web analytics

Avertir le modérateur

mardi, 24 avril 2012

Paris 18: Delanoe annule sa venue à un concert pour cause de mal-logés dans le public

Au centre musical Fleury Goutte d'Or devait se tenir une soirée autour du rôle de la musique pendant et après le Printemps arabe, avec des artistes tunisiens et en présence de Bertrand Delanöe.

Quelle meilleure occasion pour faire connaître nos revendications et nos urgences de mal-logés parisiens à notre maire ?

Nous étions donc une centaine à nous être joints au public et à attendre tranquillement Bertrand Delanöe.

Celui-ci , averti de la présence de demandeurs de logement a ,comme souvent ,annulé sa venue. De surcroit, ordre a manifestement été donné aux responsables de l'Espace Fleury d'annuler également la soirée prévue, ou en tout cas de ne pas laisser jouer les artistes tant que les mal-logés seraient présents.

Le directeur de la structure a donc du annoncer cette annulation, qui a provoqué la colère d'associations du quartier et de musiciens que nous remercions pour leur solidarité ( voir la vidéo ). En sus d'être privés de logement décent, nous sommes donc également privés d'accès aux activités culturelles dès lors que nous osons lutter pour notre droit.

Ne souhaitant pénaliser ni les musiciens, ni le reste du public, nous sommes donc repartis en manifestation.

 La lutte continue !


                      Paris 18ème : Delanoé se défile face aux mal-logés 

Le tract diffusé sur place

LE LOGEMENT , C'EST MAINTENANT

 Bertrand Delanoe , notre maire vient aujourd'hui à la rencontre de musiciens dont les œuvres ont accompagné le printemps arabe.

 Parisiens mal-logés, nous profitons de cette occasion pour l'interpeller, persuadé qu'un tel contexte rendra son oreille plus attentive à nos revendications et à notre situation.

 Celle-ci s'aggrave sans arrêt, en témoignent plusieurs chiffres .

Le nombre de demandeurs de logement social ne cesse d'augmenter : nous sommes désormais officiellement plus de 120 000.

Le nombre de mal-logés est sans doute beaucoup plus élevé, car il inclut tous ceux qui, desespérés ne renouvellent plus leur demande : en effet, seules 15% des sorties annuelles du fichiers concernent des personnes ayant été relogées dans le parc social. Et la proportion de demandeurs de plus de dix ans a recommencé à grimper, elle atteint 7,6 pour cent aujourd'hui , contre 4, 5 en 2004.

 Malheureusement, la politique du logement actuelle ne permettra pas de résoudre les difficultés terribles que tous les mal-logés traversent. Il n'y pas besoin d'être devin pour s'en persuader, les chiffres donnés par l'APUR, l'organisme officiel de la Ville de Paris sont sans appel.

 Actuellement 80 % des demandeurs de logement ne peuvent prétendre qu'à un PLA-I, soit un logement de type très social. Seuls 5 % des demandeurs peuvent prétendre à un PLS, le plus cher des types de logements sociaux.

Pourtant plus de la moitié des logements du contingent de la Ville de Paris libérés en 2010 étaient des PLS.

Pourtant sur plus de 49 000 nouvelles productions de logements depuis 2001 , il y a eu 12 122 PLA-I, pour 13063 PLS !

La non-réponse à nos demandes de logement résulte automatiquement de cette politique : la catégorie de logement qui correspond aux besoins de l'immense majorité ne constitue qu'un quart de la production. A l'inverse on produit en masse du logement qui n'est accessible qu'à 5% des demandeurs ( et à 15 pour cent de la population parisienne ). Il ne s'agit pas d'empêcher les classes moyennes d'accéder au logement social, mais construire BEAUCOUP PLUS de logement très social.

Cela doit changer, MAINTENANT !

Il ne s'agit pas d'empêcher les classes moyennes d'accéder au logement social, mais de construire BEAUCOUP PLUS de logement très social.

Pour avoir des bas revenus, nous n'en sommes pas moins parisiens que les autres.

 Un logement pour tous, c'est le minimum, et c'est possible.


21:59 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : centre musical fleury, armada bizerat, skred connection, mal-logés, delanoe, pla-i, pls, apur | | |  Facebook

jeudi, 29 mars 2012

Dans le 16ème comme ailleurs, le mal-logement est une réalité massive

claude goasguen, 16ème arrondissement, Sainte Perine, logement social, hébergement

Dans le 16ème comme ailleurs, le mal-logement est une réalité massive. C'est ce que sont venus rappeler une centaine de mal-logés parisiens qui ont manifesté dans la cour de la mairie ce matin, avant d'obtenir un rendez-vous avec l'adjoint chargé du Logement, Marc Lumbroso.

Presque 4000 personnes sont actuellement en attente d'un logement social dans le 16ème arrondissement. Aux problèmes rencontrés par tous les mal-logés parisiens , s'ajoute ici celui assez spécifique des chambres de bonne presque invisibles ou des personnes, retraités , femmes isolées, ou travailleurs précaires vivent souvent sans même un sanitaire.

Mais il y a une autre spécificité du 16ème arrondissement : ici, les mal-logés sont un enjeu de polémique perpétuelle pour les élus , ceux de la majorité comme ceux de l'opposition. Devenus bien malgré eux un symbole évoqué régulièrement au Conseil de Paris, les demandeurs de logement n'en sont pas pour autant pris en considération.

Tous ou presque ont fait l'expérience des permanences en mairie : lorsque c'est un élu de la majorité municipale de l'arrondissement qui les recevra, il les renverra sur la compétence du Maire de Paris , arguant du peu de logements attribuables par la mairie d'arrondissement, et glissant au passage quelques mots sur la démagogie de Bertrand Delanoe.

A l'inverse lorsque le même demandeur de logement ira à la permanence de Mr Mano, il se verra énumérer une liste de projets de logements sociaux qui ne verraient pas le jour à cause du maire du 16ème. Et on lui expliquera également que la Ville de Paris refuse de céder au chantage et d'abandonner l'idée que les mal logés du 16ème doivent être relogés dans le 16ème pour favoriser la mixité sociale.

Ces derniers mois, tandis que les élus de la majorité du Conseil de Paris dénonçait des blocages de construction de HLM, notamment à Sainte Perrine, les élus de l'opposition pointaient eux, le fait que les logements sociaux de l'AP-HP gérés notamment par la Ville de Paris, étaient attribués dans l'opacité et pas forcément à des salariés modestes

Bref, entre un maire d'arrondissement , qui par principe, réfute la majorité des projets de logements sociaux dans l'arrondissement, et un maire de la capitale qui, par principe , priorise une hypothétique mixité sociale dans un avenir lointain sur des relogements immédiats dans d'autres quartiers, les demandeurs de logement n'ont aucun espoir.

Nous sommes donc venus une nouvelle fois manifester devant la mairie, et nous reviendrons jusqu'à ce que des élus en sortent pour régler les problèmes : depuis un an, en effet, aucun des dossiers soumis n'a avancé. Certains d'entre eux concernent des demandeurs de logements depuis plus de quinze ans, d'autres des familles qui se retrouvent à la rue, sans même une proposition d'hébergement.


                         Paris : Une centaine de mal-logés manifestent... par HLMPOURTOUS

13:35 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : claude goasguen, 16ème arrondissement, sainte perine, logement social, hébergement | | |  Facebook

mercredi, 21 mars 2012

Aménagement urbain: les mal-logés remettent en cause les priorités de la mairie

Ce matin, Anne Hidalgo, première adjointe de Bertrand Delanöe avait invité les journalistes à une visite en bus des nouveaux prototypes de mobilier urbain installés dans la capitale.

Les mal-logés se sont invités au départ de la visite: derrière le Paris high-tech, derrière la ville ultra-moderne, il y a la réalité des centaines de milliers de mal-logés parisiens, qui, eux , survivent dans des conditions dignes d'un autre âge.

Nous étions là pour exiger que les mêmes moyens technologiques et financiers qui sont déployés pour l'image de la capitale soient aussi mis au service de la résolution immédiate des problèmes de logement.

Après l'obtention d'un rendez-vous demain avec le cabinet du maire, nous avons laissé partir le bus.


Paris : Anne Hidalgo interpellée par des mal-logés par HLMPOURTOUS

Le communiqué diffusé sur place

Le Collectif des Mal Logés en Colère manifeste aujourd'hui à l'occasion d'une visite dans Paris organisée pour la presse par Mme Hidalgo, première adjointe de la Ville : il s'agit de faire découvrir des exemples de mobiliers urbains innovants récemment installés dans la capitale, fruit des dernières avancées technologiques mis au service du loisir et du tourisme.

 Nous sommes venus montrer l'autre visage de Paris, pas celui de la ville high tech, mais celui où des centaines de milliers de personnes survivent dans des conditions souvent dignes des siècles passés, à cause du mal-logement.

 Logements indécents et insalubres, mal aérés et humides , infestés par les rats et les cafards. Sanitaires dégradés , inutilisables ou inexistants. Errance urbaine, faite d'hébergements précaires, de logements de fortune, de passages par la rue. Parents, enfants et grand-parents entassés dans des logements trop petits.

 Tous ces problèmes d'un autre temps perdurent et s'aggravent dans la capitale : les prouesses technologiques, l'innovation , l'investissement ne sont pas de mise en ce qui concerne la résolution du mal-logement.

 Au contraire, la production de logements sociaux à bas loyer baisse .

 En 2010, la production de logements du premier bailleur social parisien déjà bien insuffisante administré par la Ville de Paris, Paris Habitat OPH est passée de 2606 à 508,unités, soit une réduction de plus de 75% en un an !

 Paris, certes arrivera à 20% de logements « au titre de la loi SRU » en 2014 : mais depuis 2001, seulement 12 222 PLAI ont été agrées, contre 13 000 PLS. Or les PLS, les plus chers des logements sociaux sont inaccessibles en termes de loyer à la plupart des ménages parisiens, alors que 80% des demandeurs de logement sociaux ont des ressources correspondant à celles du PLA-I.

 Paris est devenue une ville à deux vitesses : pour ceux qui ont les moyens, une capitale high tech.

Pour les autres, et notamment pour les mal-logés une ville ou les innovations qui comptent en terme de mobilier urbain sont surtout les installations anti-SDF qui prolifèrent un peu partout pour rendre la misère invisible.

 Comme lors de nombreuses autres inaugurations, nous sommes présents aujourd'hui en nombre, parce que seule la visibilté du mal-logement incitera nos responsables politique à le faire disparaître définitivement du paysage en mettant les moyens nécessaires au logement de tous.


16:01 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : anne hidalgo, bertrand delanoe, aménagement urbain, logement social, insalubrité | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu