web analytics

Avertir le modérateur

mardi, 31 mai 2011

Les 3éme Assises Régionales du logement interdites aux mal-logés en lutte

Les 3èmes Assises régionales du logement se tenaient aujourd'hui à la Cité Universitaire : il s'agissait de « faire le point sur la situation avec tous les interlocuteurs concernés », selon Jean-Paul Huchon et Emmanuelle Cosse vice-présidente du Conseil Régional chargée du Logement.

Outre ces élus, les représentants de l'Etat, les adjoints au Logement de diverses communes franciliennes , dont Jean-Yves Mano , mais aussi nombre de bailleurs sociaux étaient présents.

Tous ces responsables ont au moins un point d'accord : les mal-logés en lutte, premiers concernés ne sont pas les bienvenus dans ces Assises présentées comme ouvertes : plusieurs cars de CRS nous attendaient en effet de pied ferme devant l'entrée de la Cité Universitaire.

Les élus du Conseil régional prétendent n'avoir aucun poids sur l'Etat pour que celui-ci débloque des budgets pour le logement social, pourtant cela marche très bien lorsqu'il s'agit de gaspiller de l'argent public pour interdire aux demandeurs de logement l'accès aux réunions ou chacun se congratule sur les efforts fournis.

La manifestation bruyante et déterminée de 70 mal-logés a tout de même amené le directeur de cabinet de Jean-Paul Huchon et Emmanuelle Cosse, élue au Logement, à nous recevoir : nous leur avons donc démontré sur des points précis que la politique menée non seulement n'était pas suffisante en moyens au regard des besoins, mais aussi que l'argent investi revenait à tout le monde sauf aux mal-logés dans de nombreux cas.

Quelques exemples :

  • Le Conseil Régional nous dit financer majoritairement des PLUS et des PLA-I , les vrais logements sociaux .Mais Emmanuelle Cosse et le cabinet de Jean Paul Huchon ont dû reconnaître le problème : actuellement de nombreux bailleurs sociaux refusent en commission d'attribution et pour insuffisance de revenus des foyers dont les ressources correspondent cependant légalement aux plafonds de ces logements.

  • Le Conseil Régional met en avant le financement de l'hébergement d'urgence et des structures gestionnaires : mais sur le terrain, une grande partie de ce financement correspond à celui de chambres d'hôtel . De plus en plus, des foyers qui pourraient tout à fait payer un loyer sont condamnées à errer d'hôtel en hôtel, de banlieue en banlieue, tous les trois ou six mois, quand ce n'est pas plus souvent.

  • La lutte contre l'insalubrité se traduit par le financement de travaux au coup par coup dans des logements sur-occupés et souvent dégradés dans le bâti même. Souvent, après avoir bénéficié de subventions importantes, les propriétaires virent leurs locataires pour vendre leur bien.

Malheureusement, la réponse des élus du Conseil régional n'a rien d'original : comme tous les autres , ils reconnaissent que la situation est catastrophique, ne contestent pas les problèmes que nous soulevons mais estiment être "ceux qui font le plus d'efforts"  dans le domaine du logement social, et que nous devrions donc aller manifester ailleurs.

Nous manifestons partout et nombreux : la seule politique du logement correcte est celle qui élimine le mal-logement, elle se juge aux résultats et pas au nombres de colloques , d'assises et d'évènements presse organisés sur le sujet .

Et si les responsables en sont à prévoir des dispositifs policiers démesurés pour ne pas avoir à entendre la colère des expulsés, des expulsables, de ceux qui ne mangent pas leur faim pour payer leur loyer, c'est qu'ils savent eux même combien les actions engagées sont dérisoires au regard de nos besoins.

UN LOGEMENT POUR TOUS MAINTENANT

Voir aussi : Mal-logement en Ile de France : la colère monte

 


3éme Assises Regionales du logement en Ile de... par HLMPOURTOUS

15:05 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : emmanuelle cosse, huchon, mal-logement, hlm, expulsion, insalubrité, jean yves mano | | |  Facebook

mercredi, 09 juin 2010

Paris, Delanoe: du fric pour les entreprises, des flics pour les mal logés

Ce matin, dans le 20ème arrondissement, inauguration d'un bâtiment entièrement réhabilité par le deuxième bailleur social parisien, la RIVP.

Des logements sociaux ? Non, des locaux pour des entreprises financées par l'argent public.

De nombreux décideurs franciliens, en matière de logement social, des élus qui affirment tous être aux côtés des mal logés sont présents: Bertrand Delanoe, maire de Paris et président du Conseil Général, Jean Paul Huchon, président du Conseil Régional, Serge Contat, directeur de la RIVP, mais aussi Julien Bayou, membre fondateur de "Jeudi Noir", désormais élu au Conseil Régional, et président du Centre Francilien pour l'Innovation.

Le Collectif des Mal Logés en Colère était présent aussi: ces élus, ces responsables, quel message ont-ils à faire passer aux demandeurs de logements sociaux en attente de ce qui n'est pas une aumône, mais un droit ?

Il est simple: des dizaines de CRS et de policiers pour nous tenir à l'écart de cette inauguration, réservée aux seuls franciliens qui comptent réellement pour tous ces élus, ceux pour qui l'argent coule à flots, même en temps de "crise": les chefs d'entreprises.

La police pour nous empêcher d'accéder à un bâtiment public, qui devrait revenir aux mal logés.

Depuis des années, Bertrand Delanoe et ses élus répètent en boucle que les demandeurs de logement devront se résigner à ne pas tous être rélogés à Paris. Et ils n'hésitent jamais à accompagner leur discours d'intimidations policières envers les demandeurs de logement qui refusent de se résigner.

Depuis des années, nous continuons à exiger et à arracher nos logements.

Le communiqué diffusé sur place et une vidéo de Rue89 en clickant ici

19:10 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : paris, paris lab, delanoe, mal logés, huchon, julien-bayou | | |  Facebook

Paris Lab: les mal logés face à Delanoe

Ce mercredi, Bertrand Delanoe, maire de Paris, Jean Paul Huchon, président du Conseil régional d'Ile de France, Serge Contat, directeur de la RIVP et d'autres élus, inauguraient une nouvelle pépinière d'entreprises, Paris Lab, dans le 20ème arrondissement.

Le Collectif des Mal Logés en Colère a manifesté devant l'immeuble flambant neuf, encerclé par d'importantes forces de police: une nouvelle fois, nous avons rappelé que les Parisiens demandeurs de logement n'accepteront pas de quitter la capitale et sa proche couronne pour faire place aux bureaux et aux entreprises.

Voir une autre vidéo, tournée par le collectif en clickant ici

 

 

Ci dessous le communiqué diffusé sur place.

Le Collectif des Mal Logés en Colère s'invite une nouvelle fois à un événement qui le concerne, puisqu'il s'agit de l'inauguration d'un bâtiment flambant neuf réhabilité par la RIVP, le second bailleur social parisien.

Vingt sept lots, des surfaces allant de 40 à 120 m2 , des espaces collectifs en libre accès, en plein vingtième arrondissement, un quartier en plein développement.

De quoi satisfaire quelques uns des demandeurs de logement sociaux de la capitale en attente dans leurs taudis ou leurs appartements exigus et hors de prix, à l'hôtel ou hébergés chez des proches ?

Pas vraiment, puisqu'il s'agit en fait d'une nouvelle pépinière d'entreprises, dénommée « Paris Lab », une initiative conjointe de la Ville de Paris et du Conseil Régional.

Une structure destinée à être un tremplin pour les jeunes entrepreneurs innovants , une de plus...

Au mois d'avril 2009, nous occupions une autre structure semblable et également financée par la RIVP, non loin de là, rue des Haies. Nous étions notamment venus avec des locataires d'un hôtel de la RIVP qui payent une chambre aussi chère que le loyer des entreprises hébergées dans les pépinières, avec des surfaces beaucoup plus petites.

Au mois de juillet 2009, Bertrand Delanoe reportait l'inauguration d'une autre pépinière financée par la Ville, « La Ruche » dans le dixième arrondissement. Nous étions venus pour exiger qu'on s'occupe des mal logés des immeubles insalubres de l'arrondissement avec autant d'attention que celle allouée aux entrepreneurs.

Aujourd'hui,nous sommes présents en nombre pour les mêmes raisons. « Paris Lab » est financée à 90% par des fonds publics, deux millions d'euros en tout.

A titre de comparaison, l'ensemble du dispositif Louez Solidaire, présenté comme une initiative majeure pour lutter contre le mal logement n'avait bénéficié en 2008 que d'un investissement de 1, 7 millions d'euros pour l'ensemble de la capitale.

Certes le 20ème arrondissement compte 26% de logements sociaux. Mais ces dernières années, l'augmentation des prix à la location dans le privé a réduit l'accès au logement décent des salariés, des précaires, des familles aux revenus modestes, dans cet arrondissement comme ailleurs, et la politique actuelle des bailleurs sociaux parisiens ne permet pas de répondre à la demande !

Lors de notre rencontre récente à l'Hôtel de Ville, avec les représentants du Maire de Paris et de l'adjoint au Logement, on nous a répondu que les élus faisaient tout leur possible pour prendre en compte 120 000 demandeurs de logement parisiens

Mais en une mandature et deux années de la seconde, la « prise en compte » s'est traduit par l'augmentation de plus de dix mille demandeurs sur cette liste. Les élus nous affirment qu'une partie vient de la banlieue, mais nous, nous sommes en partie des Parisiens déplacés « provisoirement » dans des hébergements d'autres départements.

Nous exigeons toujours:

UN LOGEMENT POUR TOUS TOUT DE SUITE

 

19:03 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : paris lab, pépinière, mal logés, sru, delanoe, huchon, dalo, immobilier | | |  Facebook

vendredi, 09 avril 2010

Conseil Régional IDF: les mal logés posent leurs exigences

Ce vendredi 9 avril, une centaine de membres du Collectif des Mal Logés en Colère ont occupé le Conseil Régional d'Ile de France, jusqu'à la venue d'Emmanuelle Cosse vice présidente en charge du Logement.

Pendant la campagne électorale nous avons attentivement écouté les promesses des uns et des autres en matière de logement et d'aménagement du territoire: l'échelon régional est en effet très important, car la Région influe sur la politique en matière d'aménagement du territoire  ( bureaux ou logements ) , au travers d 'établissements publics , notamment l'EPF, qui revendique la mise en place d'un million de m2 de bureaux , mais aussi à travers l'Agence Régionale de Développement, dotée d'un budget énorme destiné à faciliter l'installation et l'implantation durable d'entreprises sur le territoire.

On rappelle assez souvent aux mal logés que "Paris et sa proche couronne ne sont pas extensibles" pour que nous sachions très bien ce que signifie concrètement la priorité accordée par la Région aux espaces dédiés à l'activité économique: les demandeurs de logement sont condamnés , de plus en plus à aller là ou les bureaux ne sont pas, c'est à dire loin , très loin en grande banlieue. La Région participe d'ailleurs financièrement aux opérations de démolition de l'ANRU, qui aboutissent en termes de reconstruction, à moins de logements à bas prix et plus de bureaux sur les mêmes sites.

En Ile de France, la question de la place laissée au logement social dépend d'institutions multiples, raison pour laquelle nous multiplions les interpellations, de l'association du Grand Paris crée par le gouvernement, au Forum Paris Métropole, mis en place par des élus des communes franciliennes.

La vice présidente nous a reçu pendant plus d'une heure, et répété que le Conseil Régional "voulait avoir une parole forte sur les questions du logement".

Une "parole forte", pour une instance décisionnaire, ce sont des actes.

Or à ce niveau, ce n'est pas gagné

- Le conseil Régional investit 210 millions d'euros par an dans le logement, social et non social y compris, puisqu'une partie des fonds vont à l'aide aux propriétaires privées, et pas forcément occupants. Mais si l'on retire de cette somme, le financement des PLI, logements intermédiaires, des PLS logements sociaux inacessibles aux revenus modestes, le financement de l'ANRU, et surtout le financement d'hébergements toujours d'urgence , toujours temporaires , combien reste-t-il pour de vrais logements sociaux, et combien à Paris et en proche banlieue, là où la demande est la plus forte ?

Et ce chiffre inclut aussi la réhabilitation de l'existant, nécessaire et normale mais qui ne produit aucun nouveau logement.

- sur la question des hébergements, Emmanuelle Cosse a pointé leur nécessité , "pour faire sortir les gens des hôtels", mais aussi pour des "personnes en processus medicaux" en ce qui concerne les CHRS: mais en quoi, les mal logés ont-il besoin d'un foyer, d'une maison relais, d'une résidence sociale plutôt qu'un vrai logement ?

Emmanuelle Cosse le disait pourtant elle même en 2007 , à propos des mal logés expulsés du squat de Cachan "Nicolas Sarkozy en avait fait un problème d’immigration parce qu’il était incapable, tout comme le président de la région et celui du conseil général, de répondre à la demande sociale posée : un logement près de mon travail, près de mon école, près de mes proches, bref, là où je vis. Il a fallu une très forte solidarité pour trouver une solution plus ou moins pérenne aux familles de Cachan, qui commençaient visiblement à gêner par leur résistance. Et depuis, ceux qui avaient accepté des solutions temporaires tels des hébergements en hôtel ne sont guère plus avancés."

C'est effectivement la solidarité et la lutte qui peuvent permettre aux demandeurs de logement social d'imposer leur exigence : un logement pour tous maintenant, et de faire en sorte que les décisionnaires ne se contentent pas de mesures cache misère .

La vice présidente chargée du logement nous a finalement proposé un nouveau rendez-vous dans un mois. Nous lui avons signifié que la lutte des mal logés sera un élément à prendre en compte toute la nouvelle mandature qui s'ouvre, et jusqu'à ce qu'il y ait en Ile de France comme ailleurs, un logement pour tous !

 

Sur le même sujet, voir également:

Occupation de l'EPF Ile de France

Les mal logés au forum de Paris Métropole

Les mal logés expulsés du Grand Paris

 

18:39 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : emmanuelle-cosse, logement, conseil-régional, hébergement, huchon, foncier, aménagement, ard, epf | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu