web analytics

Avertir le modérateur

mercredi, 31 octobre 2012

Expulsions massives : les mal-logés occupent l'ANRU

Le Collectif Mal Logés en Colère a occupé toute la journée l'Agence Nationale de Rénovation Urbaine, à Paris, jusqu'à ce qu'un conseiller du cabinet de François Lamy se déplace pour nous rencontrer.


Actuellement la politique du logement menée par Cecile Duflot a un effet trompe l'oeil : à lire les médias, on a l'impression que des mesures d'urgences sont prise en rafales.


Sur le terrain, c'est l'enfer pour les mal-logés.


Ainsi, une circulaire d'arrêt des expulsions des prioritaires DALO est enfin promulguée : mais, « petit » détail, elle ne prendra effet qu'au 15 mars prochain. Or une vague d'expulsions sèches sans précédent ces dernières années vient d'avoir lieu. Trop tard pour celles et ceux qui sont déjà à la rue, et sans même une solution d'hébergement, puisque le SAMU Social ne répond qu'à un appel sur trois. De toute façon la circulaire ne concerne pas les mal-logés en hôtel dont les départements suspendent le financement, elle ne concerne pas les dizaines de milliers de personnes en errance urbaine totale, ceux qui perdent l'hébergement précaire chez un proche, par exemple.


Deuxième annonce, la Ministre annonce d'éventuelles réquisitions si le « besoin s'en faisait sentir ».

Mais chacun sait qu'on ne remet pas en cause massivement la propriété privée en quelques semaines, et qu'au mieux, quelques immeubles symboliques seront donc investis, quand dans le même temps, les mal-logés qui occupent des logements vides continueront à être expulsés.


La loi sur le logement, retardée, contient des mesures fortes en apparence : ainsi l'annonce de la mise à dispositions de terrains publics pour la construction de nouveaux logements. Seulement, la loi prévoit qu'une partie sera dévolu à du logement privé et une autre à des PLS, auxquels 70% pour cent des demandeurs ne peuvent accéder.


Il n'y a donc pas de plan d'urgence pour le logement  au niveau étatique.

Et la vague d'expulsions sans relogement intervenue cet automne montre bien que rien n'a été fait ni prévu pendant les six derniers mois, même en ce qui concerne la partie la plus visible du mal-logement.


Les mal-logés n'ont donc pas d'autre choix que de contraindre, par leur lutte, les responsables politiques à regarder la réalité en face et à la traiter.


DES LOGEMENTS PAS DES SYMBOLES !


Vague d'expulsions : les mal logés... par HLMPOURTOUS

 

Communiqué diffusé sur place :

Mal-logement : face à la crise, le gouvernement méprise et temporise.

Nous occupons aujourd'hui l'ANRU, agence nationale de rénovation urbaine , un des principaux instruments de la politique du logement depuis des années.

La politique de destruction systématique du logement social menée sous la mandature précédente produit aujourd'hui le maximum de ses effets : la Ministre du Logement le reconnaît , l'urgence n'a jamais été aussi importante depuis quinze ans. Mais face à cette urgence, les déclarations d'intention se succèdent, et c'est tout.

Les médias se sont fait l'écho de la circulaire d'arrêt des expulsions pour les seuls prioritaires DALO. Mais bien peu ont noté que celle-ci ne s'appliquera qu'au 15 mars. En attendant, une vague d'expulsions sèches a lieu en Ile de France depuis septembre, et les expulsés sont confrontés à la rue, le 115 ne répondant plus qu'à un tiers des appels.

Cette vague d'expulsions se double de la multiplication des ruptures d'hébergement : hôtels déclarés non conformes, prises en charges interrompues pour cause d'âge des enfants .A Paris, l'Aide Sociale à l'Enfance propose désormais comme solution aux familles en détresse de prendre les enfants dans des foyers, mais sans leurs parents.

Les médias se font aussi l'écho d'une vague promesse de « réquisitions ». Mais la procédure de réquisition est longue, coûteuse et sa mise en œuvre massive est peu probable.

En réalité, il suffirait de conventionner en PLA-I, avec des loyers abordables, les dizaines de milliers de logement aujourd'hui dans le parc des bailleurs sociaux, et qui sont en loyers libre, ou en PLS, ou en Usufruit Locatif Social, c'est à dire inaccessibles à 75 pour cent des demandeurs de logement. Il suffirait de mettre les loyers des logements sociaux neufs en adéquation avec la demande, ce qui n'est pas fait actuellement.

Oui, cela a un cout.

Mais la démolition massive des logements existants par l'ANRU a coûté des dizaines de milliards d'euros ces dernières années , dont huit milliards pour l'Etat et douze pour Action Logement. 143 000 logements ont été détruits, pour 139 000 reconstruits, et à des niveaux de loyer bien plus élevés, comme l'attestent tous les rapports publics à ce sujet. Les logements détruits n'étaient certes pas des palaces, mais aujourd'hui Cecile Duflot parle de réquisitionner des casernes ou des bureaux, quel progrès...

La gestion saisonnière et l'hébergement précaire et inadapté a aussi un côut : aujourd'hui, le budget de l'hébergement d'urgence est aussi important que celui du logement social. On distribue l'argent public aux hôteliers, on multiplie les structures provisoires...

L'aide aux investisseurs immobiliers a aussi un coût : pourtant,pendant que les mal-logés doivent vivre avec des promesses, le Scellier lui, est immédiatement remplacé par un autre dispositif.

Nous sommes aujourd'hui des millions à vivre en dessous du droit commun : ceux qui ont des solutions de fortune, comme un logement indécent et minuscule hors de prix, s'entendent répondre qu'ils ne sont pas vraiment mal-logés et qu'ils devraient avoir honte de réclamer alors que d'autres sont à la rue ou dans l'urgence absolue. Mais ceux qui sont à la rue et dans l'urgence absolue doivent se consoler avec des bouts de papiers où il y a écrit « prioritaire » en guise de solution.

Nous sommes tous mal-logés, nous sommes tous solidaires, nous sommes tous en colère et puisque notre lutte est tout ce qu'il nous reste, nous n'arrêterons pas de lutter.

Les promesses ne protègent pas du mal-logement, un logement pour tous maintenant

19:31 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : françois lamy, cecile duflot, anru, loi de réquisition, trève hivernale, expulsions sans relogement, hébergement d'urgence | | |  Facebook

jeudi, 21 juin 2012

Politique de la Ville: les mal-logés interpellent François Lamy

Quatre vingt dix mal logés ont investi aujourd'hui le secrétariat général à la Ville, placé sous l'autorité de François Lamy, avec le cabinet duquel un rendez-vous a été obtenu pour le début de la semaine prochaine.

A bien des égards, la politique de la Ville menée sous la mandature précédente a précipité la crise du logement que des millions d'entre nous connaissent. François Lamy est chargé notamment de la politique du logement dans la Ville et de la rénovation urbaine et c'est à ce titre que nous l'interpellons aujourd'hui à travers notre occupation.

 

  • L'orientation de l'ANRU, présentée comme un moyen de rénover les quartiers populaires a amené une raréfaction de l'offre de logements sociaux à bon marché, et une augmentation conjointe des prix de l'immobilier privé dans les quartiers populaires concernés : certes, le nombre de logements reconstruits est égal sur le papier à celui des logements détruits. Mais les niveaux de loyer , comme la priorité accordée à l'accession à la propriété dans les zones les plus attractives de ces quartiers a conduit à la relégation urbaine une partie de la population et à la baisse du nombre de logements vraiment sociaux disponibles en petite et moyenne couronne.

 

  • La régionalisation des politiques de relogement en Ile de France, sous tendue par l'idée qu'au fond , le Grand Paris serait le nouvel horizon de réflexion marque en réalité une accentuation des inégalités : les SDF, les errants urbains hébergés de manière précaire sont écartés de la petite couronne par des mécanismes inexorables. Beaucoup de communes par des ruses diverses qui vont de l'exclusion des services sociaux pour les habitants «  de fraîche date » à la limitation des domiciliations administratives, mais aussi à la construction d'hébergements , de résidences temporaires en lieu et place de vrais logements, parviennent à se débarrasser de leurs pauvres, de leurs salariés modestes, de leurs précaires

 

  • Par divers moyens juridiques, la qualification de logement social sur le papier ne correspond pas forcément à la réalité : de fait les PLS sont inaccessibles à 75 pour cent des demandeurs de logement franciliens, ce sont pourtant ceux dont la production augmente le plus vite. De même des dispositifs comme l'Usufruit Locatif Social permettent à des investisseurs privés de bénéficier d'exonérations fiscales et d'avantages financiers pour des logements qui n'ont de social que le nom et le label SRU, et qui dans quinze ans seront de toute façon rebasculés dans le privé.

 

La soi-disant politique de mixité sociale a bien fonctionné...quand il s'est agi d'amener des entreprises, des bureaux et des catégories sociales supérieures dans les quartiers populaires les mieux situés, dont les habitants modestes doivent partir . Mais à l'inverse, et comme il fallait s'y attendre, les quartiers favorisés n'ont pas accueilli les mal-logés, sauf de manière anecdotique.

 Nous sommes venus demander un véritable changement dans ces politiques.

La qualification de logement social doit être réservée aux logements accessibles aux classes populaires et moyennes, et la production doit être adaptée à la demande et aux revenus réels des demandeurs

Les vrais logements sociaux ne doivent plus être relégués dans des quartiers excentrés et mal desservis en transports

 Le Grand Paris ne peut être fait en choisissant sciemment de condamner une partie de sa population mal-logés à l'errance dans toute l'Ile de France.


15:50 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : françois lamy, cnv, anru, cus, attribution logements, rénovation urbaine, blocage des loyers, sru, acse | | |  Facebook

vendredi, 31 décembre 2010

Sur les "exactions" dans le 16ème arrondissement.

Goasgen-mairiedu16éme.jpgLes membres de notre collectif ont appris par la presse que Mr Goasguen, maire du 16ème arrondissement qualifiait notre occupation de la mairie ce jeudi 30 décembre d’ « exaction violente ».


Nous tenons à rappeler quelques faits et définitions.


Nous sommes venus collectivement à la mairie du 16ème arrondissement en juin 2010 demander un rendez-vous avec le maire. Demande parfaitement légitime dans la mesure ou des membres du collectif sont habitants de l’arrondissement, dont des locataires menacés par un congé pour vente et des personnes habitant l’arrondissement depuis plus de vingt ans dans des conditions indignes.
Ce jour là, le cabinet du Maire s’est engagé à nous proposer un rendez-vous avec Mr Goasguen, mais aussi un suivi des dossiers.
Nous avons attendu six mois avant de revenir.


Le mot "exaction" a la signification suivante , d’après le dictionnaire : « Action d'exiger plus que son dû en profitant de son pouvoir ».
Il nous semble que le logement est encore dans ce pays un droit fondamental inscrit dans les textes.
De ce que la loi en dit, il paraît même depuis 2007 qu’il s’agit d’un droit « opposable ».


Au-delà des obligations légales, nous avons comme tout le monde entendu le président de la République, membre du même parti que les élus de la Mairie du 16ème , promettre en 2007 qu’il n’y aurait plus aucune personne dormant dans la rue à la fin de sa mandature. Ses prédecesseurs de droite ou de gauche avaient d’ailleurs promis la même chose.
Nous n’avons donc pas exigé plus que notre dû lors de notre occupation.


Par contre, Mr Goasguen, lui-même,  à propos des recours intentés par d’autres habitants du 16ème contre la construction de 407 logements sociaux disait  au Parisien : « Il est vrai que dans le 16ème, plus qu'ailleurs, les habitants disposent de moyens financiers qui leur permettent d'aller devant les tribunaux, de payer un avocat, d'aller au bout des procédures et de bloquer certains programmes ».
Le maire admet donc qu’il y a des Parisiens qui ont le pouvoir de faire en sorte que d’autres n’aient pas accès au minimum, un logement décent. Interdire à d’autres de se loger quand on est soi même bien logé, c’est exiger un peu plus que son dû.
Nous nous étonnons donc que le maire du 16ème arrondissement n’ait pas choisi plutôt cette occasion là d’employer le mot exaction dans son véritable sens.


Le seul pouvoir des demandeurs de logement en souffrance, c’est celui de se montrer, d’être visibles par l’action collective, de ne pas mourir en silence comme 400 personnes qui décèdent dans la rue chaque année.
Comme chacun peut le voir dans notre vidéo, le bruit est la seule arme que nous ayons utilisée lors de cette occupation de la mairie du 16ème.


Nous avons dérangé, tant mieux, ce ne sera ni la première, ni la dernière fois.
Et ce ne sont pas des accusations absurdes comme celle d’avoir «  abimé les murs et les portes » qui vont nous décourager. Elles reflètent simplement l’indécence d’un maire qui ferait bien d’aller voir les chambres de bonne pourries ou les taudis bien cachés derrière les façades des immeubles bourgeois, pour savoir ce qu’est une porte ou un mur « abimé ».
Elles montrent une fois de plus le mépris dans lequel les élus tiennent les personnes aux revenus modestes : dans leurs discours insultants la présence de cent mal logés abime à elle seule les portes et les murs de la mairie du 16ème, comme les HLM et leurs habitants abiment le paysage, sans doute.Il est vrai que le maire avait également pointé l’insécurité en soi que représentaient des logements sociaux « non loin des ambassades ».


Le droit de choisir ses voisins n’est pas encore reconnu légalement, pas plus que celui des maires à faire le tri entre les habitants qui leur conviennent et ceux qu’ils voudraient bien voir déménager.
Quelles que soient les intimidations, le Collectif des Mal Logés en Colère continuera donc ses actions, comme ces six dernières années pour faire cesser les exactions de tous ceux, quelle que soit leur couleur politiques qui entendent abuser de leur pouvoir pour empêcher les demandeurs de logement d’obtenir leur du.


Paris : Manifestation de mal-logés à la Mairie du 16éme
envoyé par HLMPOURTOUS. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

 

Ci dessous la dépêche de presse en question :

PARIS - Près d'une centaine de mal logés qui occupaient des locaux de la mairie du XVIe arrondissement de Paris pour protester contre le manque de logements sociaux ont été évacués par la police jeudi en fin de matinée, a-t-on appris auprès de la mairie et du collectif des mal logés.

M. Goasguen met en garde "le maire de Paris et la municipalité parisienne contre les propos caricaturaux qui ont été tenus ces derniers mois à l'égard du XVIe arrondissement sur les logements sociaux, tout en sachant pertinemment que les maires d'arrondissement n'ont aucun pouvoir dans ce domaine".

Selon la mairie, entre 60 et 80 personnes sont montées dans la matinée dans les étages de l'Hôtel de Ville et ont forcé la porte de la salle des mariages.

Les mal-logés ayant refusé de mettre un terme à leur action "un peu violente", des murs et des portes ayant été abîmés, le maire a demandé l'intervention de la police qui a procédé à leur évacuation "dans le calme", a-t-on indiqué de même source.

Le collectif a confirmé l'évacuation d'"une centaine de mal logés, dont de nombreux demandeurs de logements du quartier".

"Que le maire du XVIe et ses riches administrés ne veuillent pas de gens aux revenus modestes comme voisins, c'est leur problème: mais dans ce cas, que le député Claude Goasguen cesse de mener une politique de destruction du logement social avec le gouvernement qu'il soutient", écrit-il dans un communiqué.

Le maire UMP du XVIe, Claude Goasguen, a protesté pour sa part dans un communiqué "avec la plus grande vigueur contre les exactions commises par un groupe violent appartenant au +Collectif des mal logés en colère+".

13:19 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : goasguen, sru, mal-logement, mixité-sociale, hlm, anru, apparu | | |  Facebook

vendredi, 25 juin 2010

Pas de HLM dans le 16éme ? Mais où alors ?

manifestation mal logés.JPG

 

 

Communiqué diffusé ce jours par plus de 60 mal-logés ayant manifesté dans le hall de la Mairie du 16 éme arrondissement de Paris

 

 

 

PAS DE HLM DANS LE 16ème ? MAIS Où ALORS ?

Le Collectif des Mal Logés en Colère rend aujourd'hui visite aux élus UMP de la mairie du 16ème arrondissement, dont Mr Claude Goasguen et Mr Bernard Debré, également député.

Ces dernières semaines, une polémique a éclaté sur le blocage de la construction de 407 logements sociaux dans cet arrondissement, entre les élus parisiens de l'UMP et ceux de la majorité municipale.

D'un côté Bertrand Delanoe et ses élus veulent absolument qu'il y ait moins de logements sociaux dans l'Est parisien et plus dans l'Ouest, pour favoriser la « mixité sociale ».

De l'autre Claude Goasguen et ses élus, eux, considèrent que les logements sociaux prévus vont abimer le paysage, faire baisser le niveau scolaire des écoles de l'arrondissement, et mettre en danger la sécurité des ambassades qui se trouvent à proximité.

Naturellement, dans cette affaire, l'avis des premiers concernés, demandeurs de logement sociaux , n'a pas été évoqué. Mal logés du 16ème arrondissement et d'autres quartiers parisiens, nous sommes donc venus donner le nôtre au maire de cet arrondissement.

Nous voulons notre droit, un logement social dans la ville qui est la nôtre, et pas à l'autre bout de l'Ile de France.

Nous rassurons Mr Goasguen, nous n'exigeons pas particulièrement  de vivre à côté d'une ambassade ou au pied de la Tour Eiffel. Mais si Mr Goasguen ne veut pas de ces 407 logements sociaux dans son arrondissement, qu'il propose   immédiatement une alternative acceptable ailleurs pour les demandeurs de logement en urgence.

Il y a en effet une contradiction entre le discours des élus UMP du 16ème arrondissement et l'action gouvernementale de ces dernières années.

C'est bien Jean Louis Borloo qui a initié l'ANRU et la destruction de centaines de milliers de logements sociaux dans les quartiers populaires, au nom de l'objectif de mixité sociale. Des bureaux, des entreprises, des programmes de logements privés et chers ont été construits partout dans les communes d'habitat social.

C'est bien Jean Louis Borloo qui promettait en échange un rééquilibrage dans les quartiers ou il y avait moins ou pas de HLM.

En dix ans les loyers du privé ont augmenté de 50 %, et la hausse dans les quartiers populaires parisiens et de la petite couronne a été bien plus importante. Une majorité de la population francilienne ne peut plus satisfaire les exigences des propriétaires du privé pour accéder à un logement décent. Pour les smicards et les revenus inférieurs, la situation est encore pire, et nous ne pouvons plus nous loger nulle part , hormis dans le parc social.

La Préfecture de Paris , même en ayant décidé de ne tenir compte que des dossiers positifs DALO, aux critères extrêmement restrictifs ne reloge qu'une infime partie des demandeurs concernés.

Le maire du 16ème arrondissement ne veut pas de 400 foyers mal logés dans son arrondissement ?

Il lui suffit donc de s'adresser au Ministre du Logement , Benoist Apparu , dont il soutient la politique, pour que celui-ci en mette à disposition immédiate des demandeurs , ailleurs dans la capitale ou en proche couronne, dans des quantités correspondant aux besoins.

Les députés du 16ème arrondissement , également élus municipaux n'ont pas l'obligation d'avoir des habitants de HLM comme voisins. Mais « seulement » celle d'assurer le droit au logement.

 

UN LOGEMENT POUR TOUS MAINTENANT

 

19:42 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : goasguen, association quartier dauphine environnement, delanoé, mairie, hlm, sru, mixité-sociale, prefecture de paris, benoist apparu, anru | | |  Facebook

vendredi, 07 mai 2010

Benoist Apparu interpellé sur la réforme de l'accession à la propriété

Ce Jeudi 6 Mai se tenait au Théâtre de la Cité Universitaire de Paris l'Assemblée Générale de la Fédération Nationale des Sociétés Coopératives HLM.
Benoist Apparu, Secrétaire d'État au logement et à l'Urbanisme était présent.

Une centaine de mal-logés du Collectif ont manifesté plus de deux heures dans l'enceinte de la Cité Universitaire, sans interlocuteur, avant de croiser au hasard d'un couloir le Secrétaire d'État au logement.
Le Jeudi 1er Avril, le collectif était déjà venu interpeller M.Apparu à l'occasion du
lancement de la semaine du Développement-Durable et de l'inauguration des "maisons pour agir" sur le parvis du Louvre. Messieurs Borloo et Apparu avaient alors annulé leur déplacement.

Un mois plus tard, face aux demandeurs de logements en colère, le Secrétaire d'Etat s'est engagé à recevoir une délégation du collectif.

La lutte continue !

Collectif des mal-logés en Colère Benoist Apparu.jpg

Jean-Louis Borloo / Benoist Apparu : Une politique de destruction du logement social depuis 2004

En 2004 Jean Louis Borloo, alors ministre délégué à la Ville et à la Rénovation urbaine, lançait un vaste programme de démolition de logements sociaux : 200 000 HLM à détruire au nom d'une politique de « mixité sociale ». Il s'agissait officiellement de régler le problème dit des « ghettos »...en détruisant des logements sociaux.

 

Si les objectifs de destruction ont bien été tenus, il n'en va pas de même pour la reconstruction. En 2010, un an après la fin du « plan Borloo », à peine 2/3 des reconstructions promises ont été réalisées.

La conséquence directe de ce plan dit de « rénovation urbaine » a donc été une augmentation du nombre de demandeurs de logement : au problème du relogement des mal-logés est venu s'ajouter le problème des habitants des logements détruits, eux même à reloger.

Autre conséquence : une diminution de l'offre là où elle manque le plus, les reconstructions étant toujours plus loin des centres et d'un niveau de loyers toujours plus élevé.

Si cette politique est évidemment vécue comme un recul dans l'espoir d'accéder à un logement social par les mal-logés, elle ne semble pas être remise en cause aujourd'hui par M.Apparu.

Au contraire, c'est encore au nom d'une « mixité sociale » et de lutte contre les « ghettos » que le Secrétaire d'Etat annonce une réforme de l'accession à la propriété pour l'année 2011, sur fond de réduction des subventions aux logements sociaux (de 3000 euros à 1000 euros) et d'un « hold-up » sur l'argent du "1%- logement" pourtant lui-même destiné en grande partie à l'accession à la propriété !

Une volonté de réforme contradictoire aussi avec les aspirations des demandeurs de logements : tout les observateurs s'en accordent, l'activité des ventes de logements reste structurellement faible malgré les incantations gouvernementales. Demandeurs de logements et locataires n'ayant visiblement ni les moyens ni surtout la volonté d'acheter.

La vente des appartements HLM, contrairement à ce qui est avancé par le Secrétariat d'Etat au Logement n'apporte pas plus de fonds aux organismes qui les vendent que la mise en location qui leur assure des revenus stables et récurrents. Par contre elle peut s'avérer être un gouffre financier pour les primo accédants comme à Saint Denis (93), 136 avenue Gabriel Peri, où la Société Nationale Immobilière, a vendu des appartements périlleux, faute d'avoir voulu réaliser les travaux nécessaires avant la vente. L'exemple de la SNI, premier bailleur public, filiale de la CDC illustre bien la volonté gouvernementale de se débarrasser des logements sociaux existants sans se soucier réellement de l'accession à la propriété des ménages modestes.

Une politique axée sur l'accession sociale à la propriété dans des programmes neufs aurait au moins permis de fluidifier la mobilité au sein du parc HLM, mais ce n'est même pas de cela dont il est question, simplement d'une remise à plat des aides existantes.

L'intérêt de cette réforme, tant pour les demandeurs de logements que pour les ménages modestes  accédants à la propriété est donc loin d'être établi, mais le recours à « l'alibi » de la mixité sociale nous le connaissons bien depuis 2004.  Il s'agit avant tout de réduire l'offre locative, par la destruction et la mise en vente de nos logements.

Une véritable politique en faveur du logement passe avant tout par l'arrêt des démolitions, la rénovation des logements HLM qui le nécessitent, et surtout la construction massive de logements sociaux, conformes aux attentes de l'écrasante majorité des demandeurs (70%) : des logements de type Prêt LOCATIF Aidé, et à Usage Sociale.

Si tel était le cas, la mixité sociale dont on parle tant serait de fait réalisée.

 

NON A LA VENTE DE NOS LOGEMENTS

NON A LA DESTRUCTION DU LOGEMENT SOCIAL

UN LOGEMENT POUR TOUS !

 

Voir aussi : Foncière Logement, c'est notre argent, c'est nos logements

Semaine du déveleppement durable : les Mal-logés manifestent

La SNI, premier bailleur public, un promoteur immobilier ?

12:49 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : benoist-apparu, borloo, accession-à-la-propriété, réforme, ptz, apl, pass-foncier, crédits-d'impots, sni, anru | | |  Facebook

vendredi, 05 mars 2010

Foncière Logement-APALOF : c'est notre argent, c'est nos logements

Le siège de la Foncière Logement a été occupé ce matin et pendant plusieurs heures par le Collectif des Mal Logés en Colère: la Foncière Logement crée au début des années 2000 recueille les fonds du 1% logement pour les opérations ANRU, mais aussi pour construire du logement social. Or dans ce domaine, les résultats sont jugés "médiocres" même par la Cour des Comptes.

Les salariés mal logés et aux revenus modestes n'ont eu jamais vu la couleur de ces logements.

Suite à l'occupation, le Président de la Foncière, Bruno Lucas, s'est engagé  à rencontrer le collectif en début de semaine prochaine afn de faire face de manière concrète à nos questions et à nos besoins.

 

Communiqué diffusé sur place:



LA FONCIERE LOGEMENT C’EST NOTRE ARGENT, C’EST NOS LOGEMENTS.

Nous interpellons aujourd’hui La Foncière Logement. Nous sommes mal logés, pour beaucoup salariés à bas revenus ou précaires : à ce titre la plupart d’entre nous ont cotisé ou cotisent au 1% logement.

Une partie de ces cotisations va à la Foncière Logement : celle-ci l’utilise ensuite normalement pour faire du locatif libre (inaccessible aux revenus modestes) dans les villes et quartiers ayant plus de vingt pour cent de logements sociaux, ET du logement social dans les communes qui ont moins de vingt pour cent de logements.

La Foncière Logement est donc un organisme central auquel participent tous les collecteurs du 1 %. Mais ensuite, c’est la Foncière Logement, en interne, qui attribue les logements construits ou rachetés.

Tout en bas de la pyramide, les salariées ne savent pas toujours que la Foncière existe et nul ne leur indique la possibilité de postuler aux logements de La Foncière.

De toute façon, pour les bas revenus, aucune proposition n’est jamais faite par ce biais, même pour ceux ayant réussis à constituer un dossier.

Les travailleurs au Smic et ceux qui gagnent encore moins, du fait du temps partiel notamment, sont systématiquement renvoyés vers le contingent préfectoral qui n’a pas la capacité de répondre à leurs besoins.



La Foncière Logement affirme avoir financé plus de 16 000 logements sociaux depuis sa création. Mais la Cour des Comptes en comptabilise, elle, moins de  9000, alors que 2 milliards d’euros du 1 pour cent ont été investis.
Dans le même temps, l’investissement direct d’argent dans le budget des bailleurs sociaux, permettant ensuite d’obtenir des réservations sur des logements pour les salariés a diminué.

L’association spécialement crée pour attribuer les logements de la Foncière, l’APALOF a été dissoute il y a peu.

Mais cela ne résout pas la question principale : les fonds du 1 pour cent investis dans la Foncière  doivent permettre aux salariés modestes et précaires d’être enfin relogés !



Il est grand temps !

UN LOGEMENT POUR TOUS, MAINTENANT !

 

Sur le même sujet, voir également:

Occupation de l'association Entreprises et Logement

http://mal-logesencolere.20minutes-blogs.fr/archive/2008/...

 

 


VIDEO: APALOF- Foncière-Logement : où sont nos logements ?

envoyé par HLMPOURTOUS.

21:12 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : apalof, fonciere-logement, patronal, mal-loges, logement-social, anru, rénovation-urbaine | | |  Facebook

vendredi, 29 janvier 2010

BATIGERE: les mal logés occupent la filiale "Le Logement Urbain"

Le siège de l'entreprise sociale de l'habitat "Logement Urbain" , filiale du groupe Batigère, a été occupé aujourd'hui pendant plusieurs heures par des dizaines de mal logés, venus exiger le respect des engagements pris par la direction générale de Batigère devant le collectif et par écrit lors d'une précédente occupation.

Devant la détermination des mal logés et leur refus de quitter les lieux, le bailleur social a recouru à l'évacuation policière , suivie d'un contrôle d'identité collectif.

Non seulement Batigère vend des logements construits avec l'argent public, mais le bailleur n'hésite pas à utiliser ces mêmes fonds pour intimider les demandeurs de logement !

En vain, la lutte continue !

COMMUNIQUE DIFFUSE SUR PLACE.

BATIGERE :les mal logés occupent la filiale   « Le Logement Urbain ».

Le bailleur social Batigère a crée une filiale dénommée « Le Logement Urbain », censée répondre aux besoins spécifiques des mal logés, demandeurs de logement ou locataires « en grande difficulté ».Nous occupons aujourd'hui son siège social. après l'occupation du siège social du groupe, le 8 janvier 2010.

BATIGERE est un des bailleurs sociaux qui applique le plus fidèlement possible les orientations gouvernementales : vente massive de logements sociaux existants, participation aux programmes de démolition de l'Agence Nationale de Rénovation Urbaine. Batigère investit aussi dans le dispositif usufruit social : location d'immeubles au privé pendant quinze ans, avec avantages fiscaux exorbitants consentis aux propriétaires, entretien et remise en état de l'immeuble récupérable ensuite par le privé, sans impôts à payer sur la plus value immobilière réalisée.

Ces deux politiques contribuent à la raréfaction du logement social à bas prix, mais aussi à l'épuisement des fonds du logement social : l'ANRU par exemple fonctionne notamment avec les crédits du 1% patronal.

L'activité de la filiale très sociale de Batigère, mise en avant dans la communication du groupe est très marginale en terme de nombre de logements. Sur un patrimoine de 62 000 logements de Batigère, seuls 300 sont gérés par Le Logement Urbain. Et si le groupe revendique « 1500 logements produits par an », le Logement Urbain lui, évoque 13 logements très sociaux seulement en cours de production !

Par contre, le Logement Urbain s'occupe d' « insertion professionnelle » : il fait travailler, en stage, en petits contrats précaires des « publics en difficulté » sur les chantiers de démolition, de construction, de réhabilitation, ou d'entretien des logements de l'ensemble du groupe. Seulement, ce type de contrats interdit dans l'immense majorité des cas d'accéder à un logement stable, public ou privé.

La politique « très sociale » de Batigère ne règle donc pas les problèmes des mal logés, ni en qualité, ni en quantité.

En réalité, les mal logés ne sont pas les bienvenus chez Batigère : lors de notre précédente occupation, nous avions certes obtenu un rendez-vous avec un responsable du groupe, en présence d'Hubert Cunat, directeur général du Logement Urbain. Mais le bailleur avait également pris la responsabilité d'un contrôle d'identité pratiqué sur des membres du collectif dans ses locaux.Nous devions être reçus ce 28 janvier. Mais notre délégation de quelques personnes est arrivée devant un siège social totalement bouclé, les employés eux même ne pouvant y accéder. La direction générale de Batigère nous a alors informé qu'elle ne recevrait qu'une seule personne du collectif ou rien du tout.

A Batigère, on a donc une bien étrange conception du rôle d'un bailleur social : les demandeurs de logement social aux revenus modestes ou très modestes y sont cantonnés, dans les logements, comme dans les rendez-vous, à une représentation « symbolique ».Nous n'avons donc d'autre choix que continuer notre campagne d'occupations, pour que Batigère remplisse ses devoirs vis-à-vis des demandeurs de logement, quels que soient leurs revenus.

Sur le même sujet voir : l'occupation du siège de BATIGERE et sa Vidéo

 

20:01 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : mal-loges, anru, usufruit-social, esh | | |  Facebook

vendredi, 25 septembre 2009

Halte à la vente des logements sociaux : Occupation du Logement Français

 

logement français.JPGLe collectif des Mal logés en Colère rend aujourd’hui une visite collective au siège social du bailleur Logement Français.

 

Nous avons multiplié les occupations des filiales de ce bailleur, comme nous le faisons avec l’ensemble des acteurs du monde HLM.

 

La direction du Logement Français nous tient systématiquement le même discours : nous ne sommes pas en mesure de répondre à vos demandes, car nous n’avons pas assez de logements sociaux. Il aura fallu des mois et des mois de lutte pour obtenir le relogement d’UNE famille locataire de ce bailleur, qui vivait depuis quinze ans dans un appartement minuscule, avec un enfant polyhandicapé, dont l’état de santé était menacé par la sur occupation.

 

Alors si la situation des mal logés est bien la préoccupation principale du bailleur social, si répondre à la demande est une priorité absolue, pourquoi vendre des logements sociaux ?

 

Une des filiales du Logement Français, Coopération et Famille affiche en effet un objectif de 700 logements sociaux à vendre chaque année.

 

Le groupe Logement Français affiche aujourd’hui une production annuelle de 840 nouveaux logements sociaux. Parmi ces « logements », un nombre important de places en foyers, dont chacune est comptée comme un demi logement par la loi SRU. Mais aussi des logements « PLUS CD », c'est-à-dire des logements qui en remplacent d’autres, après démolitions, dans le cadre des opérations de l’ANRU, et qui ne correspondent donc pas à une offre nouvelle pour les demandeurs de logement.

 

Bref, l’offre réelle de logements sociaux bon marché est déjà inférieure à 840 unités. Mais si on en retire 700 logements sociaux en moins par an, que reste-il ? Moins d’une centaine de nouveaux logements.

 

Un bailleur social, financé par des fonds publics se doit en échange d’adapter sa politique aux besoins des demandeurs de logement aux revenus modestes.

Et pas de satisfaire ses actionnaires, en l’occurrence AXA Assurances qui est majoritaire dans le capital du Logement Français, en vendant son patrimoine de logements sociaux.

 

Si Le Logement Français estime n’avoir pas besoin de ces logements pour remplir son rôle, alors qu’il le prouve en relogeant immédiatement les mal logés qui en font la demande !

 

UN LOGEMENT POUR TOUS,

TOUT DE SUITE !

 

collectifdesmallogéslogementfrançais.jpg

 

 

15:15 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : collectif des mal-logés, vente hlm, logement francilien, anru, dalo | | |  Facebook

jeudi, 11 octobre 2007

Occupation de la Société Nationale Immobilère par une centaine de Mal-logés en Colère !

La centaine de demandeurs de logement du collectif Mal-logés en Colère à occupé ce matin les locaux parisiens de la SNI pendant près de deux heures. (12 rue Daniel Stern, 75015) initiant ainsi une campagne d'actions contre les plus gros bailleurs sociaux.
Une rencontre entre des représentants des bailleurs sociaux qui composent la SNI, Jean Salines le directeur de l'agence parisienne de la SNI, et le collectif sera organisée sous peu afin d'étudier les dossiers que nous allons présenter.


-----------------------------------------------------------

communiqué :

Aujourd'hui s'ouvrent les Assises du Renouvellement Urbain, où des Ministres, des bailleurs sociaux vont une nouvelle fois parler de la crise du logement. "Réunions de Chantier"  de Mme Boutin à Lyon, réunions du PARSA et du DALO toujours très médiatisées, Entretiens de l'ANAH ( Agence Nationale pour l'Amélioration de l'Habitat ), ce lundi
, les colloques , les évènements médiatiques se multiplient sur le front du logement.Ce ne sont cependant  pas dans ces grandes agoras que les décisions sont prises, mais dans les sociétés qui contrôlent pour le compte de l'Etat, la construction, l'acquisition , et la vente
de logements


Nous occupons la  SNI parce que les décisions qui sont prises ici sont la cause des problèmes à l'autre bout de la chaine du logement.

Comment s'étonner de la saturation de l'hébergement d'urgence, que des centaines de milliers de personnes restent bloquées dans des hôtels ou dans des foyers, quand la SNI qui regroupe des bailleurs comme EFIDIS, ou OSICA ( ex-SCIC ), n'a mis sur le marché qu'un millier de logements sociaux neufs sur le marché, chiffre en baisse de 700 unités en deux
ans ? En 2006, 150 millions d'euros avaient été investis, seulement 110 le seront en 2007 .

Si le principal bailleur public ne construit pas plus, d'où sort la soi-disant hausse du nombre de logements sur le marché vantée par Christine Boutin ?

Non seulement la construction n'a rien à voir avec les besoins réels, mais la SNI vend des logements sociaux. Six cent logements ont été cédés en 2006, et le même nombre acheté. Gain en termes de nouveaux logements : Zéro.

Ces quelques chiffres expliquent notre présence dans les locaux parisiens de la SNI : de plus, la SNI qui a apparemment si peu d'argent à investir dans le logement social, dépend de la Caisse des dépôts et Consignations, qui finance et prête des sommes colossales lorsqu'il s'agit de détruire du HLM à bon marché, par le biais de l'ANRU qui tient ses Assises aujourd'hui.

Nous resterons dans les locaux jusqu'à ce que M.Achet, président du Directoire de la SNI vienne nous y rejoindre pour résoudre concrètement les problèmes de logement rencontrés par les mal-logés à cause des carences de la politique de la SNI

14:50 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : bailleurs, sni, efidis, mal-logés, anru, anah osica, démolitions | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu