précaires à temps partiels, dans une métropole ou aucune ville ne veut d'eux ?

La réponse qui nous est faite aujourd'hui, nous n'en voulons plus : des taudis insalubres dont les propriétaires reçoivent des subventions étatiques et municipales pour faire des travaux et ensuite expulser les occupants et vendre leur bien. Des studios ou des chambres au loyer comparable à celui d'un cinq pièces dans le logement social ou s'entassent plusieurs générations. L'errance d'hôtel pourri en hôtel pourri d'un département à l'autre, d'hébergement précaire en sous location associative.

Nous sommes aussi fatigués que l'ensemble de nos Maires nous renvoie vers le DALO : en deux ans, la Loi n'aura permis qu'une chose, le tri des mal logés entre eux. Grâce à des critères ultra restrictifs et à la complexité du dispositif, seuls 13 000 mal logés sont désormais considérés comme prioritaires, sur des centaines de milliers. Evidemment, même cette « labellisation » ne change rien pour la plupart d'entre eux, puisque le logement très social se raréfie. Elle permet en revanche aux responsables du logement de réduire considérablement, sur le papier, le nombre de mal-logés, et de minimiser l'ampleur du problème

Cette situation, tous les élus présents la connaissent bien. Tous, d'autre part, ne cessent d'évoquer tout ce qu'ils feront dans le cadre du Grand Paris, tous présentent dans la presse des projets qui remodèlent entièrement la métropole. Pourtant au quotidien sur une question aussi simple, aussi essentielle, aussi urgente que le mal logement, tous depuis des années et des années prétendent ne pouvoir rien faire pour l'instant.

La crédibilité des promesses pour le futur se juge aux actes du présent. Si il n'y pas de place pour les mal logés dans le Paris d'aujourd'hui, alors comment y en aurait-il demain ?

Voir la vidéo de l'action ici

L'URGENCE DURE DEPUIS TROP LONGTEMPS

UN LOGEMENT  POUR TOUS, MAINTENANT !

paris-metropole-logement.jpg

19:10 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : grand-paris, logement, pierre mansat, mal-logés | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu