web analytics

Avertir le modérateur

jeudi, 01 avril 2010

Semaine du développement durable: détruire le logement social, c'est écologique ?

Ce matin, Jean Louis Borloo et Benoist Apparu devaient inaugurer la "Maison pour Agir", sur l'esplanade du Louvre, une initiative du Grenelle de l'Environnement.

70 membres du collectif des Mal Logés en Colère étaient sur place, venus interpeller les Ministres de L'Ecologie et du Logement sur leur action en matière de logement social, quarante huit heures après l'annonce de la faillite possible du 1% logement et en période de pleine reprise des expulsions locatives.

Les Ministres ont annoncé rapidement aux médias présents qu'ils ne se déplaceraient pas tant que les mal logés seraient présents.

Benoist Apparu , par son refus de venir à la rencontre de quelques demandeurs de logement social parmi des millions d'autres confirme sa fonction au sein du gouvernement: il y a bien un Ministre des propriétaires, mais pas de politique pour les mal logés.

Il ne reste aux millions de concernés par la crise du logement , salariés, chômeurs, retraités, jeunes ou familles, que la lutte pour imposer que leurs problèmes soient pris en compte.

UN LOGEMENT POUR TOUS MAINTENANT !


Semaine du Développement Durable, les mal loges indesirables
envoyé par HLMPOURTOUS. -

Ci dessous le communiqué diffusé sur place


LA CRISE DU LOGEMENT, "COMMENT ÇA MARCHE ?"


Benoist Apparu et Jean Louis Borloo inaugurent ce matin la « Maison Pour Agir », à l’occasion du lancement de la semaine du développement durable sur l’esplanade du Louvre.
Mal logés, nous saisissons l’occasion pour manifester notre colère face aux nouvelles en rafales qui illustrent, un peu plus chaque jour, les effets dévastateurs des politiques actuellement menées en matière de logement.


Où est passé l’argent du logement social ?

Hier, à l’occasion du congrès du 1%, on apprend que les caisses destinées au logement social et alimentées par les cotisations des salariés sont non seulement vides, mais en déficit.

Où est passé notre argent ? Notamment dans les caisses de la Foncière Logement, organisme géré par l’Etat et le 1%, dont le bilan en matière de construction de logement social est qualifié de « médiocre » par la Cour des Comptes, outre des coûts de fonctionnement énormes et plutôt opaques.

Mais aussi dans celle de l’Agence Nationale de Rénovation Urbaine, dont on apprend qu’elle aussi est à court de fonds…pour reconstruire et réhabiliter, car les démolitions de centaines de milliers de HLM, elles ont été financées rubis sur l’ongle.

Comme si le manque de logements sociaux n’était pas assez criant, le gouvernement maintient son intention de vendre 10% du parc.

Et affiche ensuite fièrement un investissement annuel de 10 milliards d’euros dans le logement social : astuce comptable, les 5, 1 milliards d’euros d’allocations logement sont inclues, ce qui ne laisse que 4,9 Milliards d’euros pour l’aide à la pierre directe, dont une partie de prêts aux organismes HLM.

En comparaison, l’ensemble des aides pour l’accès à la propriété représentent au moins 7 milliards d’euros.

 


Un ministre pour les propriétaires, pas pour les mal-logés



Mais tout le monde ne peut pas être propriétaire, tout le monde ne peut pas acheter la maison en bois HQE exposée aujourd’hui sur le Parvis du Louvre et encore moins le terrain qui va avec en Ile de France ou à Paris. Les travailleurs modestes ou pauvres, les familles nombreuses ou les parents isolés, les précaires, les chômeurs n’ont qu’une seule possibilité pour se loger : le HLM.

Aujourd’hui, la destruction du logement social nous condamne à l’errance, à la sur-occupation, à l’insalubrité, aux expulsions.

Les mêmes Ministres qui affirment qu’il n’y a jamais eu autant d’efforts faits pour le logement, reconnaissent eux même qu’ils ne sont pas en mesure de reloger, même en cas de mise à la rue.

Une nouvelle fois, nous manifestons parce que nous ne laisserons pas détruire le logement social en silence.

 

UN LOGEMENT POUR TOUS MAINTENANT

 

Voir la dépèche de Presse : L'Express

 

16:37 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : maison-pour-agir, développement-durable, mal-logés, borloo, apparu, logement-social, expulsions, ademe | | |  Facebook

jeudi, 25 juin 2009

Des Mal-logés interpellent APPARU : Occupation de l'EPF

borloo.jpg Occupation de l’Etablissement Public Foncier d’Ile de France

 

Cinq ans après, de retour au Logement, Jean Louis Borloo a des comptes à rendre aux mal logés.

 

Le collectif des Mal Logés en Colère à occupé depuis ce matin jusqu'en fin d'après midi, l’Etablissement Public Foncier d’Ile de France, rattaché au Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Aménagement du Territoire, dont dépendent désormais les décisions en matière de logement social. C’est à l’EPF Ile De France que se définissent et se financent les priorités pour le foncier disponible.

 

L’éphémère Ministère du Logement a donc fait son temps : Christine Boutin, finalement n’aura rien inventé juste amplifié quelques grandes tendances : destruction du logement social par tous les moyens, démolitions de HLM, ventes au privé, instauration de baux de plus en plus précaires et détournement des fonds destinés initialement à construire du logement bon marché vers l’accession à la propriété et des subventions de plus en plus nombreuses aux propriétaires privés.

 

C’est donc Jean Louis Borloo qui à nouveau se voit investi de la compétence sur le logement social par l’intermédiaire d’un Secrétariat d’Etat dévolu à Besnoit Apparu, et rattaché à son Ministère.

 

Lors de son précédent mandat de Ministre chargé de la Cohésion Sociale, Borloo déclarait avec assurance que ses réformes permettraient de mettre un terme à la crise du logement quelques années plus tard.

 

Quelques années plus tard, nous, mal logés toujours plus nombreux et toujours plus en colère, sommes donc venus à l’EPF demander des comptes sur ces déclarations optimistes qui coïncidaient avec la mise en place de l’ANRU, et la démolition de centaines de milliers de logements existants.

 

En Ile de France, la situation était déjà catastrophique, elle n’a cessé d’empirer : les établissements publics chargés de mettre en œuvre l’aménagement du territoire cautionnent la réservation du foncier bien situé aux complexes de bureaux et d’entreprises : aux portes de Paris, qu’il s’agisse des programmes prévus dans l’Est , ou au Sud, les terrains libres dans les quartiers populaires de Paris et la petite Couronne y sont dévolus , et la construction de vrais logements sociaux y est purement symbolique, si l’on en retire les PLS accessibles uniquement aux plafonds les plus élevés et dont les loyers sont de plus en plus hauts.

Et l’exil des quartiers populaires est bien la seule mise en œuvre de la fameuse mixité sociale tant vantée.

 

L’occupation de l’EFP Ile de France , géré conjointement par l’Etat et les collectivités locales et compétent dans les choix d’aménagement du territoire francilien vise donc à rappeler à Mr Borloo, que nous ne nous contenterons pas, en matière de logement social, des Grenelle et des anticipations optimistes sans suite.

 

 

UN LOGEMENT POUR TOUS, TOUT DE SUITE

 

18:23 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : apparu, borloo, secretariat d'état au logement; collectif des mal logés, dalo | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu