web analytics

Avertir le modérateur

jeudi, 06 mars 2008

Paris:Les mal logés en colère s'invitent à la direction de la Politique de la Ville

Ce jour, environ soixante dix mal logés ont occupé pendant tout l'après midi la direction de la Politique de la Ville et de l'Intégration de la Mairie de Paris

Quelques jours avant les élections municipales, nous voulons rappeler  la réalité du mal logement à Paris, souvent éludée pendant cette campagne, où le bilan du maire sortant s'est résumé à répéter en boucles quelques chiffres, en en oubliant un, celui du nombre de demandeurs de logement qui a augmenté depuis 2001.

De fait des milliers de Parisiens, sont non seulement privés d'un logement décent, mais aussi de l'ensemble de leurs droits à cause de la politique sociale de Bertrand Delanoé


La politique de la Ville à Paris, ce sont par exemple les familles hébergées à l'hôtel qui doivent en permanence passer d'un hôtel à un autre, au gré des ruptures de financement décidés par les services sociaux selon l'état des hébergements, des familles où les enfants ne cessent de changer d'école, où la place en crèche quand il y en avait
une est perdue du fait des déménagements incessants.

La politique de la Ville, c'est aussi une bonne dose de poudre aux yeux: Bertrand Delanoé et son équipe n'ont cessé de mettre en avant l'avancée considérable constituée par les sous locations dans le privé mises en place avec des associations et censées remplacer les hôtels, mais pour l'instant cette expérience se résume à quelques dizaines
d'appartements, et en réalité,  ces sous locations , dans lesquelles on investit l'argent du logement social pour financer des locations privées ne remplacent pas les places en hôtel mais les vrais logements auxquelles les mal logés devraient normalement accéder.

La Politique de la Ville, c'est cette déclaration scandaleuse de Jean Yves Mano dans "Métro" il y a quelques jours: " Nous ne pourrons pas loger tout le monde " prévient l'adjoint au Logement. Qu'est ce que cela signifie ? Que les Parisiens modestes, qui n'ont d'autre solution que le logement social devront quitter leur ville ? La politique de la Ville, est donc faite d'exclusion des plus pauvres ?

Toutes ces questions, nous les avons posées pendant l'occupation à l'adjoint de Mr Lanvers, directeur de la structure. Celui-ci nous a donné une bien étrange réponse: tout ceci n'aurait rien à voir avec la Politique de la Ville ou l'Intégration.....A quoi sert donc cette direction, installée en grande pompe au coeur de la partie la plus pauvre du 19ème arrondissement si elle n'est pas là pour répondre aux problèmes des habitants de l'arrondissement qui compte le plus de mal logés dans tout Paris.

Elections oblige, nous sommes repartis avec une kyrielle de rendez-vous avec les interlocuteurs du logement et de l'action sociale ( a la direction de la politique de la Ville et de l'integration, ainsi qu'a la DASES)

Mais élections ou pas, nous resterons mobilisés et actifs pour que la future équipe municipale construise enfin les logements dont nous avons besoin!

19:16 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : mal logés, Logement social, hôtels, municipales, Paris, Delanoe, action sociale | | |  Facebook

vendredi, 29 février 2008

Scandale de la RIVP : les mal-logés en Colère occupent la Mairie du XIVéme arrondissement

ef8615e7b6cb4f10ab8e51fefce69dd2.jpgLA RIVP EST UN BAILLEUR SOCIAL…NOUS EXIGEONS DES LOGEMENTS !

 

La RIVP est aujourd'hui le deuxième bailleur social parisien contrôlé par la Ville de Paris, après l'OPAC. Sur les 52 000 logements de son parc immobilier, plus de 18 000 sont en loyer libre, c'est-à-dire totalement inaccessibles à l'immense majorité des demandeurs de logement parisiens.

Malgré le scandale Bolufer, Pierre Castagnou, maire du 14ème arrondissement et président de la RIVP a annoncé la semaine dernière le maintien du niveau actuel de loyers pour ces logements en loyer libre, et confirmé son refus de les transformer en logements sociaux adaptés aux besoins des demandeurs de logement parisiens.

Comment les promesses de Bertrand Delanöe en matière de logements sociaux peuvent elles se réaliser concrètement ?, Comment la production de vrais logements sociaux va pouvoir augmenter de manière significative, si la politique d'un des principaux bailleurs sociaux consiste à maintenir des loyers libres ?

La RIVP est elle un bailleur social destiné à répondre à la demande de logements à bon marché ou un propriétaire privé ? Un outil au service du logement social financé par l'argent public ou un vulgaire promoteur ? Car les logements à loyer libre ne sont pas le seul secteur ou l'activité de la RIVP ressemble étrangement à celle de n'importe quel investisseur immobilier : ainsi dans le 19ème arrondissement, l'un de ceux qui compte le plus de mal logés à Paris, dans un quartier ou les habitants pauvres ou modestes sont chassés par la flambée des prix , la RIVP achète 7000 m2 pour créer, des locaux commerciaux. Sur l'ensemble de l'opération, seuls 130 logements sociaux sont prévus contre 230 pour du privé ( Axentia et BNP Paribas)

Vendredi dernier, nous étions une centaine à occuper l'antenne nord de la RIVP: lors d'un rendez-vous obtenu suite à cette occupation, la direction de la RIVP a opposé une fin de non recevoir à nos demandes de relogement, tout en confirmant que les 18 000 logements à loyer libre ne deviendraient pas du logement social. Elle nous a proposé un
autre rendez vous avec Serge Contat , directeur général de la RIVP, après le premier tour des élections municipale et sans proposer la moindre avancée concrète.

La Ville de Paris a déboursé 240 millions d'euros pour devenir actionnaire majoritaire de la RIVP. Autant d'argent qui aurait pu être investi dans la construction de logements sociaux, et une dépense qui n'apportera rien de plus aux mal logés: depuis 2000, la Ville de Paris était déjà décisionnaire en matière d'attribution des logements sociaux de la RIVP, le seul avantage du rachat était donc la transformation des logements en loyers libre, en vrais HLM.

Nous sommes donc aujourd'hui venus exiger de Mr Pierre Castagnou, maire du 14ème arrondissement, élu de la majorité municipale et Président de la RIVP de trouver les solutions concrètes qui permettront aux mal logés parisiens d'accéder aux logements de la société qu'il préside. Nous exigeons aussi de le rencontrer avant le premier tout afin de pouvoir rendre compte publiquement des positions sur ces sujets essentiels pour les 109 000 Parisiens demandeurs de
logement.

16:45 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : rivp, paris, mal-logés, logement social, municipale, 14éme | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu