web analytics

Avertir le modérateur

vendredi, 15 janvier 2010

Vidéo : Paris Métropole le ton monte entre les Elus et les Mal-logés

Ce jeudi 14 janvier, en pleine campagne électorale des régionales, Anne Hidalgo , première adjointe au Maire de Paris et Jacques Salvator signent en mairie d'Aubervilliers un protocole de coopération entre les deux communes.

Nous étions 80 mal logés en colère à nous être invités une nouvelle fois dans le processus de construction de Paris Métropole. Pendant deux heures, c'est donc dans une mairie occupée très bruyamment, et en présence des forces de l'ordre, que les élus parisiens et albertivillariens tiendront leur réunion, enfermés dans une salle à l'étage.

Le message adressé aux demandeurs de logements sociaux est clair.Les élus d'aujourd'hui  rêvent le Grand Paris de demain débarassé de ses habitants aux revenus modestes, qui osent exiger le minimum : un logement pour tous.

Jacques Salvator, maire d'Aubervilliers tentera de calmer notre colère en nous promettant une réunion tripartite immédiate avec les élus parisiens. Mais ceux-ci, comme à leur habitude, ne tiendront pas leur engagement et s'esquiveront par la petite porte, laissant leur collègue d'aubervilliers affronter seul le collectif.

 

Penaud, le maire d'Aubervilliers proposera de nous recevoir seul, en contradiction avec ses engagements précédents.

Nous avons préféré rester debout et en lutte, plutôt que nous asseoir en face de Monsieur le Maire. A quoi bon puisque les discours ne sont jamais suivis d'actes ?

Le maire d'Aubervilliers nous a déclaré que nous ne gagnerions rien avec nos luttes.

Nous lui avons montré aujourd'hui, qu'en tout cas, le mépris des élus ne nous fera pas perdre notre dignité.

Voir le communiqué diffusé sur place en cliquant ici

 

20:20 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : aubervilliers, anne-hidalgo, logement, pierre-mansat, mal-logés | | |  Facebook

vendredi, 08 janvier 2010

BATIGERE la misère ?

 

le Collectif des Mal-logés en colère chez BATIGERE.jpg80 mal logés ont occupé ce vendredi 8 janvier le siège du bailleur social Batigère.

 

La raison de notre venue collective chez ce bailleur, propriétaire de 13 000 logements, rien qu'en Ile de France tient en un chiffre : sur l'année 2007, ce bailleur n'a produit que 28 logements très sociaux.

Est-il vraiment besoin de pondre sans arrêt des rapports et des expertises sur le problème du mal logement pour en comprendre les raisons ?

Les logements très sociaux ( PLA-I ) sont les seuls qui sont attribués aux ménages gagnant le SMIC ou moins, les seuls qui correspondent aux revenus des familles monoparentales, les seuls qui permettent de faire face au loyer quand on a des salaires irréguliers, des périodes de chômage, de temps partiels. Selon les estimations des pouvoirs publics eux même, ce type de loyers correspond aux revenus de 70% des demandeurs de logement parisiens.

Batigère assure notamment la fourniture de logements à plusieurs organismes réservataires du 1%. Or les mal logés aux revenus modestes qui cherchent à obtenir un logement par ce biais se voient toujours opposer des refus, même quand ils sont « labellisés » DALO avec toujours le même motif : «  taux d'effort financier trop important au regard des loyers du logement et des revenus du ménage ».

Dans le même temps, Batigère se vante de la vente de quelques 500 logements par an. Quel que soit le niveau de loyer de ces logements sociaux, ils sont toujours inférieurs à ceux du privé. Les foyers qui auraient pu être logés à l'avenir dans ces appartements vont donc aller rejoindre les rangs des demandeurs de logement social en attente, ou être contraints d'accepter les exigences des propriétaires du privé.

A terme, la vente des logements sociaux ne peut qu'entraîner de nouvelles hausses des loyers hors parc social.

Les mal logés n'ont pas d'autre choix que la lutte pour briser le cycle infernal créé par la politique des bailleurs sociaux comme Batigère : le refus de construction massive de HLM, la vente ou la démolition du parc existant,  d'un côté, l'investissement financier dans l'accession à la propriété et les hébergements provisoires de l'autre ne peuvent amener qu'à l'aggravation d'une crise du logement créée de toute pièces.

UN LOGEMENT POUR TOUS MAINTENANT !


18:17 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : logement, vente-hlm, crise, collectif, mal-logés | | |  Facebook

mercredi, 23 décembre 2009

La SNI, premier bailleur social d'Etat, vend nos logements au privé (Vidéo)

Un article de l'édition des Hauts-de-Seine du Parisien daté du mercredi 23 décembre 2009, revenant sur l'occupation d'un bureau de vente de la SNI par le Collectif des Mal-Logés en Colère, bureau responsable de la vente de centaines de logements du premier bailleur social d'Etat vers le secteur privé.

Voir le communiqué du Collectif ici

Le Collectif des Mal-Logés en Colere occupe un bureau de la SNI.jpg

 

18:39 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : oscica, sni, boulogne-billancourt, hauts-de-seine, sru, mixité-sociale, mal-logés | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu