web analytics

Avertir le modérateur

samedi, 30 mars 2013

Convention Logement EELV: Cecile Duflot attendue par les mal-logés

2013-03-30 13.54.35.jpgIl y a deux semaines, soixante-dix mal-logés étaient évacués par la police et sans aucun dialogue d'une annexe du Ministère du Logement .

Nous sommes donc revenus aujourd'hui demander des comptes à Mme Duflot à l'occasion de la convention organisée par EELV Paris sur le logement, où la Ministre était annoncée à quatorze heures.

Manifestement avertis de notre venue, les élus EELV avaient sollicité un cordon de police pour interdire l'entrée de la réunion "ouverte à tous" aux premiers concernés. 

Devant notre détermination à manifester tout l'après-midi si besoin était, le Ministère nous a finalement proposé un rendez-vous pour la semaine prochaine avec un membre du cabinet de Mme Duflot. 

Ce sera l'occasion pour nous de porter notre colère et notre incompréhension devant l'absence d'une vraie politique du logement social, et le refus de mettre en oeuvre des moyens massifs pour résorber le mal-logement .


                         Convention-Logement EELV : les mal-logés... par HLMPOURTOUS


Le tract diffusé sur place


Les mal-logés viennent rappeler ses engagements à leur Ministre

 

Le 24 mai 2012, notre collectif de mal-logés interpellait Cecile Duflot sur la gravité de la situation et la nécessité impérative de mesures d'urgences, massives et rapides lors d'une réunion pour les élections législatives A l'AFP, Mme Duflot répondait « on ne peut pas tout changer en sept jours », et s'engageait à nous recevoir en personne, « au Ministère dans un cadre plus tranquille » « pour mettre cartes sur table ».

La Ministre du Logement n'a jamais honoré cet engagement, pris devant des dizaines de mal-logés, qu'apparemment il n'était pas grave de tromper avec de faux espoirs, et de surcroît, elle nous a envoyé les forces de l'ordre à chaque fois que nous sommes venus lui rappeler cet engagement.

L'affaire serait anecdotique si l'indifférence face aux attentes des mal-logés, et la répression comme réponse à leur situation catastrophique ne concernait que notre collectif. Ce n'est pas le cas.

 Au « meilleur » des cas, cet hiver , la moitié des appels au 115 n'ont abouti à aucune solution, même précaire, et le pourcentage des appels sans réponse est souvent monté jusqu'à 80%. Comme le dénonce Médecins du Monde, le plus souvent les réponses apportées étaient des hébergements de quelques jours, avec remise à la rue ensuite.

La construction et la production de vrais logements sociaux PLA-I en masse, la seule solution pour loger les classes populaires n'est absolument pas une priorité de l'Etat, et le budget alloué aux aides à la pierre est bien trop bas pour que les bailleurs et les collectivités territoriales choisissent de faire ce type de logements : encore une fois, les nouveaux logements sociaux seront en grande partie du PLS inacessibles à 75% des demandeurs. La seule annonce récente faire par Mr Hollande et Mme Duflot c'est la construction de logements « intermédiaires » supplémentaires, alors que les PLS souvent ne trouvent pas preneurs parce qu'ils sont trop chers

A l'automne, une vague d'expulsions locatives sans précédent , dénoncée par toutes les associations a eu lieu : une circulaire a été prise deux ou trois jours avant la fin de la trève d'hiver, après cette vague : mais elle ne concerne que les prioritaires DALO. Or obtenir le fameux label est un parcours du combattant, long, fastidieux et souvent impossible : près de la moitié des dossiers sont rejetés, bien plus dans certains départements.

 Pas de mesures d'urgence, pas de moyens massifs pour le moyen terme. Et toutes les portes fermées pour les mal-logés. Voilà le bilan de l'année passée.

 Mal logés en lutte, nous sommes venus aujourd'hui à la rencontre de notre Ministre, qui prétendait il y a un an, vouloir « discuter cartes sur table » avec nous.

 Nous sommes venus exiger ce que Madame Duflot considérait également comme le minimum, du temps où elle critiquait la politique de destruction du logement social et de mépris des mal-logés de son prédécesseur, Benoist Apparu : des moyens massifs pour du vrai logement social, des mesures d'urgence immédiates pour le relogement des mal-logés, l'arrêt de toutes les expulsions, et le dialogue social.

 Tant qu'il n'y aura pas eu de changement de politique réel, les mal-logés ne changeront pas non plus : nous sommes toujours en colère, et plus déterminés que jamais à obtenir l'égalité des droits et donc l'accès à un logement de qualité pour tous.

 

16:33 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : cecile duflot, expulsions, réquisitions | | |  Facebook

jeudi, 17 janvier 2013

Logement : une Tour pour le Ministère, toujours la rue pour les mal-logés.

Cecile Duflot, attribution logements, Tishman Speyer, Tour Sequoia, La Défense, immobilier de bureaux, réquisitions,

Ce sont au moins cent cinquante policiers dont les quinze cars bordaient l'avenue Georges V qui ont évacué aujourd'hui les 60 mal logés qui occupaient le siège de Tishman Speyer, un grand investisseur dans l'immobilier de bureaux.

Investisseur décidément choyé par l'Etat, puisque le Ministère de l'Ecologie et celui du Logement viennent de lui ôter une grosse épine du pied concernant la tour de la Défense dont il était propriétaire : celle-ci allait rester vide suite au déménagement de SFR, qui s'en va à Saint Denis où les prix sont beaucoup moins chers. Or la location de bureaux à la Défense à baissé de 32% en 2012, et les promoteurs peinent à trouver preneur pour des bureaux qui sont de plus en plus nombreux à être vides, au vu de leur loyer.

Qu'à cela ne tienne, si Cecile Duflot n'a pas le budget pour assurer le logement et l'hébergement des mal-logés, si un appelant sur deux au SAMU Social ne se voit proposer aucune solution, si l'Etat en est à vendre une trentaine de bâtiments au privé cette année, il y a toujours des fonds pour des projets inutiles et coûteux comme la location d'une tour dans le quartier d'affaires le plus cher de la petite couronne.

Embararssés, les directeurs généraux de Tishman et Speyer ont reconnu « ne pas réaliser une mauvaise affaire »....On s'en doute, car le côut de l'opération , 540 millions d'euros est supérieur à l'ensemble des aides à la pierre consenties par l'Etat pour la construction de nouveaux logements dans le budget de cette année ( 500 millions d'euros).

Alors que va s'ouvrir la deuxième partie de la Conférence contre la Pauvreté la semaine prochaine, les mal-logés en lutte ont voulu mettre en lumière les mensonges sur le « budget contraint » qui justifient notamment l'inaction contre le mal-logement, et une politique, qui pour le moment se réduit à des mesurettes très médiatisées.

Le mépris de Cecile Duflot, dont le cabinet a opposé une fin de non-recevoir à la médiation tentée par l'investisseur immobilier pour donner un rendez-vous à notre collectif, comme l'évacaution policière qui a suivi ne font que renforcer notre détermination : la répression contre les mal-logés en lutte est bien le signe que pas grand chose ne sera fait contre le mal-logement sans mobilisation des premiers concernés.

LE LOGEMENT C'EST MAINTENANT


                                Les mal-logés réquisitionnent Tishman Speyer par HLMPOURTOUS


Le communiqué diffusé sur place

Logement : une Tour pour le Ministère,

Toujours la rue pour les mal-logés !

 Le SAMU social et la FNARS l'ont annoncé en début de semaine : en plein cœur de l'hiver, alors que le nombre de places d'hébergement est censé être à son maximum, un appel sur deux ne débouche sur aucune solution. On continue à mourir dans la rue.

 Pourtant le Ministère de l'Ecologie et celui du Logement viennent d'engager fin décembre plus de 500 millions d'euros dans la prise en location d'une tour de 53 000 carrés dans les Hauts de Seine , en petite couronne, là où l'on manque cruellement de logements sociaux.

 Mais cet investissement, dont la somme correspond à celle de l'aide à la construction de logements sociaux accordée par l'Etat dans le budget 2013 n'a pas pour but de loger où même d'héberger des mal-logés.

 Il est destiné à payer le déménagement et l'installation en tant que locataires des administrations des Ministères de l'Ecologie et du Logement dans la Tour Séquoia , propriété d'un investisseur mondial de l'immobilier de bureaux , Tishman Speyer, à qui les mal-logés rendent visite aujourd'hui à son siège de l'avenue Georges V, sur les Champs Elysées.

Assez de cadeaux aux promoteurs de bureaux !

 Lorsqu'on consulte le site de France Domaine, on s'aperçoit que pas moins de trente propriétés de l'Etat à Paris ont été vendues au privé en 2012, la plupart abritant précédemment des Ministères et des administrations, et étant désormais rachetées par des investisseurs privés. Et maintenant, de l'argent va être dépensé et versé à ces mêmes investisseurs pour leur louer des surfaces à prix d'or  ? Et ce alors que l'Etat reconnaît lui-même avoir un certain nombre de surfaces inoccupées ?

 A propos de son plan d'urgence pour l'hébergement, Cecile Duflot affirmait en octobre qu'il y avait certes des « besoins immenses » , mais que la situation budgétaire était « extrêmement contrainte »...Pas tant que ça manifestement, puisque l'on peut débloquer 540 millions d'euros pour déménager deux Ministères, dont personne n'avait remarqué qu'ils étaient jusque là abrités dans des taudis intenables et surpeuplés.

 Soutenir les profits des investisseurs de l'immobilier de bureau est-il une priorité en pleine crise du logement ?

 Concernant les tours de la Défense il est important de noter qu'un tiers des surfaces y était déjà vide en 2005, et en 2012, la location de bureaux y avait diminué de 32% en un an ( source Boursorama 4/12/2012). Les entreprises s'en vont, car les loyers y sont très supérieurs à ceux d'autres quartiers d'affaires et les transports sont saturés ( le déménagement ne sera donc pas une chance pour les salariés des Ministères concernés) : ainsi sans l'offre de l'Etat, Tishman Spyer aurait-il très probablement peiné à trouver des remplaçants à son locataire actuel SFR qui part à Saint-Denis.

 Nos Ministres du Logement et de l'Ecologie sont décidément très sensibles à la détresse des grands propriétaires de bureaux difficiles à louer , au point d'aller leur verser des loyers sensiblement supérieurs à la moyenne francilienne, et de dépenser des centaines de millions d'euros pour un déménagement quand dans le même temps, on prétexte la situation de crise pour ne pas répondre aux besoins les plus urgents en logement de millions de mal-logés.

 C'est ce choix politique que nous sommes venu mettre en lumière et dénoncer au siège de Tishman Spyer. Nous espérons que leurs dirigeants viendront également nous expliquer par quels moyens ils ont réussi à toucher la corde sensible de nos politiques, quand nous autres mal-logés leur indifférons totalement.

15:46 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : cecile duflot, attribution logements, tishman speyer, tour sequoia, la défense, immobilier de bureaux, réquisitions | | |  Facebook

jeudi, 20 décembre 2012

Paris: manifestation pour de vrais engagements contre la crise du logement

Aujourd'hui à la Maison de la Chimie, Ministres , présidents des grandes agences liées au logement ( ANRU , ANAH...), présidents des fédérations de HLM, sont réunis pour répondre à une question fondamentale : quels engagements de politique sociale en matière de logement pour le quinquennat ?

Mal-logés en lutte nous sommes venus manifester , car nous avons notre idée sur ce que devrait être cette politique sociale : production massive de logements sociaux adaptés au niveau de ressources des demandeurs, qui sont dans leur majorité, des salariés modestes, des retraités, des jeunes en formation, des chômeurs.

Ces dernières années, alors que l'offre privée devenait inaccessible à des millions de personnes, à cause d'une explosion des loyers (qui ont par exemple doublé en région parisienne), le type de logements produits par les bailleurs sociaux changeait lui aussi en plus cher : la hausse du nombre de logements sociaux totaux est due pour moitié ( 46%) à la production de PLS. Ce type de HLM inaccessible à plus de 75% des demandeurs de logement a été multiplié par 10 en dix ans, quand le nombre de PLA-I n'a été multiplié que par deux. L'augmentation du parc social, en quantité et en types de logement n'a donc absolument pas compensé la disparition du logement privé à bon marché.

De plus, le budget logement n'augmente pas : les crédits du Ministère sont passés de 8,3 milliards d'euros à 7,8 de 2012 à 2013. L'aide à la pierre pour la construction directe n'a été augmentée que de 50 millions d'euros, et les rallonges budgétaires annoncées depuis ne concernent que l'hébergement d'urgence. D'ores et déjà, les bailleurs sociaux ont annoncé que le fameux objectif de 150 000 logements ne serait pas atteint en 2013. Et au mieux, le gouvernement prévoirait que le nombre de PLA-I passe de 33 à 40% de la production totale de nouveaux logements, alors que plus de 75% des demandeurs actuels ne peuvent accéder à d'autres types de logement.

Le compte n'y est pas : si la mobilisation des mal-logés , mais aussi des travailleurs du secteur du logement et de l'hébergement amène les ministres à multiplier les annonces, les crédits et les mesures nécessaires en urgence et sur le long terme ne sont pas là. Et l'on continue à vendre 12 000 logements sociaux par an !

Et dans le même temps, les collectivités territoriales se désinvestissent : en Seine Saint Denis comme à Paris, les Conseils Généraux interrompent les prises en charge d'hôtel pour les familles au titre de l'Aide Sociale à l'Enfance. Le SAMU social étant saturés, ce sont des milliers de familles qui risquent tout bonnement la rue.

Face à cette non-prise en compte des besoins réels, nous sommes déterminés à nous mobiliser pour obtenir le minimum dans un pays riche :

UN LOGEMENT POUR TOUS !

 


                         Politique du logement : le compte n' est pas bon... par HLMPOURTOUS

14:46 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : cecile duflot, pla-i, intermédiation locative, dalo, hébergement urgence, aide à la pierre, ush, uesh, thierry bert, réquisitions | | |  Facebook

lundi, 17 décembre 2012

Versailles Habitat: locataires en colère contre le mauvais état du parc social et les logements vides

Des logements sociaux en mauvais état que le bailleur refuse d'entretenir et une partie du parc qui reste vide alors que listes d'attente s'allongent pour les mal-logés, c'est un quotidien qui est aussi le nôtre.

Nous nous faisons donc le relais de cette initiative de locataires du bailleur Versailles Habitat, dont nous sommes pleinement solidaires.

 

 

rassemblement0001.jpg

logement vacant0001.jpg

17:24 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : logement social, versailles habitat, association des locataires modérés, bailleurs sociaux, réquisitions, nombre de logements vides | | |  Facebook

jeudi, 06 décembre 2012

Occupation d'Unibail: des tours pour les bureaux, la rue pour les mal-logés, ça suffit!

Unibail-Rodamco, Tour Triangle, PLU, Anne Hidalgo, réquisitions, Ville de Paris, foncier disponible

Ce matin, l'investisseur numéro un du secteur de l'immobilier commercial Unibail Rodamco a eu la suprise de recevoir la visite de 70 mal-logés parisiens.

A Paris, Unibail bénéficie de toutes les largesses, de toutes les facilités pour ses investissements.

Il ya quelques années, la Ville de Paris a investi 800 millions d'euros pour la rénovation du forum des Halles. Une rénovation qui profitera avant tout à Unibail qui a par ailleurs acquis le centre commercial à des conditions très avantageuses pour la société, mais beaucoup moins pour le budget de la Ville, qui a été cette année insuffisant pour produire le nombre de logements sociaux programmés.

Et cette année, nouveau cadeau pour Unibail Rodamco: la Ville autorise une dérogation au Plan Local d'Urbanisme pour permettre à Unibail d'ériger une tour de bureaux de 180m de haut, la Tour Triangle. Une véritable provocation quand on sait qu'en matière de logement, la hauteur maximum est de 37m2, et que les élus refusent les programmes importants, privilégiant de très petits ensembles de nouveaux HLM ne répondant évidemment pas à la demande. Et Unibail ne devra payer que 6 millions d'euros de loyer par an pour la Tour Triangle, alors que les bénéfices escomptés seront d'environ 50 millions d'euros annuels.

En ce début d'hiver, les politiques s'agitent médiatiquement, annonçant quelques réquisitions, inaugurant en grande pompe chaque nouvelle place d'hébergement. 

Mais, en coulisses, la politique pratiquée sur le fond ne fait qu'aggraver la crise du logement: on ne peut pas prétendre lutter contre le ma-logement en faisant toujours plus de place à l'immobilier de bureaux dans une capitale déjà saturée, on ne peut pas construire de nouveaux logements sans un budget conséquent, et on ne peut pas avoir un budget conséquent lorsqu'on ne fait pas en sorte que les grands investisseurs mettent la main au porte-monnaie quand ils obtiennent de nouvelles surfaces dans la capitale.

Les mal-logés en lutte comptent bien faire en sorte que ça change !

Des tours pour les bureaux, la rue pour les mal-logés , ça suffit.
Le Logement c'est maintenant


                              Paris : Assez de cadeaux à UNIBAIL, des... par HLMPOURTOUS


LE COMMUNIQUE DIFFUSE SUR PLACE


Les mal-logés s'invitent aujourd'hui chez le premier groupe européen d'immobilier commercial Unibail, qui a obtenu des pouvoirs publics le droit de construire une tour de 180 mètres de haut pour y exploiter des bureaux, quand la hauteur maximum à Paris est normalement de 37 m2.

Le projet pharaonique de la Tour Triangle est un symbole de la politique immobilière menée dans les zones tendues qui manquent de logement : tout est possible pour les investisseurs commerciaux, quand rien ne l'est pour les Franciliens  mal-logés.

La Ville de Paris vient d'annoncer qu'elle n'avait pu remplir l'objectif annoncé en termes de production de logements sociaux, soit-disant parce qu'elle n'aurait pas eu le financement nécessaire. 

Unibail-Rodamco, Tour Triangle, PLU, Anne Hidalgo, réquisitions, Ville de Paris, foncier disponiblePour les logements sociaux, les pouvoirs publics et la Ville prétendent toujours manquer de foncier et d'argent : mais pour une tour de bureaux, on concède à Unibail un bail emphythéotique de très longue durée, pour un loyer dérisoire, de 2,4 à 6 millions d'euros, alors qu'Unibail peut prévoir un retour sur investissement d'environ 50 millions d'euros. 

 Unibail a aussi bénéficié de conditions extrêmement avantageuses sur le Forum des Halles se contentant de s'engager à verser 222 millions d'euros à la Ville pour le centre commercial, alors que celle-ci a investi presque un milliard d'euros pour la rénovation des Halles. Et Unibail a obtenu un délai de paiement...de dix ans.

Quand il s'agit de logements sociaux, les élus refusent de faire autre chose que de petites unités, pour l'esthétique et la mixité sociale. Mais lorsqu'il s'agit d'une tour de bureaux, on peut sans problème construire des tours immenses, et évidemment sans se préoccuper du nombre immense de bureaux déjà vacants dans la capitale.

Dans le même temps, 126 000 demandeurs de logement social sont recensés à Paris, il y au moins 15 000 SDF en Ile de France, désormais même les familles sont laissées à la rue par le SAMU Social. 

Et même si quelques terrains publics sont cédés à la Ville pour construire du logement, Jean-Yves Mano a déjà annoncé que les surfaces affectées au logement social constitueraient au maximum 40% de la surface totale !

La crise du logement n'est pas une fatalité tombée du ciel : elle résulte de choix politiques, dont celui d'accorder tous les privilèges aux grands investisseurs immobiliers, aux entreprises et aux bureaux, et de ne tenir aucun compte des besoins criants en logement social !

En cet hiver meurtrier pour les mal-logés, les politiques s'agitent médiatiquement, nous promettent quelques réquisitions, inaugurent en grande pompe quelques places symboliques d'hébergement. Mais la solution au mal-logement , ce n'est pas quelques mesurettes, ce sont pas quelques symboles qui ne résolvent rien sur le fond. C'est d'abord et en urgence donner la priorité au logement dans les budgets et dans les opérations d'aménagement et cesser de faire les quatre volontés des investisseurs immobiliers !

14:43 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : unibail-rodamco, tour triangle, plu, anne hidalgo, réquisitions, ville de paris, foncier disponible | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu