web analytics

Avertir le modérateur

mardi, 13 mai 2008

Les Mal-logés en Colère s'invitent au Grenelle de l'Insertion (Mairie de Montreuil)

Pas de logement, pas d'Insertion

 

Intervention à la Mairie de Montreuil à l'occasion du Grenelle de l'Insertion


Dès le mois de mai 2007, quelques jours après sa prise de fonction au Haut Commissariat aux Solidarités Actives, le Collectif Mal-logés en Colère occupait l'ANSA, présidé par Martin Hirsch. Notre objectif était alors de nous assurer que le nouveau Haut-Commissaire, ex-président d'Emmaus-France, dont la nomination devait selon nous beaucoup aux luttes de mal-logés passées, saurait se souvenir de toutes les revendications qu'il avait pu porter jusque là, une fois au gouvernement.

Peine perdue, Martin Hirsch nous fit savoir que sa Solidarité Active ne portait pas sur le logement mais sur l'Insertion, et nous orienta vers le cabinet de la ministre du Logement, Madame Boutin. Un ministère qui affiche beaucoup plus une de volonté de défense des propriétaires que des mal-logés demandeurs de logements HLM. En témoignent les plans de destructions massives de HLM, la vente prévisionnelle d'au moins 40 000 logements sociaux, la charte avec les banques pour « faciliter » l'accession à la propriété, ainsi qu'une convention avec les agences immobilières pour engager celles-ci à « améliorer » leurs pratiques commerciales (décisions prises aux « Réunions de chantier » à Lyon en Septembre dernier)

A notre sens, l'insertion dont parle Martin Hirsch passe avant tout par le Logement. Combien de « désinserés », le resteront tant qu'ils n'auront pas une adresse, un domicile, la possibilité de se soigner ou tout simplement de vivre dans un logement convenable.

C'est à force d'acharnement, après la perturbation d'un colloque sur la précarité de l'emploi organisé par Martin Hirsh à Paris au mois de Juin (Conservatoire National des Arts et Métiers) et l'occupation du mensuel « Psychologies » ou le Haut Commissaire est chroniqueur, que nous avons obtenu un rendez vous avec Martin Hirsch au mois de janvier dernier.

Son cabinet s'était alors engagé à nous recontacter  rapidement pour organiser une rencontre où nous seraient expliqué pourquoi nos demandes de logements n'aboutissent pas !

Nous n'avons jamais été recontacté, peut etre parcque rien ne peut justifier que nos demande n'aboutissent pas.

Nous vivons dans des logements insalubres, dans des hôtels meublés hors de prix pour lesquels les financements de l'aide sociale ne sont plus assurés, nous sommes baladés d'hébergement en hébergement d'urgence parfois de département en département.

Certains parmi nous sont mal-logés à Montreuil, la ville même ou est organisé ce colloque sur l'insertion.

Nous sommes venue rappeler que la Solidarité Active dont nous avons besoin , l'Insertion dont on nous parle, passe avant tout par le relogement des mal-logés.


UN LOGEMENT POUR TOUS !

17:25 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : insertion, hirsch, grenelle, montreuil, mal-logés, dalo, boutin | | |  Facebook

mardi, 29 janvier 2008

Les Mal-logés en Colère s'invitent au "Grenelle parisien de l'Insertion"

INSERTION A PARIS :

le mode d'emploi passe par le logement.




Le collectif Mal Logés en Colère s'invite aujourd'hui au forum « L'insertion à Paris, mode d'emploi» , organisé par la Préfecture de Paris, à l'Espace Reuilly, dans le 12ème arrondissment.


A Paris, encore plus qu'ailleurs, l'emploi n'est pas , contrairement aux idées reçues, le principal obstacle à l'insertion : un SDF sur trois travaille, et parmi ceux qui attendent en vain un logement, dans les hôtels, dans les foyers , dans l'insalubrité, les salariés sont aussi nombreux que les chômeurs. Et parmi ceux-ci, combien ne peuvent accéder à un emploi parce que leurs conditions de logement freinent leur recherche ?


En taisant totalement cet aspect (aucun des débats prévus n'aborde spécifiquement la problématique du logement, seul l'hébergement temporaire étant brièvement évoqué), la Préfecture cherche-t-elle à faire l'impasse sur ses responsabilités en la matière ? Il y a en tout cas un double discours flagrant de l'Etat, dont la Ministre du Logement reçoit aujourd'hui les associations pour leur présenter un rapport sur le problème des SDF , pendant que ses représentants sur le terrain, dont le Préfet , font mine d'ignorer le rôle fondamental du logement en matière d'insertion.


Nous sommes venus confronter la Préfecture de Paris, et son représentant le Préfet Michel Lalande, avec certaines réalités : celle par exemple, du manque de grands logements HLM. Des milliers de familles vivent dans la sur-occupation permanente, consacrent la quasi intégralité de leur salaire au paiement de chambres d'hôtel. Ce n'est pas d'un emploi dont elles ont besoin, elles l'ont déjà pour la plupart mais d'un logement qui leur permette de s'insérer réellement, c'est-à-dire d'avoir des conditions de vie, de scolarité décentes.


Nous sommes venus dire au Préfet que l'insertion, ce n'est pas la multiplication des démarches pour les mal logés, l'empilement de dispositifs qui tournent à vide. Il y a quelques années, la Préfecture mettait en avant les « accords collectifs » censés accélérer le relogement des plus défavorisés. Résultat, des milliers de dossiers en attente. Aujourd'hui on demande à nouveau aux mal logés , aux travailleurs sociaux de constituer des dossiers pour les commissions DALO, qui ressemblent comme deux gouttes d'eau aux commissions crées pour les accords collectifs. Pour quel résultat ? La première commission, sur des milliers de dossiers déposés en a traité UN seul.


Nous sommes venus dire à la Préfecture qu'on n'insère pas les mal logés à coup de formulaires à remplir, que traiter un problème ne consiste pas à acheter de nouvelles étagères à la Préfecture pour ranger les dossiers en triple exemplaire ou à examiner chaque situation individuelle dans trois commissions différentes.


Parmi les questions posées dans les débats qui vont se tenir aujourd'hui, l'une d'elles est « Comment préparer l'accès ou le retour à l'emploi ? » . Nous sommes venus donner une réponse simple: en permettant l'accès immédiat à un logement décent, sans lequel retrouver du travail est des plus difficiles, et sans lequel occuper un emploi n'a pas de sens, dans la mesure ou celui-ci ne permet même pas d'accéder à un minimum de droits.

UN LOGEMENT POUR TOUS MAINTENANT !

14:59 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : dalo, insertion, paris, mal-logés, grenelle, hlm, sdf | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu