web analytics

Avertir le modérateur

jeudi, 24 mai 2012

Le logement c'est maintenant: Cecile Duflot interpellée

Une centaine de demandeurs de logement social, de Paris et de banlieue ont interpellé Mme Cécile Duflot , ministre du Logement et de l'Egalité des territoires à l'occasion d'une réunion publique concernant la campagne des législatives qui se tenait dans une école du 11ème arrondissement.

Nous étions présents parce que l'urgence du mal-logement n'attend pas , qu'elle concerne des millions de personnes , quel que soit leur situation spécifique.

Nous étions présents parce que nous avons subi ces dernières années une politique de destruction acharnée du logement social , une politique de mépris et de répression des mal-logés, une politique qui aboutit aujourd'hui à l'impasse totale pour tous ceux qui sont privés du minimum , un logement décent. Face à ce constat, ce sont des mesures de relogement immédiates et massives qui doivent être prises , et pas seulement des mesurettes comme l'arrêt des expulsions pendant quelques semaines pour une seule catégorie de personne concernées ou un blocage des loyers dont les effets mettraient des années à se faire sentir.

En attendant des résultats concrets, les mal-logés continueront à manifester et à lutter.

Pour le moment, Mme Duflot nous a fixé un rendez-vous pour la semaine prochaine, lors duquel nous exprimerons notre revendication : un logement pour tous maintenant .


Cécile Duflot, Ministre du Logement, interpellée... par HLMPOURTOUS


Le communiqué diffusé sur place

Les mal-logés viennent à la rencontre de leur Ministre

 Nous, mal-logés du Grand Paris , venons aujourd'hui à la rencontre de Cecile Duflot, nouvelle Ministre du Logement , de l'Egalité des Territoires, et du Grand Paris, à l'occasion d'une réunion de campagne des législatives.

 Certes le thème de la réunion n'est pas le logement, et c'est en tant que candidate à la députation que Mme Duflot est annoncée ce soir. Mais face à l'urgence des situations sur lesquelles elle est désormais compétente, nous estimons nécessaire de bouleverser un peu un agenda qui ne nous semble pas pour l'heure assez chargé pour résoudre les problèmes.

 Nous avons bien entendu l'annonce selon laquelle personne ne serait expulsé des hébergements d'urgence jusqu'au 31 mai.

 Mais ensuite ? Et qu'en est-il de ceux , plus de la moitié des appelants au SAMU social parisien qui n'ont même pas pu obtenir un hébergement cet hiver ? Qu'en est-il de ceux qui sont dans des hôtels dont le financement n'est plus assuré par personne ? Qu'en est-il de ceux qui attendent avec angoisse l'expulsion imminente de leur appartement à cause d'un congé pour vente.

 Nous avons bien entendu les annonces sur l'encadrement des loyers du privé , « afin que ceux-ci ne dépassent pas les prix du marché ».

 Cela bloquera peut-être une augmentation future, mais aujourd'hui nous sommes déjà des centaines de milliers à étouffer sous le poids de loyers hors de prix, contraints de vivre dans des logements suroccupés faute de pouvoir payer plus grand.

 Seul l'accès à un logement social peut résoudre cette situation. Or 80 pour cent d'entre nous ne peuvent accéder qu'à un PLA-I et malheureusement seuls 22 pour cent des logements construits en dix ans à Paris sont de ce type, alors qu'on bâtit en masse du PLS aux loyers très chers, qu'on ne peut raisonnablement qualifier de logement social. Or aucune annonce n'a été faite à ce sujet , l'un des plus importants pour les demandeurs de logement social.

 De toute façon, la question n'est pas seulement celle de l'orientation future de la politique du logement : des solutions immédiates doivent être trouvées pour tous ceux qui attendent depuis des années dans des conditions effroyables.

 

Il faut agir maintenant, reloger maintenant.


22:14 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : cecile duflot, grand paris, blocage des loyers, expulsions, hébergements, pla-i | | |  Facebook

jeudi, 05 avril 2012

Dans le 10ème arrondissement, les mal-logés maintiennent la pression !

mal logés, 10ème arrondissement, rémi ferraud

Malgré les milliers de dossiers en attente dans le 10ème arrondissement, le maire Rémi Ferraud se refuse à prendre la mesure du problème: même là ou du foncier est disponible pour construire du logement social neuf, comme sur les terrains qui vont être libérés du fait de la destruction d'une partie de l'hôpital Lariboisière, la municipalité en accord avec l'AP-HP a choisi de vendre au privé !

Comment s'étonner dans ces conditions que le mal-logement s'aggrave et que les demandeurs de logement restent sans solution ?

Rémi Ferraud, faute de réponses concrètes tente de jouer l'usure: une centaine d'entre nous avaient été évacués en janvier dernier de la mairie sans la moindre négociation.

Nous sommes donc revenus manifester ce matin pendant plusieurs heures !


                         Paris :  des mal-logés manifestent... par HLMPOURTOUS

15:46 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : rémi ferraud, bertrand delanöe, mal-logés, insalubrité, expulsions, dalo, crise du logement | | |  Facebook

jeudi, 15 mars 2012

Reprise des expulsions: une centaine de mal-logés occupent la CAF de Paris

Une centaine de mal-logés ont occupés ce 15 Mars,  la CAF du 5ème arrondissement de Paris rue du Pot de Fer.

Aujourd'hui prend fin la trève des expulsions : à Paris, des milliers de foyers se retrouvent sous le coup d'une menace d'expulsion imminente.

Incapable de faire face à ses obligations de relogement pour ces foyers, l'Etat s'apprête actuellement à prendre une mesure qui pourrait en amener des milliers d'autres à se retrouver à la rue à plus ou moins brève échéance, faute de pouvoir payer leur loyer.

En effet, depuis cet hiver, la CAF de Paris a lancé une vague de procédures de suppression des allocations logement, procédures qui vont aboutir au début du mois de mai, juste après les élections.

Cette suppression des allocations logement concerne notamment tous les foyers qui ont été reconnus prioritaires DALO pour cause de suroccupation, un cas de mal-logement très fréquent dans la capitale, ou la cherté des loyers et les difficultés d'accès au logement social condamnent beaucoup de gens à rester entassés à plusieurs générations dans des logements trop petits.

Légalement les allocations logement sont conditionnées à une surface minimum de 9m2 par personne: mais jusqu'ici la CAF ne pénalisait pas les allocataires, dont l'agrandissement du foyer ne permettait plus de remplir cette condition.

En choisissant de supprimer brutalement l'allocation logement aux foyers concernés, l'Etat prend la responsabilité de laisser des milliers de mal-logés en suroccupation dans l'impossibilité de faire face au montant du loyer. Très vite, ce seront donc des procédures d'expulsion qui seront engagées par les propriétaires.

Manifestement, les fichiers du DALO accessibles à la CAF, sont utilisés pour repérer les foyers concernés par la suroccupation: en effet, toute personne reconnue prioritaire sur ce critère à Paris reçoit rapidement un avis de procédure de suppression des allocations émanant de la CAF...

Non seulement, l'Etat ne respecte pas son obligation de relogement , notamment celle qui découle de la loi DALO, mais désormais cette loi est donc apparemment utilisée pour pénaliser les mal-logés !

Nous ne comptons pas nous laisser faire et sommes ici pour exiger le maintien des allocations logement jusqu'au relogement !


Fin de la trêve d'hiver : des mal-logés occupent... par HLMPOURTOUS

12:25 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : expulsions, trève d'hiver, manifestation, caf, dalo, allocation logement | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu