web analytics

Avertir le modérateur

jeudi, 13 décembre 2012

Lutte contre l'exclusion, le compte n'y est pas: les mal-logés sont en colère

Conseil National de Lutte contre l'Exclusion

Quatre-vingt mal-logés ont investi aujourd'hui la Direction générale de la Cohésion Sociale où se tenait l'Assemblée Pleinière du Conseil National de Lutte contre l'Exclusion présidé par Etienne Pinte

Nous étions là pour dire notre colère devant une crise du logement et de l'hébergement sans précédent dont aucun décideur ne semble prendre la mesure réelle.Nous l'avons répété à nos interlocuteurs: les mal-logés sont fatigués des effets d'annonce, des rallonges budgétaires de dernière minute qui ne suffisent même pas à couvrir tous les besoins en hébergement d'urgence. 


Nous sommes déterminés et mobilisés pour obtenir une vraie politique du logement sur le court et le long terme, c'est à dire une politique qui parte des besoins, une politique de production massive de logement social avec des plafonds de loyer adaptés à la réalité sociale de ce pays, aux bas salaires, aux petites retraites, aux situations de précarité et de chômage.

Pour le moment le compte n'y est pas.

Dans l'attente, la lutte continue

Ci dessous le tract diffusé sur place :


LUTTE CONTRE LA PAUVRETE : MEME DISTRIBUEES EN GRANDE POMPE, QUELQUES MIETTES NE FONT PAS UNE BAGUETTE

Les mal-logés s'invitent aujourd'hui à l'assemblée générale du Conseil National des Politiques de Lutte contre la Pauvreté et l'exclusion.

Nous venons dire notre colère après les résultats de la Conférence Nationale contre la Pauvreté, qui s'est tenue cette semaine.

Voilà ce que valent nos vies de mal-logés : une rallonge budgétaire de 100 millions d'euros, la moitié qui financera à peine les besoins en hébergement pour cet hiver, l'autre destinée à des rustines qui ne résoudront certainement pas la crise du logement.

Certes , il est scandaleux et insupportable que des dizaines de milliers de personnes n'aient même pas un hébergement d'urgence et que 300 d'entre elles trouvent la mort dans la rue chaque année.

Mais c'est encore plus inacceptable de profiter de cette urgence absolue pour considérer qu'un hébergement précaire constitue une politique de lutte contre la pauvreté. Pourtant aujourd'hui, le budget de l'hébergement d'urgence est équivalent au budget du logement social. Mais l'hébergement n'est pas une réponse au mal-logement, et lutter contre la pauvreté, ce n'est pas en faire des foyers ou des résidences précaires la norme pour une partie de la population.

Tout le monde sait et reconnaît que le vrai problème est le blocage total des processus de relogements, dû à une baisse constante du nombre de logements sociaux disponibles avec des plafonds de loyers correspondant à ceux des demandeurs. Seule l'extension du parc social, la construction massive, le reconventionnement des PLS en PLA-I peut permettre de réguler les prix du marché privé, aucune autre solution ne fonctionne.

Ainsi, le gouvernement a-t-il également annoncé quelques dizaines de millions d'euros pour les dispositifs d'intermédiation locative, du type Louez Solidaire ou Solibail : mais ces dispositifs ne sont pas efficaces au regard de leur coût.

En effet, ce sont des propriétaires privés qui encaissent les loyers et bénéficient d'aide aux travaux de rénovation, sans que le logement ne tombe à terme dans le parc public. Ces logements constituent une solution très temporaire, la plupart des propriétaires ne renouvelant pas le bail au bout de trois ans. On les présente comme une alternative à l'hôtel , mais en réalité, ils ne constituent qu'un palliatif à l'absence de relogement pour le parc social, et ne font nullement baisser le nombre de demandeurs de logement coincés dans les hôtels.

Les mal-logés en ont assez d'une politique qui consiste à dire que « presque rien », c'est mieux que « rien ».

Nous n'avons aucune raison d'accepter la situation présente, aucune raison de nous résigner à être des millions , salariés, retraités, jeunes, familles monoparentales ou nombreuses, pour qui un simple logement avec un loyer adapté aux ressources est un objectif inatteignable avant des années et des années de galère, ou de misère totale à cause de l'argent englouti dans le paiement du loyer..

Nous n'en pouvons plus de la stratégie de communication de ce gouvernement, qui distribue les maigres rallonges budgétaires au compte-gouttes pour faire de chacune d'elle un événement médiatique, qui annonce quelques réquisitions à venir avec au moins vingt communiqués de plusieurs Ministres depuis des mois. On peut distribuer les miettes en grande pompe, cela ne fait pas une baguette.

DES VRAIS LOGEMENTS MAINTENANT !


Luute contre la pauvreté: les mal-logés... par HLMPOURTOUS

16:31 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : etienne pinte, samu-social, hébergement d'urgence, exclusion | | |  Facebook

mardi, 21 décembre 2010

Mal-logement: manifestation devant le Ministère des Solidarités et de la Cohésion Sociale

Nos Ministres ne veulent pas écouter les mal-logés, contraignons les à nous entendre: mardi dernier, la présence d'une centaine de membres du collectif a conduit Mme Nathalie Kosciusko Morizet, Ministre du Logement à annuler sa visite médiatique à un centre d'hébergement parisien.

Aujourd'hui, nous étions à nouveau  déterminés devant le Ministère des Solidarités et de la Cohésion Sociale, où se tenait une séance du Conseil National des Politiques de Lutte contre l'Exclusion Sociale, en présence de Benoist Apparu.

Nous ne nous contenterons plus d'une politique du logement qui consiste uniquement à faire des réunions et à promettre des avancées devant des organismes consultatifs sans aucun pouvoir.Nous ne nous faisons aucune illusion sur les circulaires et les déclarations de bonnes intentions sur le mal-logement faites par le gouvernement.

La seule mesure concrète prise ces dernier mois, c'est la loi LOPPSI qui va précariser un peu plus les mal-logés qui survivent dans les conditions les plus précaires.

 


Le tract difusé sur place

2007 : vote de la loi DALO

2010 : 1,2 millions de demandeurs de logement sociaux, 3,5 millions de mal logés, 100 000 personnes à la rue

Ce 21 décembre Benoist Apparu, secrétaire d'Etat au Logement, assistera d'abord à la séance du Conseil National des Politiques de Lutte contre l'Exclusion Sociale, avant de recevoir officiellement le dernier rapport du Comité de suivi de la loi DALO.

Nous manifestons donc devant le Ministère ou se tient cette séance du Conseil, qui devra évaluer, notamment en matière de logement, où en est l'objectif de réduction de moitié de la pauvreté en 5 ans , fixé par le gouvernement.

Notre présence est une évaluation en soi : quelle que soit notre situation, en hôtel ou dans un appartement promis à la vente, dans un logement trop petit ou coincés dans un « hébergement d'urgence » depuis des années, célibataires ou familles nombreuses, cette année 2010 ne nous aura rien apporté en matière de logement.

Parmi nous des étudiants ou des retraités, des avocats et des ouvriers du bâtiment, des stagiaires en formation, des chômeurs ou des titulaires de CDI depuis 20 ans : le mal logement touche tout le monde en Ile de France. D'ailleurs, le comité de suivi du DALO qui n'a pourtant connaissance que des mal-logés qui ont pu déposer un dossier et être labellisés en fait le constat : dans la région 90% des dossiers n'ont trouvé aucune issue favorable.  Même le label « DALO hébergement » ne débouche sur rien, puisque 2200 dossiers sont en attente.

Au lieu de se poser la question de l'efficacité de sa politique, M. Apparu pense que la répression, ou au mieux la politique de la porte fermée aux mal logés en lutte résoudra le problème par magie

Cette politique là ne marche pas non plus : le mal logement constitue une destruction quotidienne sur tous les domaines de la vie. Les mal-logés ne peuvent ni dormir, ni étudier, ni se soigner, ni travailler dans de bonnes conditions. Etre mal logé, c'est vivre dans l'angoisse psychologique permanente de l'expulsion, de la perte d'un hébergement précaire, d'un accident domestique, de ne plus pouvoir faire face aux dépenses à cause du loyer trop cher.

C'est vivre dans une France parallèle, et devoir chaque jour accomplir des démarches décourageantes, sans fin et sans résultat.

La lutte même difficile est le seul espoir de l'année 2011. Notre résolution ne faiblira pas.

Dans les années 60, on construisait 100 000 logements sociaux par an, à très bas prix.  Aujourd'hui , même pas soixante mille, tous loyers  confondus, et on détruit et on vend des centaines de milliers d'autres. La crise du logement est une crise de la volonté politique.

UN LOGEMENT POUR TOUS , c'est possible MAINTENANT.

 

15:23 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : bachelot, apparu, mal-logement, loppsi, dalo, cnple, etienne pinte, samu social, comité de suivi | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu