web analytics

Avertir le modérateur

mardi, 11 octobre 2011

Paris 19ème: journée de mobilisation des mal-logés


Vendredi, suite à une occupation récente de la mairie du 19ème arrondissement, notre collectif était reçu par le cabinet de Roger Madec : malheureusement le discours tenu face aux situations diverses de mal-logement évoquées n'avait rien à voir avec que tout habitant du quartier est en droit d'attendre de son maire.

Pour les élus du 19ème arrondissement, en effet, les dizaines de dossiers présentés ne relèvent pas de sa compétence : qu'il s'agisse de suroccupation, de congés pour vente, d'insalubrité ou de loyers trop chers, la Mairie nous rabat sur le DALO et la Préfecture.

On nous a notamment expliqué que nos revenus ne correspondaient pas à la plupart des logements construits dans l'arrondissement récemment , en grande majorité des PLS...pourtant nous sommes dans la moyenne des demandeurs parisiens: travailleurs aux salaires modestes, retraités, parents isolés, le logement social est pour nous la seule chance de sortir du mal-logement.

La mairie de Paris ne peut donc pas nous ignorer et ne pas adapter l'offre à la demande : nous sommes donc venus à une centaine attendre notre maire devant une crèche qui devait être inaugurée en sa présence et celle de l'Adjoint à la Petite Enfance de la Mairie centrale.

Roger Madec ayant finalement annulé son déplacement, nous nous sommes donc rendus directement devant la mairie pour manifester : là le directeur du cabinet du maire est finalement venu à notre rencontre.

Nous lui avons annoncé notre intention de nous mobiliser sur l'arrondissement : nous n'acceptons pas d'être des Parisiens de seconde zone, sans cesse renvoyés vers les services de l'Etat pour notre relogement, alors que le contingent de logements de la Ville de Paris est énorme.

UN LOGEMENT POUR TOUS MAINTENANT


Paris 19éme : le Maire annule une inauguration... par HLMPOURTOUS



Le communiqué diffusé sur place




Mal logés , habitants du 19ème ou d'ailleurs, nous venons à la rencontre de Roger Madec, maire du 19ème arrondissement, de Christophe Najdovsky, adjoint de la Ville chargé de la petite enfance, et  Richard Puyal, , président du conseil d'administration de la CAF de Paris, à l'occasion de l'inauguration de la Maison de Gavroche, une nouvelle crèche.

Les mal-logés et leurs enfants n'ont pas l'intention de rejouer une nouvelle version des Misérables !

Pourtant, la situation actuelle semble décidément nous condamner à la rue ou aux taudis à plus ou moins brève échéance, sans qu'élus et dirigeants des institutions comme la CAF fassent autre chose que se renvoyer la balle nous concernant.

Il en ainsi concernant la suroccupation, souvent couplée à des problèmes d'insalubrité.

Pour les mairies d'arrondissement, comme pour la mairie centrale, le relogement dans ces circonstances dépendrait de l'Etat, puisque les mal-logés concernés relèveraient du DALO !

Seulement, la seule obtention du label DALO est un parcours du combattant : les documents exigés sont de plus en plus nombreux et difficiles à obtenir, les critères de plus en plus stricts et les délais de décision des commissions de plus en plus longs. De toute façon, même pour ceux qui ont le label, des dizaines de milliers de dossiers sont déjà en attente...et  la Préfecture de Paris nous rétorque que le contingent le plus important est celui de la Ville vers laquelle elle nous renvoie.

Les années passent, on s'entasse de plus en plus nombreux dans des logements minuscules : les enfants n'ont pas de place , les adultes non plus, la vie scolaire, professionnelle, sociale, la santé sont compromises.

Et désormais, en plus, on se retrouve confronté à des problèmes avec la CAF, qui compromettent le paiement du loyer.

En effet, toutes les administrations communiquent entre elles : dès lors que la suroccupation est signalée dans le cadre du DALO, la CAF le sait et enclenche des procédures de suspension pour surface d'habitation insuffisante. De plus en plus nombreuses sont les familles qui vivent ainsi avec l'angoisse supplémentaire de se voir supprimer leurs prestations : actuellement dans le 19ème arrondissement, des convocations collectives par la CAF ont lieu à ce sujet.

C'est d'ailleurs la même chose en ce qui concerne les procédures d'expulsion et les congés pour vente : la Ville nous renvoie vers la Préfecture pour le relogement, mais celle-ci exige le label DALO qui n'est accordé qu'en cas de décision de justice, quand l'expulsion est imminente. En attendant, nombreux sont les propriétaires qui ne délivrent plus de quittance de loyer lorsqu'ils veulent se débarasser de leur locataire et dans ce cas , la CAF ne paie plus d'allocation...

Aujourd'hui, cette inauguration réunit des responsables de la mairie centrale, de la mairie d'arrondissement et de la CAF : il va donc être difficile de se renvoyer mutuellement la patate chaude du mal-logement en ne tenant aucun compte des concernés !

15:11 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : roger madec, insalubrité, dalo, relogement, mixité sociale, pls, expulsion locative, delanoe, hidalgo | | |  Facebook

vendredi, 15 janvier 2010

Paris Métropole: le ton monte entre les mal logés et les élus

Le Grand Paris ne se fera pas sans nous, les demandeurs de logements sociaux, les centaines de milliers de Franciliens qui n'ont pas d'autre solution que le HLM pour se loger correctement, sans y laisserune part trop importante de leurs faibles revenus.

A Paris, le 17 décembre dernier, nous étions venus crier notre colère aux élus réunis dans le cadre du premier forum de Paris Métropole.
Nous y avions été confrontés notamment à Jean Yves Le Bouillonnec, député maire de Cachan ( 94) et Pierre Mansat , adjoint de la Ville de
Paris ( 75).

Nous avions obtenu un rendez-vous avec le cabinet Delanoe, auquel Pierre Mansat s'était engagé à participer. Pierre Mansat n'est pas
venu, et Bertrand Delanoe, par l'intermédiaire de sa conseillère chargée du logement nous a fait savoir qu'il estimait faire suffisamment pour le logement social et que nos revendications et nos manifestations étaient donc insupportables et malvenues.

Le collectif des Mal Logés en Colère s’invite aujourd'hui donc en mairie d'Aubervilliers, où doit être signé entre les deux communes un protocole de coopération. Anne Hidalgo, première adjointe au Maire de Paris, chargée de l'Urbanisme, et tête de liste parisienne aux
élections régionales, Pierre Manzat, Jacques Salavator, mais aussi Roger Madec maire du 19ème et Daniel Vaillant maire du 18ème sont
présents.

La coopération entre Paris et Aubervilliers, c'est le remodelage total de tout un pan de l'Est Parisien:Demain, une université, un immense centre commercial, des centaines de milliers de m2 de bureaux , des logements privés vont voir le jour, notamment au bord du Canal Saint Denis.

Sur son site, la Mairie d'Aubervilliers est fière de proclamer, que la commune pourra désormais rivaliser avec Boulogne Billancourt !

Entre 2002 et aujourd'hui, les prix à la vente dans l'immobilier ont quasiment doublé dans le 19ème arrondissement et à Aubervilliers. Ces
quartiers faisaient partie des rares en petite couronne ou les foyers aux revenus modestes pouvaient se loger dans le privé. La transformation de ces quartiers, le renouvellement urbain ne constituent pas pour eux une amélioration, car le parc social de fait aussi vétuste soit-il a disparu: les nouveaux logements sociaux ( 400 seulement sur la ZAC Claude Bernard, sur des centaines de milliers de m2 de bureaux ) ne permettront le relogement que d'une infime minorité des habitants.

 

Où iront les autres ? La « coopération » au quotidien entre la Ville de Paris, et les collectivités de Seine Saint Denis en donne une idée.

Aujourd’hui un tiers des habitants des hébergements d'urgence du département viennent de la capitale. Les communes se rejettent
mutuellement ces mal logés condamnés à l'errance urbaine, chacun estimant que c'est à l'autre de s'en occuper.

Les demandeurs de logement sociaux sont toujours de trop dans les réunions publiques sur l'avenir de la métropole: à l'inverse, le
promoteur ICADE, qui a récemment fait plusieurs centaines de millions d'euros de bénéfices sur le dos des HLM publics en revendant ces
logements, ce promoteur qui se taille la part du lion dans les projets d'aménagements de la ZAC Claude Bernard ou du quartier du Canal est
couvert d'éloges par ces mêmes élus: sur son site, la Mairie d'Aubervilliers décrit ainsi ICADE comme une grande société foncière
maîtrisant tous les savoir faire du marché immobilier. Effectivement.

Bien accueillis ou pas par les élus, les mal logés des communes concernées n’ont pas le choix : nous imposerons par la lutte que
soient construits le nombre de logements nécessaires au relogement de tous, là ou nous en avons besoin.

Voir la vidéo en cliquant ici

Protocole de coopération Paris Auberviliers.jpg


Sur le même sujet voir également:

Les mal logés en Colère au premier forum de Paris Métropole, 17 décembre 2009

Aubervilliers : pas de logement social pour les retraités

Manifestation du collectif devant la Préfecture de Seine Saint Denis


 

20:19 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : aubervilliers, logement, hidalgo, vaillant, madec, collectif des mal logés, salvator | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu