web analytics

Avertir le modérateur

mercredi, 20 novembre 2013

Logement social: NKM et ses alliés en veulent bien pour eux , mais pas pour les autres.

Devant la mairie du 16ème, ce matin, les mal-logés manifestaient leur colère devant des grilles fermées en urgence devant ces visiteurs inhabituels.

Il s'agissait pour nous de faire connaître notre exaspération et nos attentes aux alliés locaux de NKM: dans le 16ème, des milliers de foyers attendent un relogement, ce sont des Parisiens comme les autres, et pourtant , ils sont la cible permanente de la campagne municipale , où Nathalie Kosciusko-Morizet comme les maires d'arrondissement de l'Ouest Parisien répètent à l'envie qu'il y aurait trop de logement social à Paris.

Il n'y en avait pas trop en tout cas, pour les deux candidats d'arrondissement présentés par NKM et qui en bénéficiaient jusqu'ici.

Tout le monde a droit à un logement, dans le 16ème comme ailleurs.

 


Paris 16ème: les habitants mal-logés... par HLMPOURTOUS

Le tract diffusé sur place

Logement social : à Paris NKM et ses alliés en veulent bien pour eux , mais pas pour les autres.

Aujourd'hui Nathalie Kosciusko-Morizet présente officiellement ses candidats : mais la nouvelle a déjà fait son effet : deux des têtes de liste de la campagne de NKM vivaient jusqu'ici dans des logements sociaux, du 19ème et du 11ème arrondissement.

Mal-logés en lutte, la démagogie n'est pas notre arme : nous ne sommes pas « scandalisés », et au vu des loyers assez élevés de ces logements, il est clair que ce sont des PLS, les plus chers des logements sociaux et qu'il est absurde de prétendre que ces élus prennent la place d'une famille « modeste ». En réalité, il prennent la place qui est celle de cette catégorie sociale qu'on appelle la « classe moyenne », qui n'a jamais été exclue des objectifs du logement social.

C'est bien là que le bât blesse : toute la campagne actuelle de NKM est fondée sur l'argument selon lequel les classes moyennes seraient les grandes oubliées à Paris , au détriment des classes populaires, pour qui tout serait fait en terme de logement social. La réalité des conditions de vie de ses propres candidats vient de démontrer le contraire. Les deux ont d'ailleurs répété que ces logements sociaux leur avaient rendu de grands services et qu'ils n'auraient pu se loger sans. A Paris, actuellement, seuls 20% des nouveaux logements mis sur le marché sont des PLA-I réservés aux revenus les plus modestes, et la véritable injustice est là car nous sommes 70% des demandeurs de logements. Les PLS constituent 20% des nouvelles productions , alors qu'ils ne correspondent qu'à 15% de la demande.

Le deuxième enseignement sur ces deux affaires concerne la localisation de ces logements, tous deux situés dans l'Est parisien, ces contrées « sans mixité sociale » dénoncées par NKM. Manifestement, ses candidats s'y plaisaient bien , et la mixité sociale y paraît donc respectée , puisqu'au sein des HLM, se cotoient élus et ouvriers.

Nous manifestons aujourd'hui devant la mairie du 16ème, afin que Nathalie Kosciusko-Morizet et ses candidats tirent des enseignements rapides de leurs propres situations , cessent de tirer à boulets rouge sur le logement social, et mettent en œuvre dans leurs arrondissements cette mixité sociale dont ils s'accommodent très bien ailleurs : il est inacceptable, par exemple, que les demandeurs modestes du 16ème arrondissement n'aient aucune réponse à leurs demandes de relogement, et que la construction de logements correspondant à leurs besoins soit sans cesse présentée comme une catastrophe potentielle pour les habitants plus aisés de l'arrondissement. La seule proposition de NKM pour les Parisiens demandeurs de logement social est une attention particulière portée aux personnes âgées : ce n'est pas une mauvaise idée, car avec une petite retraite, il est totalement impossible de vivre dans de bonnes conditions à Paris, sans accès au logement social. Seulement, à chaque fois que nous évoquons des dossiers de retraités dans les arrondissements de l'Ouest Parisien et notamment le 16ème, les élus d'arrondissement nous opposent des revenus trop faibles.

13:34 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : nathalie kosciusko-morizet, claude goasguen, municipales paris 2014, loi sru | | |  Facebook

jeudi, 29 mars 2012

Dans le 16ème comme ailleurs, le mal-logement est une réalité massive

claude goasguen, 16ème arrondissement, Sainte Perine, logement social, hébergement

Dans le 16ème comme ailleurs, le mal-logement est une réalité massive. C'est ce que sont venus rappeler une centaine de mal-logés parisiens qui ont manifesté dans la cour de la mairie ce matin, avant d'obtenir un rendez-vous avec l'adjoint chargé du Logement, Marc Lumbroso.

Presque 4000 personnes sont actuellement en attente d'un logement social dans le 16ème arrondissement. Aux problèmes rencontrés par tous les mal-logés parisiens , s'ajoute ici celui assez spécifique des chambres de bonne presque invisibles ou des personnes, retraités , femmes isolées, ou travailleurs précaires vivent souvent sans même un sanitaire.

Mais il y a une autre spécificité du 16ème arrondissement : ici, les mal-logés sont un enjeu de polémique perpétuelle pour les élus , ceux de la majorité comme ceux de l'opposition. Devenus bien malgré eux un symbole évoqué régulièrement au Conseil de Paris, les demandeurs de logement n'en sont pas pour autant pris en considération.

Tous ou presque ont fait l'expérience des permanences en mairie : lorsque c'est un élu de la majorité municipale de l'arrondissement qui les recevra, il les renverra sur la compétence du Maire de Paris , arguant du peu de logements attribuables par la mairie d'arrondissement, et glissant au passage quelques mots sur la démagogie de Bertrand Delanoe.

A l'inverse lorsque le même demandeur de logement ira à la permanence de Mr Mano, il se verra énumérer une liste de projets de logements sociaux qui ne verraient pas le jour à cause du maire du 16ème. Et on lui expliquera également que la Ville de Paris refuse de céder au chantage et d'abandonner l'idée que les mal logés du 16ème doivent être relogés dans le 16ème pour favoriser la mixité sociale.

Ces derniers mois, tandis que les élus de la majorité du Conseil de Paris dénonçait des blocages de construction de HLM, notamment à Sainte Perrine, les élus de l'opposition pointaient eux, le fait que les logements sociaux de l'AP-HP gérés notamment par la Ville de Paris, étaient attribués dans l'opacité et pas forcément à des salariés modestes

Bref, entre un maire d'arrondissement , qui par principe, réfute la majorité des projets de logements sociaux dans l'arrondissement, et un maire de la capitale qui, par principe , priorise une hypothétique mixité sociale dans un avenir lointain sur des relogements immédiats dans d'autres quartiers, les demandeurs de logement n'ont aucun espoir.

Nous sommes donc venus une nouvelle fois manifester devant la mairie, et nous reviendrons jusqu'à ce que des élus en sortent pour régler les problèmes : depuis un an, en effet, aucun des dossiers soumis n'a avancé. Certains d'entre eux concernent des demandeurs de logements depuis plus de quinze ans, d'autres des familles qui se retrouvent à la rue, sans même une proposition d'hébergement.


                         Paris : Une centaine de mal-logés manifestent... par HLMPOURTOUS

13:35 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : claude goasguen, 16ème arrondissement, sainte perine, logement social, hébergement | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu