web analytics

Avertir le modérateur

vendredi, 12 novembre 2010

Logement social à Paris: comment produire du logement social sans en créer

Bien assez de logements sociaux programmés à Paris ?

C'est en tout cas ce que prétend la majorité municipale qui compte baisser drastiquement les nouvelles " productions" à partir de 2014: celles-ci passeraient de 6000 à 4000 logements "produits" dans le nouveau Plan Local de l'Habitat.

Les 220 000 demandeurs de logement social à Paris n'ont pas la même manière de compter que Bertrand Delanoe: d'une part, parce que celui-ci estime qu'une fois les quotas de la loi SRU atteint, les mal logés "excédentaires " n'auront qu'à aller voir ailleurs si on veut bien les loger.

D'autre part, un logement "produit" contrairement à ce que l'on peut penser...n'est pas forcément un logement construit, ni même un logement dont le loyer correspond à ceux du logement social.

C'est ce que nous avons voulu démontrer en investissant aujourd'hui la Caisse de Retraites des Mines pour faire toute la lumière sur une vente d'immeubles effectuée en 2009: il s'agit de logements vendus pour un total de 93 millions d'euros par la Caisse de Retraites à Paris Habitat; le contrat s'est fait selon les règles de l'acquisition réhabilitation, puisque l'argent venait des fonds d'un bailleur social.

Or à ce jour, dans au moins une partie de ces immeubles , le loyer est resté exactement au même niveau que précédemment, et une partie des logements sont vides. Les personnes qui y résident sont cependant désormais compatibilisées comme locataires de HLM alors que la plupart a une demande de logement.

Tous ces logements, qui existaient déjà avant, qui n'ont pas été réhabilités, dont les loyers n'ont pas baissé sont cependant comptabilisés au titre de nouvelles "productions" HLM, au même titre que des nouvelles constructions.

La mairie de Paris depuis 2001 met en avant sa volonté de transparence totale sur le logement social: mais la complexité de la réglementation et les réformes successives permettent aujourd'hui de comptabiliser en logements sociaux, aussi bien des places en foyers que des logements dont seul le statut légal a changé, pour la plupart occupés.

Les concernés, toujours embourbés dans le mal logement ne se satisferont pas de logements en papier !

En début de semaine, nous rencontrerons la direction de la Caisse des Retraites des Mines , qui a accepté de communiquer sur ce dossier contrairement à Paris Habitat.


Paris: ce que cachent les chiffres du logement social ...
envoyé par HLMPOURTOUS. -

 

 

 

 

Ci dessous, le communiqué diffusé sur place:

Que sont vraiment les 6000 logements sociaux annuels de la Ville de Paris ?
 
 
C’est la question que nous sommes venues poser collectivement à la Caisse de Retraites des Mines qui en sait long sur le sujet.
Bertrand Delanoe annonce dans le plan Local de l’Habitat, que le nombre de nouveaux HLM « produits » va baisser à partir de 2014, et prend prétexte du quota de 20% fixé par la loi SRU pour ralentir encore la production.
 
 
Dans ces nouveaux logements SRU figurent un lot d’immeubles parisiens de la CANSSM, la Caisse chargée de gérer le régime des retraites des mineurs : ces immeubles acquis avec l’argent des cotisations des salariés ont été vendus à Paris Habitat le bailleur social de la Ville de Paris, pour un montant de 93 millions d’euros.
 
Voilà donc des logements existants, payés une première fois par les salariés, puis une deuxième fois par l’argent du logement social…
 
Le loyer de ces logements était conforme aux prix du marché avant le rachat par la Ville.
Mais, si ces 93 millions d’euros ont permis de les transformer en logements sociaux sur le papier et donc de faire gonfler les chiffres de la « production »  parisienne, les loyers n’ont pas changé après le rachat par Paris Habitat…
 
 
Nous avons été alertés de cette situation par des locataires actuels de ces immeubles, locataires également demandeurs de logements sociaux, car disposant de ressources faibles et étranglés financièrement par le montant des loyers. Mais ces locataires ne risquent pas de voir leur demande satisfaite puisqu’ils sont considérés comme titulaires de HLM depuis le rachat par Paris Habitat !
Voilà ce qui se cache derrière la soi disant « production » de logements à Paris : des opérations financières et des astuces comptables, des caisses de divers organismes para publics renflouées par l’argent du premier bailleur social parisien, et à la finale des logements sociaux qui n’existent pas ailleurs que sur le papier.
 
 
Et tout ceci dans la plus grande opacité : mais si les dossiers de presse sur le logement social parisien peuvent abuser des observateurs extérieurs, les demandeurs de logement  comme les locataires de Paris Habitat n’entendent pas laisser les élus  jongler avec des chiffres tronqués et avec l’argent du logement social.
 
Des logements pour tous, maintenant et pas que sur le papier !

16:38 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : plh, paris, logement social, conseil de paris, delanoe, sru | | |  Facebook

jeudi, 14 octobre 2010

Benoist Apparu annule son déjeuner pour éviter les mal logés

Benoist Apparu , le Ministre du Logement qui ne veut pas voir les mal logés...

Le Secrétaire d'Etat au Logement devait participer aujourd'hui à un déjeuner débat avec des investisseurs immobiliers de l'association " Des Pierres et des Hommes", déjeuner organisé dans un restaurant du 1er arrondissement, " Le Carré des Feuillants".

Le Collectif des Mal Logés en Colère était présent en nombre, puisque les demandeurs de logement social eux n'ont pas d'occasion de débattre avec leur Ministre.  Et pourtant, entre la baisse du budget du logement social, la ponction étatique sur les fonds des bailleurs sociaux, la réforme de l'APL et sa diminution annoncée, le nombre de mal logés sans aucune solution ne va faire que grandir.

Mais au Secrétariat d'Etat, on continue la politique de l'autruche: Benoist Apparu a annulé sa venue.

Nous continuerons pour notre part, invités ou pas,  à être présents là ou se prennent les décisions qui nous concernent, celles qui nous maintiennent dans le mal logement.

Ci dessous le communiqué diffusé sur place :

Les Mal-Logés coupent l'appétit de Benoist Apparu
envoyé par HLMPOURTOUS.

TOUS PROPRIETAIRES, TOUS ENDETTES, TOUS MAL LOGES ?

Le budget 20011 est une nouvelle régression pour le logement social: le montant global de l'investissement consacré à la construction de nouveaux logements passe de 610 millions d'euros à 500 millions d'euros..

Dans le même temps, l'Etat a décidé de prélever trois cent millions d'euros sur le budget des organismes HLM. Cette somme s'ajoute à celles prélevées pour le financement de l'Agence Nationale de Rénovation Urbaine sur les fonds du 1% et va tout simplement réduire quasiment à néant la construction de logements à bon marché par les collecteurs du 1%.

Dans ce contexte, le choix de Nicolas Sarkozy, de Jean Louis Borloo et de Benoist Apparu de faire leur communication de rentrée sur l'accession à la propriété, dont les crédits sont revus une nouvelle fois à la hausse ne signifie rien d'autre que le refus assumé de ne pas prendre en compte les besoins réels en matière de logement de la majorité des salariés, des précaires, et de tous ceux qui ont des revenus modestes.

Le prêt à taux zéro étendu , d'un cout évalué à 2, 5 milliard d'euros va représenter le tiers du budget logement total de l'Etat.

Désormais non soumis à des conditions de ressources, il va donc profiter à une partie de la population qui n'a pas de difficultés particulières à se loger. Il ne changera par contre rien du tout, pour tous ceux qui sont exclus de l'accès au crédit bancaire: la plupart des précaires, les millions de chômeurs et tous ceux dont les ressources sont trop faibles ou trop instables.

Pour les mal logés et les demandeurs de logement social, cette nouvelle mesure est une pierre de plus au mur qui les empêche d'accéder à un logement décent : elle s'ajoute à la vente des logements sociaux existants, aux destructions de HLM par centaines de milliers effectuées par l'ANRU ces dernières années, à l'augmentation permanente des loyers du privés que peuvent se permettre les propriétaires face à la pénurie de logements sociaux. Elle s'ajoute au pillage des cotisations salariales du 1% logement.

Nous ne nous contenterons pas de la loi DALO, une loi qui restreint les critères d'accès prioritaires au logement social, et ne produit même pour ceux qui correspondent à ces critères, qu'un droit virtuel inscrit dans des décisions de justice non respectées.

Nous ne sommes pas propriétaires, nous sommes demandeurs de logement social : mais Benoist Apparu est ministre du Logement, et à ce titre il doit faire en sorte que notre droit soit respecté. Nous sommes là pour le lui rappeler.

Un logement pour tous, des loyers adaptés à nos ressources, maintenant !

16:13 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : benoist apparu, prêt à taux zéro, logement social, loi scellier, accession à la propriété, dalo, sru | | |  Facebook

jeudi, 16 septembre 2010

Paris Habitat OPH: le compte n'y est pas

Ce matin une centaine de membres du collectif ont manifesté une nouvelle fois devant le siège du premier bailleur social parisien. Comme lors de notre manifestation précédente, nous avons été reçus par la direction de Paris Habitat OPH.Nous leur avons réaffirmé notre volonté d'amplifier la mobilisation contre la politique du bailleur: achat d'une majorité de logements déjà occupés en lieu et place de nouvelles constructions, reversement de sommes supérieures aux loyers perçus à la Ville de Paris, concernant les ex logements de la SAGI.

Cette politique catastrophique conduit à une pénurie de plus en plus importante de logements sociaux à bas prix.

Pendant que les mal logés attendent en vain leur droit, la direction de Paris Habitat OPH tente de faire diversion sur les vrais problèmes à coups d'opérations de communication, comme celle menée cette semaine autour d'un hypothétique projet de chauffage alimenté par l'énergie dégagée par les passagers du métro.

L'écologie a bon dos: si personne ne s'oppose à ce que les logements soient moins voraces en énergie, nous constatons cependant que les logements HQE sont beaucoup plus couteux que les autres à construire, mais que le budget logement de Paris Habitat OPH n'augmente pas en conséquence !

 

Paris Habitat doit répondre à nos besoins immédiats: un logement pour tous, maintenant.


Paris-Habitat OPH : les mal-logés sont en Colère

17:42 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : paris habitat oph, hqe, logement social, collectif, mal-loges, sagi | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu