web analytics

Avertir le modérateur

vendredi, 29 avril 2011

Quand Delanoé fait séquestrer des mal-logés pour s'entretenir avec des journalistes

cfj delanoé.jpgCe matin, Bertrand Delanoë donnait une conférence aux étudiants en journalisme du CFJP.
Plus de 70 parisiens demandeurs de logement s’étaient donc rendus sur place pour évoquer concrètement leur situation catastrophique  et le résultat concret de la politique menée dans la capitale.

Ce résultat est simple : il y avait 100 000 demandeurs de logement enregistrés en 2001, dix ans plus tard, nous sommes au moins 120 000, sans compter tous ceux qui se découragent et ne renouvellent même pas leur dossier, faute de résultats.

Bertrand Delanoë ne semble pas supporter de se voir rappelé à cette réalité. Surtout devant la presse.

Ce sont donc une dizaine de cars de CRS qui ont été réquisitionnés pour nous encercler pendant plusieurs heures, tandis que certains d’entre nous étaient maintenus enfermés dans le sas de l’école pendant tout ce temps. Concernant ces mal–logés , la police nous a bien indiqué qu’il ne s’agissait ni d’un contrôle d’identité, ni d’une garde à vue mais d’un ordre de la direction de l’école et du Maire.

Heureusement pour nos élus, le ridicule ne tue pas, mais le mal-logement brise nos vies tous les jours.

C’est pourquoi notre lutte continue malgré la répression et le mépris. Nous continuerons à nous battre pour notre dû : un logement pour tous, maintenant.

 

16:04 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : delanoé, cfj, mal logés, expulsion, paris, logement, hlm, paris-habitat oph, rivp, mal-logement | | |  Facebook

jeudi, 13 janvier 2011

Occupation de la DRIHL: les logements en Ile de France, c'est pour quand ?

Le collectif des Mal Logés en Colère s'est invité aujourd'hui à la Direction Régionale et Interdépartementale de l'Hébergement et du Logement, placée sous l'Autorité du Préfet de Région et crée en juillet 2010.

La DIRHL est censée unifier et coordonner les différents services existant auparavant pour résoudre la question du mal-logement en Ile de France.

Nous sommes donc venus demander à Jean Martin Delorme, directeur de cette nouvelle structure, ce qui a changé, en positif, depuis six mois et comment aujourd'hui nos problèmes peuvent trouver une solution concrète.

En effet, dans nos galères de logement, la tendance est plutôt à l'aggravation.

Face à la mobilisation montante de tous les mal-logés, jeunes ou vieux, célibataires ou en famille, seule la Préfecture de Police semble envoyée sur le terrain, pour faire taire les demandeurs de logement social qui exigent leur dû.

Benoist Apparu répète en boucle qu'il faut faire du logement social là où il y en a besoin, mais il s'agirait de faire au lieu de parler.

Après négociation, nous avons obtenu en échange de notre sortie un rendez-vous de travail avec Jean Martin Delorme, directeur de la DRIHL, et représentant de la Préfecture de Région: après des mois d'évacuations policières et de politique de la porte fermée, un interlocuteur de l'Etat compétent  nous est donc proposé.

Nous verrons ce qu'il en sera en termes concrets, et restons déterminés jusqu'au relogement de tous.


Paris : des mal-logés occupent la DRIHL
envoyé par HLMPOURTOUS. -

 

La dépêche AFP

Des mal-logés occupent la Direction du Logement d'Ile-de-France

 Des militants du collectif des Mal-logés en colère occupaient jeudi à la mi-journée les locaux de la Direction régionale et interdépartementale de l'hébergement et du logement (Drihl) à Paris pour dénoncer la politique du gouvernement et réclamer des logements.

 Entre 70 et 80 militants, selon une source policière, se sont introduits "dans les bureaux" de la Direction, située dans le XVe arrondissement, a expliqué une militante du collectif, confirmant leur nombre, par téléphone.

 Le collectif demandait à être reçu par Jean-Martin Delorme, le directeur de cette structure, pour entamer "des négociations concrètes" sur leur accès à un logement, a-t-elle précisé, sous couvert de l'anonymat.

 "La Drihl a été créée en juillet 2010 pour coordonner l'accès au logement en Ile-de-France et six mois après on n'a pas l'impression que la situation s'arrange. Au contraire, elle s'aggrave", a expliqué la militante.

 "Des gens se font virer de leur hébergement car ils y sont restés trop longtemps et il n'y a pas de porte de sortie", a-t-elle dénoncé.

 Dans un communiqué, le collectif dénonce aussi la situation de "certains foyers (qui) s'endettent pour payer le loyer", celle de "retraités de plus en plus souvent en errance ou hébergés chez des proches eux-même mal-logés", et le fait que "le droit au logement opposable (Dalo) se résume à rien".

16:03 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : benoist apparu, mal-logement, expulsion, sru, dalo, hlm, hébergement | | |  Facebook

jeudi, 30 décembre 2010

16ème arrondissement: la mairie évacue les mal logés au lieu de les reloger

Ce Mardi 28 décembre devant l'Assemblée Nationale, le Secrétaire d'Etat au Logement Benoist Apparu, a choisi de clôturer une année de politique de destruction du logement social en mettant cyniquement en lumière une pratique méconnue de la loi SRU.
Ce Jeudi c'est à la Mairie du 16éme arrondissement, symbole parisien du refus de construire des logements sociaux, que le Collectif des Mal-logés en Colère a choisi de clôturer une année de lutte pour l'accès au logement social de tous les mal-logés.

Comme souvent, l'occupation s'est terminée par une évacuation policière et un contrôle d'identité: il y a toujours de l'argent public à gaspiller pour la répression, et ce alors que le Maire du 16ème, comme la Préfecture n'ont qu'à consulter un peu plus souvent les listes d'attente des demandeurs de logement sociaux s'ils veulent connaître l'identité des mal-logés !


Le Secrétaire d'Etat a indiqué que la Loi SRU, censée  imposer un quota minimum de 20% de logements sociaux par commune, sous peine d'amende, prévoit aussi une exonération de ces pénalités, en cas d'"investissement dans le logement social".
Ainsi sur les 75 millions de pénalités qui devaient être versés a ce titre pour l'année 2009, seuls 31 millions ont effectivement été versés à l'Etat.

Pourtant l'investissement dans le logement social reste une notion bien vague, et ne signifie nullement la production de logements sociaux. En témoigne l'exonération de la commune la plus "hors la loi" en matière de quota de logement social : Neuilly-sur-Seine.

La loi SRU ne contraint donc pas Neuilly-sur-Seine et ses 3% de logement sociaux , et à ce rythme, il ne risque pas d'y avoir 20% de HLM là bas avant une bonne centaine d'années. Mais la loi SRU conjuguée aux plans de rénovation urbaine, permet de justifier la destruction massive de logement sociaux, partout où leur nombre est supérieur au seuil des 20%.
Ce sont des centaines de milliers de logements sociaux qui ont ainsi été détruits en moins d'une décennie.

Pour nous, mal-logés, cette mise au point de Benoist Apparu devant l'Assemblée Nationale ne peut sonner que comme un soutien aux élus qui refusent la construction de logement sociaux, malgré une demande de plus en plus écrasante. Il apparait "normal", même au yeux de la loi SRU, que des communes ou des arrondissements comptent moins de 3% de logements sociaux

Ainsi à  Paris en 2010, c'est notamment le Maire du 16éme arrondissement, Claude Goasguen, qui s'est illustré dans cette opposition aux logements sociaux, en apportant son soutien aux associations qui luttent contre les constructions, bloquant notamment un projet de 407 nouveaux logements dans l'arrondissement.


Un refus qui ne tient pas compte de la demande sur la capitale, mais surtout un refus qui ne tient pas compte de la demande qui s'accroît sur l'arrondissement même. Le 16éme arrondissement ne compte en effet que 2,5% de logement sociaux, alors que la demande interne à l'arrondissement explose avec près de 4000 dossiers en attente. Des mal-logés qui pour beaucoup travaillent dans le 16éme arrondissement et ont besoin d'y rester. 

Entre des élus locaux de l'UMP qui s'opposent à la construction de logements sociaux là où il y en a peu, avec ce qui semble etre le feu-vert du Secrétaire d'Etat, et la politique de rénovation urbaine du gouvernement qui détruit massivement des HLM dans les villes où le quota est dépassé, quel espoir pour les demandeurs de logements ?

C'est la question que nous sommes venus poser collectivement au Maire du 16éme arrondissement, Claude Goasguen, qui soutient par ailleurs la politique gouvernementale lorsquil s'agit de détruire des logements sociaux ailleurs que dans le 16éme.
Parmi nous, des demandeurs de l'arrondissement dont le dossier est en attente depuis plusieurs années.

Nous ne voulons pas de quota, nous ne voulons pas de pénalités, nous voulons un logement pour tous, à hauteur de nos revenus, là où on en a besoin, y compris dans le 16éme.

Voir aussi la précédente occupation de la Mairie du 16éme arrondissement en Juin 2010

 


Paris : Manifestation de mal-logés à la Mairie du 16éme

18:21 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : goasguen, benoist apparu, sru, mal-logement, mixité sociale, dalo, expulsion | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu