web analytics

Avertir le modérateur

vendredi, 11 mars 2011

Mal-logement: Benoist Apparu remporte le record des expulsions locatives

Il y a quelques semaines, Mr Benoist Apparu secrétaire d'Etat au Logement depuis maintenant presque deux ans annonçait un soi disant "record" de la production de logements sociaux en France.

Dans la réalité, il n'y a jamais eu autant de demandeurs de logement social en attente, 120 000 pour le seul département de Paris.

En 2010, le chiffre record de 110 000 décisions d'expulsions locatives a été atteint, et le recours à la force publique a bondi de 182 pour cent en quelques années.

Voilà les vrais records consécutifs à la politique du logement menée depuis des années.

Ils vont de pair avec d'autres, ceux de la hausse des loyers, qui précarise et appauvrit des millions de salariés , de retraités, de familles modestes, contraints de se priver de tout pour se loger, et plongés dans la spirale infernale de l'endettement puis de l'expulsion, dès lors que survient le chômage ou une baisse de revenus quelconques.

Les prix à la vente dans l'immobilier, notamment dans les quartiers populaires atteignent également des sommets: en conséquence les propriétaires se séparent de leur bien, et les expulsions suite à des congés pour vente connaissent une hausse exponentielle, touchant des gens qui ont pourtant payé des loyers hors de prix pendant des années.

Aujourd'hui, nous étions une centaine de mal-logés à occuper l'ACSE, l'Agence Nationale pour la Cohésion Sociale et l'Egalité des chances, afin d'exiger l'arrêt immédiat des expulsions et le relogement de tous.

Durant l'occupation le Secrétariat d'Etat, le Ministère de la Ville,comme la Préfecture de Région, comme la Préfecture de Police nous ont fait savoir qu'ils ne pouvaient s'engager sur rien, et même pas sur des solutions d'hébergement pour les expulsés.

Voilà la réalité concrète: on a détruit des centaines de milliers de logements sociaux, on en vend des dizaines de milliers chaque année. L'Etat cède les terrains disponibles aux promoteurs privés, aux constructeurs d'immobilier de bureau. Le budget du logement est utilisé pour subventionner les propriétaires au travers de l'ANAH, les exemptions d'impôt se multiplient.

Le résultat, c'est l'impossibilité d'accéder à un logement décent pour une partie croissante de la population, ce sont des expulsions sèches qui détruisent la vie sociale, professionnelle, scolaire, la santé des concernés.

Aujourd'hui, ce sont des centaines de CRS et de gardes mobiles qui ont été mobilisés pour nous évacuer de l'ACSE, gérée par le Ministère de la Ville.

La loi DALO, comme les mesurettes de Benoist Apparu , notamment la surtaxation hypothétique des petites surfaces louées trop cher ne sont que de la poudre aux yeux.

Mais la détermination des mal-logés ne faiblit pas malgré le mépris et la répression: nous empêcherons la destruction du logement social, nous imposerons la seule solution à la crise du logement, une offre de HLM qui corresponde aux besoins.


UN LOGEMENT POUR TOUS MAINTENANT

 

Expulsions : les mal-logés résistent (occupation... par HLMPOURTOUS

20:21 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : trève hivernale, expulsions, manifestation, mal-logés, benoist apparu, dalo, acse | | |  Facebook

mercredi, 08 décembre 2010

Forum des Halles: les mal logés valent plus qu'Unibail


Soixante mal logés ont manifesté ce matin à l'occasion de l'inauguration de l'exposition sur le futur forum des Halles par Bertrand Delanoë au Pavillon de l'Arsenal.


Dans une ville qui compte 120 000 demandeurs de logement, comment tolérer que 800 millions d'euros soient investis pour un ensemble immobilier qui va être vendu au privé, quand le budget total du logement social représente, lui, moins d'un million d'euros.

Parqués à l'extérieur du Pavillon protégé par de nombreux vigiles et CRS, les demandeurs de logement ont affiché leur détermination, malgré les conditions climatiques : à l'intérieur le bruit de la manifestation était apparemment très dérangeant pour les élus , architectes et promoteurs  qui n'ont pu faire comme si les Parisiens pauvres n'existaient pas :le cabinet de Bertrand Delanoe a fini par nous accorder un rendez-vous en urgence demain matin.

 


Le communiqué diffusé sur place

En 2008 l’investissement propre de la Ville en matière de logement social s’élevait à environ 700 millions d’euros, tous postes confondus.

Bertrand Delanoe inaugure aujourd’hui une exposition consacrée à la rénovation du forum des Halles : la Ville va y investir presque un milliard d’euros.

Un milliard d’euros d’investissements pour des bâtiments vendus à Unibail, un milliard d’euros donc qui ne profiteront à la finale qu’à cet investisseur privé.

Nous sommes 120 000 demandeurs de logement à Paris. Un seul centre commercial mérite aux yeux de la municipalité plus de dépenses d’argent public que l’ensemble des mesures qui pourraient nous sortir du mal logement, à commencer par la construction de logements neufs et bon marché.


Mais « A Paris, on manque de foncier disponible » répètent Bertrand Delanoe et ses élus .  Et bien sûr hors de question de défigurer la capitale avec des tours ….

Sauf s’il s’agit de tours de bureaux, sauf s’il s’agit d’Unibail, encore une fois : le plan local d’urbanisme a été modifié exprès pour le projet d’une tour pyramidale dans le quinzième tour… arrondissement.

Cela fait des années que nous manifestons régulièrement au Pavillon de l’Arsenal, le lieu où s’expose et se rêve le Paris de demain : celui où les mal-logés ne seraient pas là pour gâcher le paysage, celui des bureaux aux architectures futuristes, et des centres commerciaux ultra modernes ou ceux qui en auront les moyens feront leurs courses. Pas celui des personnes aux revenus modestes, déjà bien assez nombreuses aux yeux des élus parisiens, puisqu’ils ont même décidé de ralentir la production déjà insuffisante de logements sociaux.

Pour les demandeurs de logement, il y a le grand Paris, enfin le très Grand Paris : sans arrêt, Bertrand Delanoe répète que c’est à d’autres départements d’Ile de France de nous loger…

Mais si Unibail ne veut pas aller faire ses tours en zone 5, nous ne voulons pas non plus déménager, pour être pauvres, nous n’en sommes pas moins Parisiens.

Nous continuerons donc à rappeler à notre Maire qu’il a légalement le droit de faire autant de bureaux et de projets pharaoniques qu’il le souhaite, mais qu’il a également le devoir de nous loger.

 

16:35 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : forum halles, canopée, mal-logés, delanoe, pavillon de l'arsenal, unibail, sdf, plu, paris, budget-logement | | |  Facebook

vendredi, 29 octobre 2010

Budget 2011: les mal logés occupent la CNAF

C'est encore une goutte d'eau en moins dans un vase de plus en plus vide , celui du budget consacré à l'accès au logement des personnes aux revenus modestes: la loi de financement de la sécurité sociale 2001 prévoit la disparition de la rétroactivité à trois mois de l'allocation logement, dont les critères et le montant n'ont cessé d'être restreints ces dernières années.

Nous étions donc une centaine de demandeurs de logement et de locataires HLM à l'occupation surprise du siège national de la CNAF ce matin, pour montrer qu'aucune régression supplémentaire n'aura lieu sans réaction des concernés.

Nous étions là aussi pour dire stop aux multiples prétextes inventés pour couper ou refuser les allocations : la suroccupation, qui légalement donne droit à un relogement, l'insalubrité notamment dans les hôtels pourris aboutissent désormais à la suppression de l'APL, et les CAF qui n'ont pas assez de personnel pour traiter les dossiers, en trouvent sans problème pour organiser des campagnes de contrôle massives contre les mal logés !

L'informatisation de nos dossiers, et les échanges de données entre administrations censées faciliter l'accès à nos droits donnent de fait lieu à d'étranges coincidences: ainsi depuis la création du fichier DALO, comportant l'ensemble des informations relatives à la situation locative des concernés, et accessible pour la CAF, les contrôles ont tendance à augmenter , justement pour les personnes reconnues en suroccupation...

Nous avons manifesté plusieurs heures au siège national , et obtenu l'engagement de la direction nationale d'un rendez-vous la semaine prochaine, ou des réponses nous seront apportées notamment sur ce fichier.

Ils détruisent le logement social pierre par pierre: mal logés et locataires, nous ne les laisserons pas faire !

UN LOGEMENT POUR TOUS MAINTENANT

 
Budget 2011 : le logement social détruit pierre par pierre

Ci dessous le communiqué diffusé sur place

Réforme de l’APL, une attaque de plus contre les mal-logés


A la rentrée, le gouvernement retirait son projet contre les étudiants des familles modestes, qui visait à obliger leurs parents à renoncer à la demi part fiscale si leur enfant demandait l’APL.

Pour de nombreux mal logés, notamment ceux qui vivent en suroccupation, ce retrait a été un grand soulagement : en effet, l’appoint de l’APL est ce qui permet à beaucoup de faire des études dans de bonnes conditions de travail.

Mais ce qui a été rendu d’une main est aujourd’hui en passe d’être repris de l’autre : le budget 2011 prévoit la suppression de la rétroactivité de l’allocation logement, c'est-à-dire de percevoir trois mensualités précédant la demande.

Cela s’ajoute à des contrôles CAF spécifiquement dirigés contre les mal logés en constante augmentation, et qui aboutissent à la suppression des allocations logement, lorsque le logement est trop petit pour la composition familiale. Mais aussi à la suppression de ces mêmes allocations aux mal logés locataires dans des hôtels insalubres et dangereux : depuis 2005, ce sont les victimes des marchands de sommeil hoteliers qui sont punies, puisqu’elles se voient retirer leurs aides et payent le loyer plein pot alors qu’aucune proposition de relogement convenable ne leur est faite dans l’immense majorité des cas.

Nous allons donc nous battre pour le retrait de cette nouvelle restriction de nos droits, car c’est aussi un symbole de la destruction par tous les moyens du financement public du droit au logement pour tous ceux qui n’ont pas les moyens d’être propriétaires.

Aujourd’hui, même les bailleurs sociaux fixent des conditions de solvabilité drastiques pour l’attribution de leurs logements : les précaires en CDD, en intérim , à temps partiel notamment voient leurs dossiers écartés à cause de l’incertitude permanente qui pèse sur leur niveau de ressources. C’est évidemment pire dans le privé.

L’allocation logement, son niveau comme sa rapidité d’attribution sont donc une protection essentielle pour les ménages aux revenus modestes Le retard permanent dans le traitement des dossiers et l’allongement des délais pour le versement de la prestation constitue une source de difficultés financières et sociales très importantes : de nombreux ménages ont déjà des dettes de loyer quelques mois après leur entrée dans un logement à cause de ces retards.

Ces  économies sur le dos des travailleurs et des familles pauvres seront donc une nouvelle pierre au mur qui empêche des millions de personnes d’accéder à un logement décent.

Nous manifestons aujourd’hui au siège de la CNAF pour obtenir leur retrait

 

16:17 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : apl, apparu, cnaf, allocation, mal-logés, budget 2011, sécurité sociale | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu