web analytics

Avertir le modérateur

mercredi, 20 janvier 2016

SNI: l'"opérateur immobilier global" de l'Etat néglige le logement social.

Une manifestation de mal-logés s'est tenue ce mercredi 21 janvier devant le siège de la SNI ( Société Nationale Immobilière ), pour exiger une production permettant d'éradiquer le mal-logement sur le territoire de la Métropole.

 
Le 22 janvier, le Grand Paris sera officiellement opérationnel, avec l'installation de son conseil des élus. Dans ce Grand Paris, la question du logement est centrale : 500 000 foyers sont inscrits comme demandeurs de logement social. Le nombre de Franciliens qui supportent des loyers trop chers, ou des temps de transports démesurés pour se rendre sur leur lieu de travail ne cesse de croître , notamment dans les catégories populaires.
 

Au plus haut niveau de l'Etat, la SNI , premier bailleur public français est présenté comme l'outil privilégié de la politique du logement à l'échelle du Grand Paris. Mais si la Société Nationale Immobilière a lancé en grande pompe la fusion de ses deux filiales de logement social , EFIDIS et OSICA, sous le nom de « Grand Paris Habitat », en réalité , le logement social n'est pas sa priorité.
 
Voir la vidéo et le récit de la manifestation sur notre nouveau blog:
 

18:19 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | | |  Facebook

jeudi, 22 octobre 2015

Grand Paris Habitat: les mal-logés dénoncent le trop-plein de logements intermédiaires

le parisien.jpg"Intrusion inattendue ce jeudi matin dans les locaux de Grand Paris Aménagement, situés dans le parc d’activité de Bercy. Plus de soixante militants du collectif des mal-logés en colère ont envahi le siège de cet établissement public chargé de la préfiguration des opérations immobilières du Grand Paris.

 

Objectif : dénoncer le fléchage des crédits de l’Etat vers la production de logements intermédiaires au détriment des logements sociaux ou très sociaux en nombre notoirement insuffisant en Ile-de-France. Une délégation a été reçue par un cadre de l’établissement public pour exposer les doléances du collectif. Les manifestants ont quitté les lieux deux heures plus tard sans que l’intervention des forces de l’ordre n’ait été nécessaire."

Extrait de l'article du Parisien du 22 octobre 2015.

Retrouvez le communiqué et le compte-rendu de l'action sur le nouveau blog du collectif en clickant ici

 

21:18 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : grand paris habitat, grand paris aménagement, logement intermédiaire argos | | |  Facebook

mercredi, 25 mars 2015

EFIDIS : le bailleur social aux loyers trop chers pour les demandeurs de logement !

logo-efidis.jpgA la veille du conseil de surveillance de la SNI, le Collectif des Mal Logés en Colère poursuit sa campagne pour que le premier bailleur public d'Etat prenne en compte les besoins réels des demandeurs de logement social: plus de 70 mal-logés ont occupé aujourd'hui EFIDIS, une des filiales du bailleurs, place des Vins de France à Paris.

Le gouvernement a récemment dénoncé l'absence de mixité sociale dans les attributions de logements sociaux : pour le premier Ministre et pour la Ministre du Logement, on doit arrêter de reloger les ménages aux revenus modestes dans des communes déjà pauvres , et faire en sorte que les logements sociaux soient mieux répartis.

Au quotidien, le premier bailleur social public, bras de l'Etat pour la politique du logement, la SNI devrait mettre en œuvre cette politique de mixité sociale. Or c'est tout le contraire. Pour s'en convaincre, il suffit de regarder le parc de ses deux sociétés de logement social, EFIDIS et OSICA, désormais regroupées dans un nouvel ensemble «  Grand Paris Habitat ».

D'un côté , OSICA , avec ses niveaux de loyers majoritairement PLUS et PLA-I : le parc d'OSICA est essentiellement situé dans les banlieues populaires du 95 et du 93. C'est d'ailleurs OSICA qui assure aujourd'hui la plupart des relogements DALO de la SNI.

De l'autre EFIDIS possède un parc de qualité très supérieure , et très bien situé avec de nombreuses adresses dans capitale ou dans des communes riches et attractives : mais très peu de constructions récentes intègrent une part conséquente de logements familiaux très sociaux. Il suffit de consulter la liste du parc disponible sur le site : des immeubles entiers en loyers libres, ou en PLS un peu partout dans la capitale. Quand un programme neuf annonce du « logement » très social, il s'agit le plus souvent d'hébergements temporaires du type résidence sociale.

Aujourd'hui, Manuel Flam directeur général de la SNI en charge du logement social annonce un doublement de la production , dans le cadre du « Grand Paris » : mais il ne dit rien sur le type de logements sociaux qui vont être produits , et rien non plus sur leur répartition sur le territoire.

Les demandeurs de logement aux revenus modestes ont tout à craindre de ce flou .Car le gouvernement a été très clair sur un point : bloquer le relogement , notamment des prioritaires DALO, mais plus globalement des publics modestes dans les communes qui ont déjà 50 % de logement social. On ne nous relogerait donc plus à Sarcelles où à Pierrefitte.

Mais où alors ? Les demandeurs de logement parisien connaissent déjà la réponse : nulle part.

Aujourd'hui certains ménages restent bloqués dans des hébergements temporaires et des résidences sociales pendant des années et des années. D'autres stagnent à l'hôtel. Ce blocage entraîne une saturation de l'hébergement et aboutit à ce que la majorité des appels au 115 restent sans réponse, faute de place.

La priorité pour la mixité sociale, aujourd'hui, c'est la mise en location et la construction de logements très sociaux dans les zones tendues, dans la capitale, et en petite couronne : or, pour le moment, les programmes de logement intermédiaires lancés par la SNI avancent très vite. Outre des financements étatiques et privés, et des accords sur le foncier disponibles, ils ont bénéficié d'un apport de 16 millions d'euros des collecteurs du 1 % Logement.

A l'inverse, la promesse de 11 000 logements sociaux faite par la SNI reste très vague, sur la date de réalisation, sur la location et sur le type de loyer des futurs logements. Et la réalité , c'est la baisse de 9 % de la production de logements sociaux l'année dernière sur l'Ile de France.

 Il y a urgence sur le logement très social et c'est au premier bailleur social d'Etat d'y répondre au plus vite. Demandeurs de logement, nous sommes venus manifester au siège d'Efidis pour avoir des réponses.


EFIDIS: la filiale de la SNI occupée. par HLMPOURTOUS

17:58 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : efidis, osica, adoma, scet, sni, andre yche, pierre rené lemas, mixité sociale | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu