web analytics

Avertir le modérateur

vendredi, 11 décembre 2009

VIDEO: la ballade parisienne des mal logés

Le 10 décembre 2009, le Collectif des Mal loges en Colère met la politique de la Ville de Paris en matière de logement social à l'épreuve des faits: perturbation d'une inauguration spectacle de quelques logements sociaux dans la mer du mal logement par les élus, puis intervention au siège de Paris Habitat OPH, dont l'adjoint au Logement Jean Yves Mano est également le président.

La réponse des élus de la Ville de Paris à nos problèmes ? Police partout, logement nulle part !

Cependant, l'évacuation n'empêche pas la manifestation devant le siège du premier bailleur parisien de se poursuivre une bonne partie de l'après midi.

Nous exigeons toujours:

UN LOGEMENT POUR TOUS, TOUT DE SUITE !

 

Voir le communiqué complet en cliquant ici

Paris : la ballade des Mal-logés en Colère

envoyé par HLMPOURTOUS.

11:42 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : jean yves mano, paris habitat, rivp, batigère, delanoe, mal loges, collectif | | |  Facebook

jeudi, 10 décembre 2009

Un journée de lutte contre la politique du logement de la Ville de Paris

Mal-Loges-Paris-Habitat.jpg

Ce 10 décembre, Jean Yves Mano , adjoint au Logement de la Ville de Paris se livre à son activité principale: inaugurer les rares logements sociaux réellement construits dans la capitale et tenter de faire passer l'exception pour la règle.

Mais le Collectif des mal logés en Colère est là, avec des chiffres et des faits qui démontrent que la politique menée par la Ville et les bailleurs est bien une des causes principales du nombre de demandeurs de logements, qui n'a cessé d'augmenter depuis 2001, pour atteindre 110 000 mal logés recensés cette année.

Oui, ici 16 nouveaux logements vraiment sociaux voient le jour, rue Dupetit Thouars dans le 3ème arrondissement, construits par Batigère.
Mais si nous ne sommes toujours pas relogés, c’est que ce type de programmes est bien rare.

Mais sur 63 000 logements actuellement détenus et gérés par Batigère, seuls 2000 sont des logements très sociaux, qui correspondent aux revenus des familles aux salaires modestes, des jeunes précaires , des travailleurs à temps partiel, des parents isolées, des retraités.
En 2008, Batigère n’a produit que 28 logements très sociaux sur toute la France, et n’indique même pas combien dans la capitale.

Mais Batigère a aussi vendu 421 logements sociaux en 2008, et sur son site, les offres de location en proche banlieue affichent un loyer d’environ 900 euros pour un deux pièces. Est-ce du logement social ?

Oui, au cœur du 3ème arrondissement de Paris, 16 logements vraiment sociaux seront bientôt terminés.

Mais le maire du 3ème arrondissement Pierre Aidenbaum est également le président du deuxième bailleur social parisien : la RIVP.

La RIVP affiche 1500 logements financés en 2008, moins de 12 % de logements vraiment sociaux (PLA-I) pour 27 % en PLS, les plafonds de loyer les plus hauts. Et logement financé ne signifie pas logement construit, en réalité seul 375 logements sont neufs (25%), le reste consiste en logement rachetés, occupés ! Et les nombreuses places de foyer comptent comme de vrais logements dans les chiffres : dans les faits la majorité des PLA-I sont des hébergements précaires !

LA RIVP n’a donc attribué que 39 logements de type PLA-I  en 2008, alors que 70 % des demandeurs de logements parisiens ont des ressources correspondant à cette catégorie. Par contre, 293 logements de type PLS, les logements sociaux le plus chers ont trouvé preneur, et 610 en loyers libres !

Cette réalité là, les bailleurs comme la Ville les dissimulent sous le chiffre de 40 000 logements sociaux « produits » pour la deuxième mandature. Mais dans ces quarante mille logements, combien répondent vraiment à nos besoins, en urgence ?

Ce 10 décembre, Jean Yves Mano, comme lors de notre dernière intervention dans le 18ème arrondissement finira par renoncer à son inauguration et regagner son bunker de l'Hôtel de Ville, plutôt que d'affronter la colère des mal logés. Mais son mépris ne nous empêchera pas d'enchainer immédiatement sur une occupation du siège de Paris Habitat dont il est également président.

Nous n'avons en effet toujours pas eu de réponses aux questions sur le coût du nouveau siège de ce bailleur, questions posées lors d'une précédente occupation, malgré un engagement écrit de la Vice-Présidente Isabelle RUEFF.

L'adjoint au Logement et président de Paris Habitat recourra finalement à l'évacuation policière , mais nous continuerons à faire le siège du premier bailleur de la Ville de Paris, une bonne partie de l'après midi !

 

Voir la vidéo en cliquant ici


UN LOGEMENT POUR TOUS ! MAINTENANT

 

mal-loges-Paris.jpg

21:20 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : paris habitat, collectif mal logés, jean yves mano, delanoe, rivp, mairie 3ème | | |  Facebook

mardi, 06 octobre 2009

Vente du siège de Paris Habitat , une affaire bien OPAC.

paris habitat.jpgUne centaine de Mal-logés en Colère a investi cet après-midi la Direction Terittoriale Paris-Nord de Paris-Habitat. L'achat du nouveau siège de la principale société HLM de la Ville de Paris à couté 138 Millions d'Euros alors que la valeur de l'ancien siège n'est estimée qu'à 35 Millions d'Euros. D'où viennent les 103 millions d'euros supplémentaires? Comment comprendre le décalage entre les sommes investies dans le nouveau siège et le manque cruel de construction de nouveaux logements Paris-Habitat extremement bas en 2009 alors que le nombre de demandeurs de logement de la capitale n'a jamais été aussi élevé.

Suite à l'occupation, rendez vous à été pris avec la direction générale de Paris-Habitat, la question sera posée à cette occasion, et les réponses relayées sur ce blog.

 

 

Vente du siège de Paris Habitat , une affaire bien OPAC.

 

Depuis son changement de sigle, le premier bailleur social parisien, soigne la communication : nouveau logo, nouveau site, nouveau blog « interactif », un nouveau siège à deux pas de l’ancien.

 

Le Collectif des Mal Logés en Colère investit aujourd’hui la direction de Paris-Habitat du nord-est parisien, à l’occasion d’un vernissage en présence de Jean-Yves MANO, président de Paris-Habitat et adjoint au logement du Maire de Paris. Offrir la possibilité aux locataires de Paris-Habitat d’exposer leurs œuvres peut être une initiative sympathique, mais locataires et demandeurs de logement sociaux doivent bien constater que cette frénésie de communication et d’investissement sur des projets autres que le logement social se double d’un silence pesant sur la question du coût du nouveau siège et des conditions de la revente de l’ancien.

 

Rappel des faits : en 2006, Jean Yves Mano, président de Paris Habitat et adjoint au Logement de la Ville de Paris annonce que le produit de  la vente du siège de la rue du Cardinal Lemoine « permettrait à l'Opac de disposer de fonds propres pour produire 1 500 logements dans le centre et l'Ouest parisiens ».

 

Bonne nouvelle pour les mal logés ? Pas vraiment puisqu’un an tard, le même Jean Yves Mano annonce l’achat d’un nouveau siège : la valeur de l’ancien est estimée à 35, 8 millions d’euros, celui-ci vaut plus du double, 80 millions d’euros, plus 43 millions d’euros de travaux annoncés ! Finalement, quinze millions d’euros supplémentaires seront investis. 138 millions d’euros pour le siège d’un bailleur social !

 

Quant à la vente de l’ancien siège, elle ne sera finalement conclue qu’à l’été 2009 : certes, il y aura finalement une trentaine de logements sociaux sur le site de l’ancien siège ; Seulement, à quel prix ?

En effet, une clause du contrat de vente avec la SODEARIF, relatée par le Parisien retient l’attention : la SODEARIF achète l’ancien siège à Paris Habitat, mais Paris Habitat lui rachète d’office les logements sociaux pas encore construits en VEFA (vente en état futur d’achèvement) !

 

Nous sommes mal logés, pas experts en ingénierie financière, ni dirigeants de sociétés HLM : mais il n’y a pas besoin de grandes compétences pour comprendre que ce déménagement a coûté la bagatelle d’au moins 100 millions d’euros , sur les crédits du logement social. Le « plaisir » de se voir opposer une fin de non recevoir à sa demande de logement, dans des bureaux certes flambants neufs , nous le payons un peu cher !

 

Paris Habitat met cependant en avant une « production » de logements sociaux importante en 2008 : 1798 nouveaux logements. Seulement, la « production » inclut aussi les rachats d’immeubles déjà occupés, soit plus de 600 cette année, logements qui ne sont donc pas disponibles pour les demandeurs en attente. Et sous prétextes de « mixité sociale », ces logements sont souvent achetés dans les quartiers ou le prix de l’immobilier est le plus fort.

 

Avec plus de 110 000 demandeurs de logements en attente, Paris Habitat , premier bailleur social parisien peut-il se permettre une telle politique sans que les mal logés le payent par des délais d’attente inacceptables ?

 

Si la mixité sociale consiste à diversifier les activités dans les quartiers populaires, alors pourquoi Paris Habitat n’a-t-il pas installé son prestigieux siège social dans ces quartiers, ce qui aurait considérablement  divisé le prix de revient ?

 

 

Nous sommes venus aujourd’hui collectivement poser ces questions et nous attendons que le directeur général de Paris Habitat y réponde avec précision.

 

 

19:59 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : paris-habitat, opac, parisiens, dalo, hlm, delanoé | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu