web analytics

Avertir le modérateur

mercredi, 11 avril 2012

Balardgone:les mal-logés interpellent Pierre Vaquier le PDG d'Axa Real Estate

 Sur l'immense parcelle parisienne dévolue au projet Balardgone, il n'y aura pas seulement le nouveau Ministère de la Défense: 90 000m2 ont en effet été cédés pour soixante ans à Axa Real Estate, deuxième investisseur immobilier mondial pour construire un énième complexe de bureaux de prestige, dans une capitale où l'on manque cruellement de logements alors que des bureaux restent vides des années.

Après l'occupation du siège d'AXA France en janvier, une centaine de demandeurs de logement sociaux se sont cette fois invités directement au siège d'AXA Real Estate, sur l'Esplanade de la Défense et ont exigé de rencontrer le PDG de l'investisseur Pierre Vaquier, qui nous a reçus après quelques heures d'occupation.

Malheureusement, il n'a pas été en mesure de nous donner des jutsifications valables au fait qu'AXA qui va réaliser des profits vertigineux sur cette opération ne fasse pas profiter le bailleur social dont elle est propriétaire, Le Logement Français d'une partie du foncier disponible sur la parcelle.

Sur intervention d'AXA, nous avons cependant été immédiatement reçus au siège de ce bailleur à la fin de l'occupation.


                           Balardgone : les mal-logés à l'assault d'AXA REIM par HLMPOURTOUS


Ci-dessous le communiqué diffusé sur place

 

 BALARDGONE : 90 000m2 de bureaux pour AXA , et pas un seul logement social !

 

mal logés, manifestation, réquisitionA-t-on besoin à Paris de 90 000 m2 de bureaux supplémentaires ? Non, pas vraiment puisqu'un million de m2 sont actuellement vides et disponibles dans la capitale.

Pourtant dans le 15ème arrondissement, AXA Real Investment, à qui les mal-logés rendent visite aujourd'hui a obtenu un bail à construction de soixante ans sur des terrains appartenant à l'Etat au sein du projet Balardgone.

Pour le deuxième investisseur immobilier mondial qu'est AXA Real Investment, c'est un magnifique cadeau que lui fait l'Etat : les prix à la location de l'immobilier de bureaux à Paris ont bondi de 5% l'année dernière et tous les observateurs s'accordent à dire que ce n'est que le début de la hausse, notamment pour les programmes neufs, bien situés et prestigieux. Or grâce à l'investissement public réalisé aux alentours du Balardgone ( tram mis en service il y a quelques années, nouvelle sortie de métro spécialement pour le site , rénovation des équipements urbains ), AXA verra évidemment ses projets mis en valeur.

Dans le même temps, dans le seul quinzième arrondissement, des milliers de ménages attendent un simple logement. Il reste encore dans cet arrondissement 5% de logements sans sanitaires et/ou sans accès à l'eau courante.

Mais pas un seul instant, il n'a été envisagé par l'Etat de consacrer une partie de ces 90 000m2 à des logements sociaux. AXA , naturellement n'a pas imaginé non plus faire bénéficier le bailleur social dont elle est propriétaire Le Logement Français, d'une partie de ces 90 000m2 pour construire de nouveaux logements, et ce alors même que la direction de ce bailleur social invoque souvent le manque de foncier constructible à Paris et en petite couronne pour expliquer sa maigre production.

Que retire l'Etat de ce cadeau à AXA Real Investement ? 220 millions d'euros à titre de loyer qui seront utilisés pour financer une partie du coût, par ailleurs exorbitant du nouveau Ministère de la Défense.

Le projet Balardgone est un symbole de la politique menée en matière d'urbanisme dans les zones où le besoin en logements à prix abordables est le plus criant : les besoins de la population ne sont absolument pas pris en compte, tandis que les intérêts des grands investisseurs immobiliers, ceux dont les stratégies font exploser la spéculation immobilière depuis des années sont préservés et favorisés.

On brade le foncier disponible pour ensuite prétexter un manque structurel et insoluble de terrains pour faire du logement social.

Nous ne comptons pas laisser AXA s'enrichir sans aucune contrepartie : AXA peut et doit contribuer aux besoins en logement social puisque ses profits viennent en partie de la montée des prix de l'immobilier.

16:31 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : axa reim, balardgone, pierre vaquier, logement français, mal-logés, réquisition, dalo | | |  Facebook

jeudi, 05 avril 2012

Dans le 10ème arrondissement, les mal-logés maintiennent la pression !

mal logés, 10ème arrondissement, rémi ferraud

Malgré les milliers de dossiers en attente dans le 10ème arrondissement, le maire Rémi Ferraud se refuse à prendre la mesure du problème: même là ou du foncier est disponible pour construire du logement social neuf, comme sur les terrains qui vont être libérés du fait de la destruction d'une partie de l'hôpital Lariboisière, la municipalité en accord avec l'AP-HP a choisi de vendre au privé !

Comment s'étonner dans ces conditions que le mal-logement s'aggrave et que les demandeurs de logement restent sans solution ?

Rémi Ferraud, faute de réponses concrètes tente de jouer l'usure: une centaine d'entre nous avaient été évacués en janvier dernier de la mairie sans la moindre négociation.

Nous sommes donc revenus manifester ce matin pendant plusieurs heures !


                         Paris :  des mal-logés manifestent... par HLMPOURTOUS

15:46 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : rémi ferraud, bertrand delanöe, mal-logés, insalubrité, expulsions, dalo, crise du logement | | |  Facebook

mardi, 20 mars 2012

Suppression des allocations logement: réaction suite au communiqué de la CAF de Paris

Suite à la diffusion d'un communiqué de presse de la direction de la CAF de Paris (visible ici: http://www.annuaire-secu.com/pdf/CP-CAF75-160312.pdf) accusant notre collectif d'allégations mensongères concernant la prochaine suspension de l'allocation logement pour les foyers parisiens victimes de sur-occupation, voici notre réponse.

Tout d'abord et pour couper court à toute polémique sur l'état de la procédure pour certains allocataires, pour qui la rupture d'allocations était annoncée en mai, nous reproduisons ci-dessousun exemple de courrier reçu, qui informe l'allocataire que son logement ne remplit pas les conditions pour percevoir l'allocation et qu'en conséquence son allocation ne sera prolongée "EXCEPTIONNELLEMENT" que jusqu'à mai 2012. Chacun pourra constater que le courrier ne mentionne aucune possibilité de prolongation et encore moins les moyens de l'obtenir ou les recours possibles. Les allocataires qui se sont déplacés au guichet de leur CAF se sont vu confirmer cette date butoir.

La version de la direction de la CAF, en dehors de ce déni de la réalité des courriers envoyés pose beaucoup de questions : s'il n'y a pas eu de directives particulières du Ministère ou en tout cas de la direction de CAF, alors à quoi est due la convocation simultanée de nombreuses réunions collectives dans tous les quartiers parisiens depuis le début de l'hiver ? Le travail d'information et d'accès aux droits est un travail quotidien , qui figure parmi les tâches de la CAF, pourquoi brusquement les foyers victimes de sur-occupation auraient-ils vu leurs dossiers sélectionnés pour faire l'objet d'un suivi particulier, par rapport à d'autres catégories d'allocataires subissant également des problèmes de logement, notamment en matière d'insalubrité ?

La direction de la CAF affirme ne pas avoir accès directement aux dossiers DALO : elle oublie cependant de mentionner qu'elle travaille avec la Préfecture et l’État dans de nombreux domaines et échange des informations sur les allocataires et leur situation locative. Par exemple, concernant les procédures d'insalubrité ou d'expulsion qui peuvent entraîner des ruptures d'allocation logement. L'hypothèse d'un échange d'informations concernant la sur-occupation repérée par le biais du DALO est donc une possibilité .En tout état de cause la direction de la CAF , dans son communiqué ne dément à aucun moment les faits que nous rapportons, à savoir la concomitance de l'obtention du label DALO et les convocations à ces réunions collectives aboutissant à la remise en cause du maintien de l'allocation logement, et ne donne aucune explication à ce sujet.

Par ailleurs, nous tenons à rappeler que notre qualité de mal-logés n'autorise aucune institution à porter un jugement spécifique sur l'éducation de nos enfants : le communiqué de la direction de la CAF est particulièrement choquant sur ce sujet, notamment lorsqu'il parle d'apprendre aux concernés à « sortir de chez eux », ou à développer « leur réseau relationnel », sans parler du passage effarant sur le « réaménagement pour optimiser l'espace », comme si l'on pouvait atténuer le mal-logement en poussant quelques meubles...

Suite à notre occupation, trois demandeurs de logement ont fait l'objet d'une garde à vue. L'une des personnes a été libérée pour être emmenée en urgence à l'hôpital en pleine nuit. Les deux autres sont traînées au tribunal le 9 mai pour des violences imaginaires.

Le soir même de l'occupation, la direction nationale de la CNAF répondait par ailleurs positivement et par écrit à notre demande de rendez-vous formulée pendant l'occupation , ne niant à aucun moment l'existence des menaces de suspension. Dans le même temps, ainsi que le relate le communiqué AFP, les responsables de la CAF déclaraient "n'infirmer ni ne confirmer" nos informations, manifestement embarrassés...

Malgré la répression dont nous sommes victimes, si ce communiqué de la CNAF signifie le maintien des allocations logement pour tous et toutes, contrairement à ce qui était prévu, nous nous réjouirons du résultat de la mobilisation. Reste que pour le moment, aucune des personnes concernées n'a reçu de courrier de la CAF l'informant de ce maintien.

Dans l'attente, nous continuerons pour notre part à communiquer en toute transparence sur les informations en notre possession, et évidemment à nous mobiliser.

 Un exemple des courriers envoyés par les CAF parisiennes (cliquez sur l'image pour agrandir)

caf .jpg

14:15 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : caf, dalo, allocation logement, paris, mal-logement | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu