web analytics

Avertir le modérateur

samedi, 22 novembre 2014

Trop de bureaux à Paris : La BNP reçoit la visite des mal-logés

BNP Real Estate, Unibail, BNP Corporate, Tour Triangle , Anne Hidalgo, Ian Brossat, François DagnaudCe mercredi 19 novembre, environ 70 demandeurs de logement ont occupé jusqu'en fin d'après-midi l'un des immeubles flambants neufs de la BNP Paribas dans la ZAC MacDonald du 19ème arrondissement. En tout ce sont presque 50 000 m2 de bureaux dont la construction sur cette zone a été autorisée par la Ville pour la seule BNP Paribas .

Pourquoi construire encore des bureaux, quand un million et demi de m2 sont vides dans la capitale et qu'on manque de foncier pour le logement ? Pourquoi la BNP Paribas n'a-t-elle pas acheté des bureaux déjà construits ? Pourquoi la Ville investit-elle de l'argent public pour transformer des bureaux en logements dans certains quartiers et renonce-t-elle à des parcelles publiques au profit d'autres bureaux ?Pourquoi la mairie juge-t-elle qu'une Tour Triangle, c'est très beau quand c'est du bureau, mais très moche si c'est du logement ?

Ces questions parfaitement légitimes ne reçoivent jamais de réponse, à part l'éternel argument de la "mixité sociale", comme si la construction d'immenses surfaces de bureaux qu'on n'est même pas sûr de remplir était en soi un gage de mixité et de vie dans les quartiers. Comme si ce qui rendait la ville inhumaine et difficile à vivre n'était pas avant toute chose le mal-logement, la souffrance des 150 000 Parisiens en attente d'un logement social et qui survivent dans les pires conditions. Comme si l'on pouvait se satisfaire d'une mixité sociale dont la réalité nue est avant tout celle de ces personnes qui dorment dehors au pied d'immeubles higtech et bio-compatibles.

A la veille de l'inauguration en grande pompe par Anne Hidalgo et les dirigeants de BNP Paris Real Estate de nouvelles surfaces de 8000m2 dans la ZAC MacDonald, nous avons donc manifesté pendant quatre heures au siège de BNP Corporate pour leur rappeler l'existence des mal-logés et notre droit au logement.

bnp real estate,unibail,bnp corporate,tour triangle,anne hidalgo,ian brossat,françois dagnaud

Le tract diffusé sur place

8000m2 supplémentaires de bureaux dans le 19ème  pour BNP Paribas,La galère pour les Parisiens mal logés.

 

 Jeudi 20 novembre, Mme Hidalgo inaugurera avec la BNP Paribas un immeuble de 8000 m2 au cœur de la ZAC Mac Donald. . Au sein de la ZAC Mac Donald, la BNP aura finalement obtenu presque 50 000 m2 sur plusieurs parcelles  !

 On ne parle que de ça, en ce moment, dans la capitale. La maire de Paris est déterminée à faire passer le projet de la Tour Triangle dans le 15ème arrondissement. Dans les arrondissements populaires comme le 19ème, les espaces de foncier disponibles sont également voués pour beaucoup à créer bureaux, «  locaux d'activités  », «  pépinières d'entreprises  » et autres «  incubateurs  ». Sous prétexte de mixité sociale, les besoins urgents en logement sont négligés.

 Mais quelle mixité sociale apportent les 1,4 millions de m2 de bureaux vides à Paris  ? Pourquoi ne pas les remplir, au lieu d'imaginer des montages complexes, consistant éventuellement à faire payer une taxe sur ces espaces vacants tout en laissant les gros investisseurs immobiliers comme la BNP Paribas ou UNIBAIL en construire de nouveaux  ?

Certes , les demandeurs de logement n'ont pas tous de grands diplômes d'urbanisme, et les élus ont l'habitude de balayer nos remarques en nous rappelant qu'ils ont des ambitions d'intérêt général pour Paris, tandis que nous ne sommes préoccupés que de nos intérêts particuliers de mal-logés, et qu'on ne peut pas décemment nous écouter sans quoi la capitale serait couverte de barres HLM.

Mais force est de constater que les collectifs de mal-logés avaient raison quand ils dénonçaient par exemple les coûts faramineux induits par l'aménagement de l'espace urbain nécessaire à la construction du centre commercial Millenium, censé selon les élus parisiens et ceux des communes limitrophes , être un lien prestigieux entre le 19ème arrondissement et sa banlieue  : ce centre commercial est un échec, sa fréquentation est dérisoire et des magasins ont déjà du fermer, parce qu'il ne répondait à aucun besoin.

Nous manifestons donc aujourd'hui au siège de BNP Paribas Corporate, pour que cesse une situation indécente et inhumaine: dans le 19ème arrondissement la mixité sociale, c'est d'un côté , les constructions high-tech, lumineuses et aérées des investisseurs immobiliers de prestige. Et de l'autre, des hôtels miteux, des chambres de bonne étouffantes et sans sanitaires où s'entassent des familles entières, des logements mal isolés où l'on souffre du froid tous les hivers pour ne pas voir exploser sa facture EDF.

 Paris a besoin de logements, et essentiellement de nouveaux logements sociaux pour offrir des conditions de vie normales et acceptables à ses habitants , qui font vivre la ville. Les immeubles de logements, ce n'est pas plus moche que des tours de bureaux pharaoniques. Et des quartiers animés et peuplés sont plus valorisants que des bureaux vides qui se dégradent.

17:43 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : bnp real estate, unibail, bnp corporate, tour triangle, anne hidalgo, ian brossat, françois dagnaud | | |  Facebook

mercredi, 26 mars 2014

Occupation de la "Mission Halles" de Paris: les mal-logés très mobilisés dans l'entre-deux tours

 Ce soir, Anne Hidalgo et NKM sont face à face devant les téléspectateurs.

Mais pendant les six mois de campagne électorale, aucune des deux n'a voulu répondre à LA question prioritaire pour les Parisiens : celle du logement. NKM a passé son temps à taper sur le logement social, inventant une prétendue « facilité » des plus pauvres à se loger à Paris, ce qui serait comique si ce n'était insultant pour les centaines de milliers de demandeurs de logement aux revenus modestes .

Anne Hidalgo a bien parlé logement...mais fait des promesses à l'horizon 2030. Pendant toute la campagne, elle s'est refusée à prendre des engagements précis sur la construction de logements très sociaux, et également à envisager d'urgence un plan de relogement massif pour désengorger les listes d'attente.

Et les mal-logés en lutte qui osaient exiger des engagements précis et immédiats ont suscité , non pas l'écoute, mais l'énervement de la candidate et de ses porte-paroles. C'est ainsi qu'il y a quinze jours, notre collectif était expulsé sans ménagements par la police de la Fédération PS de Paris, sur l'ordre de Rémi Ferraud, directeur de campagne d'Anne Hidalgo, président de la Fédération et maire du 10ème arrondissement.

Aujourd'hui, toujours déterminés, 70 d'entre nous ont occupé la Mission Halles de la Ville de Paris, juste en face de la Fontaine des Innocents. Nous voulions notamment mettre en lumière la disproportion entre le coût de ce projet qui ne profite qu'aux investisseurs commerciaux et le budget du logement. La rénovation du Forum, c'est un milliard d'euros, soit deux ans de budget logement pour tout Paris. Alors qu'on ne nous dise pas que les moyens manque, c'est bien une question de volonté politique.

Aujourd'hui en lieu et place d'une expulsion policière, nous avons d'abord eu la visite sur place du directeur de cabinet chargé du logement au cabinet du maire, puis obtenu un rendez-vous avec Rémi Ferraud en début de semaine prochaine.

Les élus de la nouvelle mandature devront donc écouter la parole des mal-logés de la capitale le premier jour de la première semaine de leur mandat. Normal, puisque le logement est la première préoccupation de TOUS les Parisiens.

Et notre parole sera très claire : le logement c'est maintenant !


Le tract diffusé sur place

Un milliard pour les Halles, pas de plan d'urgence contre le mal-logement, il fallait oser  !

 Les mal-logés occupent l'immeuble qui abrite la «  Mission Les Halles  », où se coordonne la rénovation d'un ensemble à vocation principalement commerciale qui a coûté un milliard d'euros à la Ville.

 Après ce premier tour des élections municipales, un constat s'impose  : dans les arrondissements populaires, le soutien à la majorité sortante a beaucoup faibli depuis 2008. Manifestement, les Parisiens des classes populaires n'ont pas eu l'impression que leurs problèmes étaient pris en compte et en passe d'être traités.

 L'accès au logement est au cœur de toute politique sociale, et évidemment au cœur des préoccupations des Parisiens modestes  : les élus municipaux reconnaissent d'ailleurs eux-même que c'est ce sujet dont leur parlent en priorité ceux qui viennent à leur permanence.

 Manifestement, la promesse de 30% de logements sociaux dans 15 ans ne satisfait pas les Parisiens, confrontés à l'urgence immédiate des loyers trop chers, des congés pour vente, de la suroccupation ou de l'enfer des hébergements précaires et de l'errance urbaine.

Manifestement, la focalisation de la campagne sur le logement intermédiaire ne répond pas non plus aux besoins d'une grande partie des Parisiens, qui sont 70% à pouvoir accéder à un logement social.

 Demandeurs de logement, nous avons une nouvelle fois décidé de nous faire entendre de la candidate et première adjointe actuelle  . Nous occupons un lieu très symbolique, l'immeuble qui accueille au cœur de Paris, la «  mission Paris Halles  », là où se coordonne une des opérations les plus chères de la dernière mandature  : pour un aménagement urbain qui profitera avant tout aux investisseurs privés du Forum des Halles, la Ville a dépensé un milliard d'euros, soit deux ans de budget du logement social pour tout Paris. Ce chiffre est aussi à mettre en rapport avec les 2 petits millions d'euros alloués à l'hébergement en 2014, et ce alors que même les familles avec enfants ne sont plus à l'abri de la rue, et qu'un appel sur deux au 115 se solde par l'absence de toute solution.

 Paris est une ville riche, qui peut et doit faire le maximum pour reloger les Parisiens mal-logés  : or, aucun plan d'urgence n'est proposé par Anne Hidalgo et ses alliés  . Christophe Najdovski proposait bien au premier tour de mobiliser tous les contingents pour reloger les DALO parisiens en deux ans, mais qu'en est-il dans l'accord final passé entre ces deux tours  élus  ? Devrons-nous encore nous contenter pendant sept ans de déclarations satisfaites, malgré la hausse continuelle du nombre de demandeurs de logement  ?

En effet seuls 20% des nouveaux logements sociaux construits depuis 2001 sont du logement très social  : et encore, dans les chiffres de la Ville de Paris concernant cette catégorie, sont intégrées les places en hébergement d'urgence, les anciens logements loi de 48 reconventionnés mais qui avaient déjà ce niveau de loyer auparavant, les acquisitions d'appartements déjà occupés.

Nous ne nous résignons pas  : le logement c'est maintenant  !

Le relogement n'est pas impossible, il est nécessaire  !

 On ne peut pas accepter qu'une partie des Parisiens vivent comme au 19ème siècle quand des solutions existent  : le reconventionnement des loyers libres en logements très sociaux, l'attribution des terrains disponibles à des projets de logements à des loyers correspondant aux besoins.

 Les élections se terminent, la lutte ne fait que commencer.  !

UN LOGEMENT POUR TOUS  !


Quelques images de la mobilisation :


Paris : les élections passent, le mal-logement... par HLMPOURTOUS

20:51 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : municipales2014, anne hidalgo, forum des halles, canopée, rémi ferraud, unibail | | |  Facebook

mercredi, 08 décembre 2010

Forum des Halles: les mal logés valent plus qu'Unibail


Soixante mal logés ont manifesté ce matin à l'occasion de l'inauguration de l'exposition sur le futur forum des Halles par Bertrand Delanoë au Pavillon de l'Arsenal.


Dans une ville qui compte 120 000 demandeurs de logement, comment tolérer que 800 millions d'euros soient investis pour un ensemble immobilier qui va être vendu au privé, quand le budget total du logement social représente, lui, moins d'un million d'euros.

Parqués à l'extérieur du Pavillon protégé par de nombreux vigiles et CRS, les demandeurs de logement ont affiché leur détermination, malgré les conditions climatiques : à l'intérieur le bruit de la manifestation était apparemment très dérangeant pour les élus , architectes et promoteurs  qui n'ont pu faire comme si les Parisiens pauvres n'existaient pas :le cabinet de Bertrand Delanoe a fini par nous accorder un rendez-vous en urgence demain matin.

 


Le communiqué diffusé sur place

En 2008 l’investissement propre de la Ville en matière de logement social s’élevait à environ 700 millions d’euros, tous postes confondus.

Bertrand Delanoe inaugure aujourd’hui une exposition consacrée à la rénovation du forum des Halles : la Ville va y investir presque un milliard d’euros.

Un milliard d’euros d’investissements pour des bâtiments vendus à Unibail, un milliard d’euros donc qui ne profiteront à la finale qu’à cet investisseur privé.

Nous sommes 120 000 demandeurs de logement à Paris. Un seul centre commercial mérite aux yeux de la municipalité plus de dépenses d’argent public que l’ensemble des mesures qui pourraient nous sortir du mal logement, à commencer par la construction de logements neufs et bon marché.


Mais « A Paris, on manque de foncier disponible » répètent Bertrand Delanoe et ses élus .  Et bien sûr hors de question de défigurer la capitale avec des tours ….

Sauf s’il s’agit de tours de bureaux, sauf s’il s’agit d’Unibail, encore une fois : le plan local d’urbanisme a été modifié exprès pour le projet d’une tour pyramidale dans le quinzième tour… arrondissement.

Cela fait des années que nous manifestons régulièrement au Pavillon de l’Arsenal, le lieu où s’expose et se rêve le Paris de demain : celui où les mal-logés ne seraient pas là pour gâcher le paysage, celui des bureaux aux architectures futuristes, et des centres commerciaux ultra modernes ou ceux qui en auront les moyens feront leurs courses. Pas celui des personnes aux revenus modestes, déjà bien assez nombreuses aux yeux des élus parisiens, puisqu’ils ont même décidé de ralentir la production déjà insuffisante de logements sociaux.

Pour les demandeurs de logement, il y a le grand Paris, enfin le très Grand Paris : sans arrêt, Bertrand Delanoe répète que c’est à d’autres départements d’Ile de France de nous loger…

Mais si Unibail ne veut pas aller faire ses tours en zone 5, nous ne voulons pas non plus déménager, pour être pauvres, nous n’en sommes pas moins Parisiens.

Nous continuerons donc à rappeler à notre Maire qu’il a légalement le droit de faire autant de bureaux et de projets pharaoniques qu’il le souhaite, mais qu’il a également le devoir de nous loger.

 

16:35 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : forum halles, canopée, mal-logés, delanoe, pavillon de l'arsenal, unibail, sdf, plu, paris, budget-logement | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu