web analytics

Avertir le modérateur

mercredi, 27 juin 2012

Présentation des résultats de l'activité 2011 d'Immobilière 3F : les mal-logés ont leur mot à dire

Aujourd'hui, l'un des plus importants bailleurs sociaux français présentait à la presse son rapport d'activités pour l'année 2011.

La direction des 3F est très satisfaite de ses résultats: mais sur le terrain, les locataires comme les demandeurs de logement n'ont pas forcément le même avis et pour cause, les relogements sont bien peu nombreux.

70 d'entre eux ont donc manifesté devant le siège et seront reçus par la direction générale dans les prochains jours.

Ces dernières années, les bailleurs sociaux ont invoqué nombre de mesures de restriction budgétaires et de ponctions sur leurs fonds propres pour justifier une politique gravement insuffisante en matière de production de logement.

Ces dernières semaines, cependant, les premières annonces du Ministère ont concerné l'abolition de quelques unes de ces mesures : nous souhaitons que cette situation profite directement aux demandeurs de logement social et que des garanties soient données à ce niveau.

 Le prélèvement destiné à financer l'ANRU va être supprimé, ce qui représente une économie de 175 millions d'euros tous bailleurs confondus.
 La cession de terrains publics va être proposée aux bailleurs sociaux

Le choix de l'utilisation des  fonds du 1% serait de nouveau  sous la responsabilité des collecteurs et des bailleurs

Mais ces mesures déjà très insuffisantes au regard des besoins ne peuvent profiter aux mal-logés que si des engagements concrets sont pris par les bailleurs sur certains points.

-La vente de logements sociaux doit cesser : ainsi en 2011 , le groupe 3F a effectué 5843 nouvelles mises en chantier, mais opéré 1890 mises en vente. Pour 3 nouveaux logements produits , on en vend donc 1, et ce alors que la production est déjà extrêmement basse par rapport aux besoins.

- Le type de logements produits doit être adapté à la demande , et ce de manière locale : le groupe 3F met en avant une production majoritairement composée de PLUS et de PLA-I. Mais par exemple, dans les banlieues des Hauts de Seine comme Boulogne, bien situées mais manquant gravement de logements sociaux à bas prix, le dernier programme en date est composé de 94 logements intermédiaires inaccessibles à la quasi totalité des demandeurs de logements sociaux pour seulement 38 PLUS. Sur Paris, les programmes les plus importants livrés récemment sont certes classés en PLAI ou PLUS, mais il s'agit en majorité d'hébergements comme les 207 places de foyer livrées Boulevard Pereire.

-Concernant le 1%, le groupe 3F est associé au collecteur SOLENDI .Or il faut bien constater que les salariés aux revenus modestes dont l'entreprise est affiliée à ce collecteur sont les grands oubliés de sa politique. Les propositions de logement adaptés aux faibles revenus sont très rares, et  très mal situées au regard de l'activité professionnelle du demandeur. Les salariés déjà logés par les 3F au titre du 1% et qui demandent une mutation , notamment pour cause de suroccupation n'ont quasiment aucune chance de l'obtenir.

Dans tous ces domaines, nous attendons des changements rapides correspondant à la gravité du mal-logement qui frappe une majorité de Franciliens à revenus modestes et moyens !

13:56 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : immobilière 3f, aedificat, manifestation, pla-i, plsyves laffoucrière, renouvellement urbain | | |  Facebook

jeudi, 24 mai 2012

Le logement c'est maintenant: Cecile Duflot interpellée

Une centaine de demandeurs de logement social, de Paris et de banlieue ont interpellé Mme Cécile Duflot , ministre du Logement et de l'Egalité des territoires à l'occasion d'une réunion publique concernant la campagne des législatives qui se tenait dans une école du 11ème arrondissement.

Nous étions présents parce que l'urgence du mal-logement n'attend pas , qu'elle concerne des millions de personnes , quel que soit leur situation spécifique.

Nous étions présents parce que nous avons subi ces dernières années une politique de destruction acharnée du logement social , une politique de mépris et de répression des mal-logés, une politique qui aboutit aujourd'hui à l'impasse totale pour tous ceux qui sont privés du minimum , un logement décent. Face à ce constat, ce sont des mesures de relogement immédiates et massives qui doivent être prises , et pas seulement des mesurettes comme l'arrêt des expulsions pendant quelques semaines pour une seule catégorie de personne concernées ou un blocage des loyers dont les effets mettraient des années à se faire sentir.

En attendant des résultats concrets, les mal-logés continueront à manifester et à lutter.

Pour le moment, Mme Duflot nous a fixé un rendez-vous pour la semaine prochaine, lors duquel nous exprimerons notre revendication : un logement pour tous maintenant .


Cécile Duflot, Ministre du Logement, interpellée... par HLMPOURTOUS


Le communiqué diffusé sur place

Les mal-logés viennent à la rencontre de leur Ministre

 Nous, mal-logés du Grand Paris , venons aujourd'hui à la rencontre de Cecile Duflot, nouvelle Ministre du Logement , de l'Egalité des Territoires, et du Grand Paris, à l'occasion d'une réunion de campagne des législatives.

 Certes le thème de la réunion n'est pas le logement, et c'est en tant que candidate à la députation que Mme Duflot est annoncée ce soir. Mais face à l'urgence des situations sur lesquelles elle est désormais compétente, nous estimons nécessaire de bouleverser un peu un agenda qui ne nous semble pas pour l'heure assez chargé pour résoudre les problèmes.

 Nous avons bien entendu l'annonce selon laquelle personne ne serait expulsé des hébergements d'urgence jusqu'au 31 mai.

 Mais ensuite ? Et qu'en est-il de ceux , plus de la moitié des appelants au SAMU social parisien qui n'ont même pas pu obtenir un hébergement cet hiver ? Qu'en est-il de ceux qui sont dans des hôtels dont le financement n'est plus assuré par personne ? Qu'en est-il de ceux qui attendent avec angoisse l'expulsion imminente de leur appartement à cause d'un congé pour vente.

 Nous avons bien entendu les annonces sur l'encadrement des loyers du privé , « afin que ceux-ci ne dépassent pas les prix du marché ».

 Cela bloquera peut-être une augmentation future, mais aujourd'hui nous sommes déjà des centaines de milliers à étouffer sous le poids de loyers hors de prix, contraints de vivre dans des logements suroccupés faute de pouvoir payer plus grand.

 Seul l'accès à un logement social peut résoudre cette situation. Or 80 pour cent d'entre nous ne peuvent accéder qu'à un PLA-I et malheureusement seuls 22 pour cent des logements construits en dix ans à Paris sont de ce type, alors qu'on bâtit en masse du PLS aux loyers très chers, qu'on ne peut raisonnablement qualifier de logement social. Or aucune annonce n'a été faite à ce sujet , l'un des plus importants pour les demandeurs de logement social.

 De toute façon, la question n'est pas seulement celle de l'orientation future de la politique du logement : des solutions immédiates doivent être trouvées pour tous ceux qui attendent depuis des années dans des conditions effroyables.

 

Il faut agir maintenant, reloger maintenant.


22:14 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : cecile duflot, grand paris, blocage des loyers, expulsions, hébergements, pla-i | | |  Facebook

mardi, 24 avril 2012

Paris 18: Delanoe annule sa venue à un concert pour cause de mal-logés dans le public

Au centre musical Fleury Goutte d'Or devait se tenir une soirée autour du rôle de la musique pendant et après le Printemps arabe, avec des artistes tunisiens et en présence de Bertrand Delanöe.

Quelle meilleure occasion pour faire connaître nos revendications et nos urgences de mal-logés parisiens à notre maire ?

Nous étions donc une centaine à nous être joints au public et à attendre tranquillement Bertrand Delanöe.

Celui-ci , averti de la présence de demandeurs de logement a ,comme souvent ,annulé sa venue. De surcroit, ordre a manifestement été donné aux responsables de l'Espace Fleury d'annuler également la soirée prévue, ou en tout cas de ne pas laisser jouer les artistes tant que les mal-logés seraient présents.

Le directeur de la structure a donc du annoncer cette annulation, qui a provoqué la colère d'associations du quartier et de musiciens que nous remercions pour leur solidarité ( voir la vidéo ). En sus d'être privés de logement décent, nous sommes donc également privés d'accès aux activités culturelles dès lors que nous osons lutter pour notre droit.

Ne souhaitant pénaliser ni les musiciens, ni le reste du public, nous sommes donc repartis en manifestation.

 La lutte continue !


                      Paris 18ème : Delanoé se défile face aux mal-logés 

Le tract diffusé sur place

LE LOGEMENT , C'EST MAINTENANT

 Bertrand Delanoe , notre maire vient aujourd'hui à la rencontre de musiciens dont les œuvres ont accompagné le printemps arabe.

 Parisiens mal-logés, nous profitons de cette occasion pour l'interpeller, persuadé qu'un tel contexte rendra son oreille plus attentive à nos revendications et à notre situation.

 Celle-ci s'aggrave sans arrêt, en témoignent plusieurs chiffres .

Le nombre de demandeurs de logement social ne cesse d'augmenter : nous sommes désormais officiellement plus de 120 000.

Le nombre de mal-logés est sans doute beaucoup plus élevé, car il inclut tous ceux qui, desespérés ne renouvellent plus leur demande : en effet, seules 15% des sorties annuelles du fichiers concernent des personnes ayant été relogées dans le parc social. Et la proportion de demandeurs de plus de dix ans a recommencé à grimper, elle atteint 7,6 pour cent aujourd'hui , contre 4, 5 en 2004.

 Malheureusement, la politique du logement actuelle ne permettra pas de résoudre les difficultés terribles que tous les mal-logés traversent. Il n'y pas besoin d'être devin pour s'en persuader, les chiffres donnés par l'APUR, l'organisme officiel de la Ville de Paris sont sans appel.

 Actuellement 80 % des demandeurs de logement ne peuvent prétendre qu'à un PLA-I, soit un logement de type très social. Seuls 5 % des demandeurs peuvent prétendre à un PLS, le plus cher des types de logements sociaux.

Pourtant plus de la moitié des logements du contingent de la Ville de Paris libérés en 2010 étaient des PLS.

Pourtant sur plus de 49 000 nouvelles productions de logements depuis 2001 , il y a eu 12 122 PLA-I, pour 13063 PLS !

La non-réponse à nos demandes de logement résulte automatiquement de cette politique : la catégorie de logement qui correspond aux besoins de l'immense majorité ne constitue qu'un quart de la production. A l'inverse on produit en masse du logement qui n'est accessible qu'à 5% des demandeurs ( et à 15 pour cent de la population parisienne ). Il ne s'agit pas d'empêcher les classes moyennes d'accéder au logement social, mais construire BEAUCOUP PLUS de logement très social.

Cela doit changer, MAINTENANT !

Il ne s'agit pas d'empêcher les classes moyennes d'accéder au logement social, mais de construire BEAUCOUP PLUS de logement très social.

Pour avoir des bas revenus, nous n'en sommes pas moins parisiens que les autres.

 Un logement pour tous, c'est le minimum, et c'est possible.


21:59 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : centre musical fleury, armada bizerat, skred connection, mal-logés, delanoe, pla-i, pls, apur | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu