web analytics

Avertir le modérateur

mercredi, 29 avril 2015

Paris 18ème: manifestation pour dénoncer les logements sociaux vides aux loyers inacessibles.

Loc'Annonces, Ian Brossat, PLS, DALO, Anne HidalgoPlus de 12 000 demandes de logement sont en attente dans le 18ème arrondissement." Oui, mais la Ville construit beaucoup", répond Ian Brossat, élu de cet arrondissement et adjoint au Logement, qui multiplie les visites de presse d'appartements de rêve flambants neufs.

Mais lorsqu'un média a la curiosité de revenir quelques mois après l'inauguration officielle dans certains de ses logements, comme le journal Metro l'a fait, ils ont la surprise de découvrir que nombre d'entre eux sont vides. Ainsi dans le 18ème , Porte de Saint-Ouen, deux immeubles présentent de très nombreux appartements inoccupés.

La raison ? Ces logements flambants neufs sont des PLS , inaccessibles à 80% des demandeurs de logement parisiens. Dans le même temps, toujours sous couvert de mxité sociale, des relogements en PLA-I, aux loyers les plus accessibles , sont refusés par Paris Habitat OPH, le principal bailleur de la ville.

Nous avons manifesté longuement dans la mairie du 18ème arrondissement : lorsque la mixité sociale devient le prétexte de l'exclusion sociale, où est le respect de nos droits ?


Paris 18ème: 12 000 demandeurs HLM, des... par HLMPOURTOUS

Le tract diffusé sur place 

PARIS : DES LOGEMENTS SOCIAUX INTERDITS AUX MAL-LOGES

 

 Il y quelques jours (1), les médias se faisaient l'écho d'une réalité peu croyable au premier abord : de nombreux logements sociaux flambants neufs restent vides. Certains d'entre eux sont situés dans le 18ème arrondissement, où est élu l'adjoint au Logement Ian Brossat : porte de Saint Ouen, trois immeubles récents sont ainsi remplis de logements inoccupés.

 

Pourtant le 18ème arrondissement compte plus de 12 000 demandes en attente : parmi elles de nombreuses situations de rue et de mal-logement insupportable. L'immense majorité des demandeurs ne demanderait rien de mieux qu'un de ces logements et serait prêt à emménager en 24H.

 

Mais ces logements sont des PLS et 80 % des demandeurs inscrits ont des revenus trop faibles pour y accéder. Les loyers sont bien trop chers pour un ouvrier, un précaire , un retraité modeste,  une famille au SMIC, ou un jeune ménage. Il suffit d'aller voir les loyers proposés pour des logements familiaux sur Loc'Annonces , le système de candidature en ligne mis en place par la Ville. Rien en dessous de 1000 euros pour un 4 pièces dans un quartier populaire, et la majorité bien plus cher. Evidemment, c'est 10 à 30 % moins cher que dans le privé. Mais vu la flambée des prix  en 15 ans, cela n'empêche pas que ce soit hors de prix.

 

Comment justifier une politique de construction de logements qui restent vides, alors que l'on manque cruellement de logements accessibles pour l'immense majorité des demandeurs parisiens ? En invoquant le besoin de « mixité sociale ».

 

Mais quel est le résultat réel ? Les habitants mal-logés des quartiers populaires y vivent, dans le mal-logement. Et les élus de la Ville considèrent que les reloger décemment dans ces mêmes quartiers serait porter atteinte à la mixité sociale. C'est totalement absurde, mais pourtant parfaitement assumé.

 

Paris Habitat OPH , premier bailleur social de la Ville refuse officiellement des candidats  habitant déjà dans l'Est Parisien proposés par la Préfecture pour des logements situés dans ces mêmes quartiers. Ces courriers dont nous avons copie donnent comme motif la situation « socio-économique » du demandeur. Cherchez l'erreur : la Préfecture a un contingent qu'elle dit réserver aux DALO...et les bailleurs de la Ville refusent l'attribution ces logements car les familles proposées sont prioritaires DALO. Le gouvernement a décidé d'aller dans le même sens en demandant aux Préfectures de ne plus reloger dans les quartiers « sensibles ».

 

En « contrepartie », les responsables politiques promettent le respect de la loi SRU et la construction de logements sociaux dans les quartiers qui ne l'appliquent pas. Mais la construction de logements sociaux à baissé de 9 % en Ile de France l'année dernière. Et à Paris, la quantité de logements disponibles dans les arrondissements riches est très faible.

 

Concrètement, face à l'urgence sociale du mal-logement, non seulement on nous demande d'attendre des années, mais désormais on refuse aux demandeurs des logements sociaux construits pour eux avec l'argent public.

 

Etre un demandeur de logement devient une tare : on refuse l'accès à un droit fondamental à une partie de la population, comme si elle était un problème en soi. La stigmatisation et le rejet sont institutionnalisés. Ca suffit.

 

 

 

  

 

 

20:44 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : loc'annonces, ian brossat, pls, dalo, anne hidalgo | | |  Facebook

vendredi, 17 avril 2015

Loc' Annonces : la Ville vend très cher le rêve d'un logement social.

loc annonces.PNG

Des appartements HLM en ligne ? Depuis des mois, Ian Brossat et Anne Hidalgo nous avaient vendu le teaser de cette nouvelle opération : dans l'esprit de « simplification » et de  « transparence » cher aux élus parisiens, les « demandeurs de logement » pourraient désormais se positionner directement sur des propositions de « logement social ».

Beaucoup de Parisiens parmi les 150 000 demandeurs recensés au fichier de la Ville n'ont jamais eu, ne serait-ce qu'une proposition ou un contact pour un éventuel parcours de relogement après des années d'inscription. Beaucoup s'imaginent donc que le problème est l'injustice des attributions et que leur dossier serait pris si seulement il était présenté. Loc'Annonces représentait donc un espoir.

Depuis hier, l'espoir est aux oubliettes pour la majorité des demandeurs de logement social : tous les logements mis en ligne ce jeudi sont des PLS, les plus chers des logements sociaux. Les 2 pièces proposés ont un loyer entre 850 et 1000 euros, les 4 pièces montent jusqu'à 1800 euros. Certains logements affichent en plus un chauffage individuel, électrique, ce qui majore encore le budget réel qui  pour les futurs locataires.

De toute façon, 85 % des Parisiens demandant un logement social sont exclus d'emblée : en effet, d'après les statistiques de la Ville elle-même, seuls 15 % des demandeurs peuvent accéder à un PLS.

loc annonces 2.PNGLes logements mis en ligne par Loc'Annonces démontrent que la prétendue égalité des demandeurs entre eux mise en place avec le fameux système de « scoring » n'existe pas : aussi élevée que soit la « note » d'un demandeur , l'accès au logement dépendra de ses revenus. Un employé, un précaire, une mère isolée en emploi à temps partiel pourra bien être à la rue, dans un logement insalubre, à l'hôtel ou hébergée chez des tiers, elle ne pourra pourtant prétendre à aucun des beaux logements mis en ligne par la Ville.

Pour 8 demandeurs de logement sur 10, la seule solution accessible c'est un PLA-I : or en quinze ans, seuls 22 % des logements produits à Paris relèvent de cette catégorie, et encore ce chiffre inclut une bonne part d'hébergements.

Où est la mixité sociale promise par nos élus ? La plupart des logements proposés par Loc'Annonces se situent certes dans les quartiers populaires de la capitale, et sera donc attribuée à des « classes moyennes ». Mais où sont les logements accessibles aux ménages modestes qu'on nous promet depuis quinze ans dans les beaux quartiers ?

Loc'Annonces démontre par l'exemple qu'ils ne sont qu'une infime minorité, un affichage sans portée réelle : la mixité sociale n'existe pas, par contre l'exclusion du logement social pour les catégories populaires est une réalité massive.

loc annonces 3.PNGIl suffit d'ailleurs de consulter le nombre de candidatures pour chaque logement proposé par le site de la Ville : les logements proposés dans les quartiers populaires là où la demande est la plus forte ont pour la plupart moins de 3 candidatures. Seuls les rares logements proposés à des loyers exorbitants dans le 16ème ou dans le 17ème ont des candidatures nombreuses, parce qu'ils correspondent à un vrai gain de loyer par rapport au privé. Mais ce gain n'est accessible qu'à la minorité de demandeurs qui peuvent payer ces loyers conséquents.

La mise en ligne de Loc'Annonces est bien une réponse aux Parisiens mal-logés : un refus d'accès au logement social, résultat d'une politique qui a privilégié des loyers élevés et inaccessibles à la majorité des demandeurs.

En un an de mandature, Anne Hidalgo a lancé une agence immobilière publique pour les "classes moyennes exclues du logement social", Multiloc, annoncé de grandes initiatives pour le "logement intermédiaire", aujourd'hui voici donc un site de location de "logements sociaux" excluant l'immense majorité des demandeurs de logement social....

Décidément le changement , ce n'est pas maintenant: à moins de considérer que la visite virtuelle des appartements que les mal-logés n'auront pas soient un progrès, et que la transparence consiste à afficher les loyers hors de prix des nouvelles constructions dont les Parisiens modestes imaginaient qu'elles leur étaient destinées.

12:27 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : ian brossat, pls, mixité sociale, loc'annonces, ville de paris, anne hidalgo, paris habitat oph, rivp | | |  Facebook

mercredi, 01 avril 2015

Paris 13ème: la mixité sociale passe aussi par le logement très social.

Les mal-logés lisent la presse: voilà qui avait l'air de scandaliser le directeur de cabinet du maire du 13ème arrondissement, qui recevait une délégation du Collectif pendant notre manifestation improvisée devant la mairie.

Effectivement, nous avons lu l'article du Point consacré à l'attribution supposée de 9 logements sociaux, dont des PLI à des collaborateurs du maire. Et nous avons réagi par une manifestation: manifestation qui avait comme objectif , non pas de dénoncer ces attributions, mais de dénoncer une politique du logement qui laisse des centaines de milliers de demandeurs SANS attribution, parce que l'offre n'est pas adaptée à leurs revenus.

En effet, depuis onze ans, notre collectif lutte pour un logement décent pour tous et contre l'édiction permanente de critères restrictifs, hiérarchisant arbitrairement l'urgence sociale. Le logement social est un service public d'intérêt général, il n'y a rien d'anormal à ce que des cadres, des salariés municipaux ou des élus d'arrondissement en bénéficient.

La démagogie n'est donc pas du côté des mal-logés en lutte: par contre, nous dénonçons la démagogie de la prétendue "transparence" qui consiste à gérer la pénurie de logements sociaux pour les classes populaires plutôt qu'y remédier. La démagogie, c'est prétendre par exemple que les systèmes de scoring, qui trient les demandeurs entre eux sont justes et rétablissent l'égalité: car l'égalité, c'est le respect du droit au logement pour TOUS, pas une application de ce droit limitée par des critères arbitrairement fixés.

La démagogie, c'est aussi opposer la mixité sociale aux salariés modestes , aux précaires ou aux familles en difficulté pour ne pas faire correspondre la demande et l'offre de logement social.

Depuis des années, notre collectif dénonce la disproportion entre le nombre de logements vraiment sociaux et celui des loyers libres et des PLI gérés par les bailleurs sociaux de la Ville.

Le directeur de cabinet du maire du 13ème arrondissement nous a assuré que la plupart des logements attribués dont la presse avait fait état l'avaient été à des salariés modestes, et en tout cas dans le respect de la législation en vigueur.

Nous en prenons acte, mais le problème reste entier: car les parisiens modestes ont aussi le droit au respect de la "législation en vigueur" , c'est à dire au relogement immédiat: or lorsque nous venons exiger le respect de ce droit, à la mairie du 13ème comme ailleurs, on nous répond d'abord par une haie de policiers.

Mais qui est hors la loi ?

Le tract diffusé sur place

13ème arrondissement :

le scandale des PLI et loyers libres,

Encore et toujours !

 

Les mal logés en colère manifestent aujourd'hui à la mairie du 13ème arrondissement.

La presse s'est fait l'écho, il y a quelques jours , de la très grande chance des collaborateurs et adjoints du 13ème arrondissement. Neuf d'entre eux ont en effet réussi à obtenir un logement social par la commission de la mairie entre 2007 et aujourd'hui. Une situation enviable quand 150 000 demandeurs sont inscrits sur le fichier parisien, pour certains depuis dix, quinze ans ou plus.

 Mais l'immense majorité des demandeurs n'ont pas d'amertume à avoir : de toute façon, ces « logements sociaux » auraient été bien trop chers pour leurs revenus.

Selon le maire du 13ème, ces logements sont classés en PLI et assimilés : les fameux loyers libres du parc social parisien. Les PLI sont encore plus chers que le PLS , déjà inaccessible à 80 % des demandeurs de logement de la capitale. Or à Paris, les PLI et assimilés représentent 26 % du parc des bailleurs sociaux, soit 60 000 logements. Les logements très sociaux ( PLA-I) qui sont la seule solution vraiment accessible pour 80 % des demandeurs représentent eux 1,7 % et 3987 logements (1)

La disproportion phénoménale entre le parc disponible de logements vraiment sociaux et celui des logements intermédiaires PLI a une conséquence simple : les commissions d'attribution des mairies d'arrondissement et de la mairie centrale peuvent répondre à la demande des personnes pouvant acquitter des loyers un peu en dessous du marché privé. Mais ils n'ont que très rarement de propositions à faire aux Parisiens modestes.

Dans ces conditions , la transparence et l'égalité dans les attributions promises avec le fameux système de « cotation » sont un trompe l'oeil : la demande d'un salarié au SMIC, d'un retraité ou d'un chômeur peut être très bien côtée, son relogement n'avancera pas plus vite car la majorité des logements disponibles à l''attribution ont un niveau de loyer inaccessible. A l'inverse, la demande d'un cadre supérieur ou d'un élu municipal avancera très vite, sans aucune « fraude », puisque de nombreux logements «  sociaux » correspondent à ses ressources.

Une solution existe : reconventionner la plus grande partie des logements PLI et des loyers libres, pour que la nature de l'offre corresponde enfin à la demande. Il faut aussi équilibrer réellement la construction neuve : aujourd'hui, moins d'un tiers est du logement très social, alors alors que les logements aux loyers plus chers , PLS et PLI sont en surnombre. Beaucoup d'entre eux ( presque 78 % des PLS ) sont attribués à des foyers en dessous des plafonds de ressources, ce qui entraîne ensuite des difficultés à payer le loyer !

Année après année, scandale après scandale, les élus promettent la « transparence », comme si le problème était là : l'année dernière cela concernait le duplex au cœur d'un hôtel particulier attribué au directeur de la Fédération française de tennis dans le 3ème arrondissement.

 Mal-logés, nous ne sommes pas contre la mixité sociale même dans le parc des bailleurs sociaux : le logement social est un service public d'intérêt général , dont cadres et élus d'arrondissement peuvent aussi bénéficier.

Mais le vrai scandale, c'est l'absence de mixité sociale dans l'autre sens : ce qui est vraiment choquant c'est que le parc social parisien soit si peu accessible aux ouvriers, aux employés, aux chômeurs et précaires, aux retraités et aux familles modestes. Car la vocation première des HLM est bien de répondre à cette demande là, urgente au regard du mal-logement qui nous frappe.

 

(1)Source:APUR 

18:18 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : pli, pls, pla-i, mixité sociale, loyers libres, rivp, ian brossat | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu