web analytics

Avertir le modérateur

jeudi, 24 mai 2012

Le logement c'est maintenant: Cecile Duflot interpellée

Une centaine de demandeurs de logement social, de Paris et de banlieue ont interpellé Mme Cécile Duflot , ministre du Logement et de l'Egalité des territoires à l'occasion d'une réunion publique concernant la campagne des législatives qui se tenait dans une école du 11ème arrondissement.

Nous étions présents parce que l'urgence du mal-logement n'attend pas , qu'elle concerne des millions de personnes , quel que soit leur situation spécifique.

Nous étions présents parce que nous avons subi ces dernières années une politique de destruction acharnée du logement social , une politique de mépris et de répression des mal-logés, une politique qui aboutit aujourd'hui à l'impasse totale pour tous ceux qui sont privés du minimum , un logement décent. Face à ce constat, ce sont des mesures de relogement immédiates et massives qui doivent être prises , et pas seulement des mesurettes comme l'arrêt des expulsions pendant quelques semaines pour une seule catégorie de personne concernées ou un blocage des loyers dont les effets mettraient des années à se faire sentir.

En attendant des résultats concrets, les mal-logés continueront à manifester et à lutter.

Pour le moment, Mme Duflot nous a fixé un rendez-vous pour la semaine prochaine, lors duquel nous exprimerons notre revendication : un logement pour tous maintenant .


Cécile Duflot, Ministre du Logement, interpellée... par HLMPOURTOUS


Le communiqué diffusé sur place

Les mal-logés viennent à la rencontre de leur Ministre

 Nous, mal-logés du Grand Paris , venons aujourd'hui à la rencontre de Cecile Duflot, nouvelle Ministre du Logement , de l'Egalité des Territoires, et du Grand Paris, à l'occasion d'une réunion de campagne des législatives.

 Certes le thème de la réunion n'est pas le logement, et c'est en tant que candidate à la députation que Mme Duflot est annoncée ce soir. Mais face à l'urgence des situations sur lesquelles elle est désormais compétente, nous estimons nécessaire de bouleverser un peu un agenda qui ne nous semble pas pour l'heure assez chargé pour résoudre les problèmes.

 Nous avons bien entendu l'annonce selon laquelle personne ne serait expulsé des hébergements d'urgence jusqu'au 31 mai.

 Mais ensuite ? Et qu'en est-il de ceux , plus de la moitié des appelants au SAMU social parisien qui n'ont même pas pu obtenir un hébergement cet hiver ? Qu'en est-il de ceux qui sont dans des hôtels dont le financement n'est plus assuré par personne ? Qu'en est-il de ceux qui attendent avec angoisse l'expulsion imminente de leur appartement à cause d'un congé pour vente.

 Nous avons bien entendu les annonces sur l'encadrement des loyers du privé , « afin que ceux-ci ne dépassent pas les prix du marché ».

 Cela bloquera peut-être une augmentation future, mais aujourd'hui nous sommes déjà des centaines de milliers à étouffer sous le poids de loyers hors de prix, contraints de vivre dans des logements suroccupés faute de pouvoir payer plus grand.

 Seul l'accès à un logement social peut résoudre cette situation. Or 80 pour cent d'entre nous ne peuvent accéder qu'à un PLA-I et malheureusement seuls 22 pour cent des logements construits en dix ans à Paris sont de ce type, alors qu'on bâtit en masse du PLS aux loyers très chers, qu'on ne peut raisonnablement qualifier de logement social. Or aucune annonce n'a été faite à ce sujet , l'un des plus importants pour les demandeurs de logement social.

 De toute façon, la question n'est pas seulement celle de l'orientation future de la politique du logement : des solutions immédiates doivent être trouvées pour tous ceux qui attendent depuis des années dans des conditions effroyables.

 

Il faut agir maintenant, reloger maintenant.


22:14 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : cecile duflot, grand paris, blocage des loyers, expulsions, hébergements, pla-i | | |  Facebook

samedi, 27 novembre 2010

Plan "grand-froid" : Nous voulons des logements, pas des gymnases

Ce 26 novembre, le Maire de Paris défend sa politique du logement au journal de France 3: il évoque la production de masse de logements sociaux accomplie depuis 2001. Pourtant, cette politique présentée comme ambitieuse n'empêche pas qu'il s'exprime devant un gymnase, seule solution proposée par une des villes les plus riches du monde aux mal logés qui sont à la rue...Peut-être parce que la fameuse production de logements ne signifie pas construction sur le terrain comme le Collectif des Mal Logés en Colère l'a récemment démontré

Ce 26 novembre, les mal logés en lutte ont interrompu la Conférence Territoriale pour l'aménagement de l'Ile de France afin de dire leur ras le bol des discours lénifiants  et des promesses pour après demain, en matière de logement social, comme le relaie la suite du journal de France



19:03 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : mal-logement, hebergement, samu social, maraude, delanoe, ile de france, grand paris, sdrif, paris-métropole, paris-habitat | | |  Facebook

vendredi, 12 mars 2010

Fin de la trève hivernale: occupation de l'association du Grand Paris

mal-loges-treve-d-hiver.jpg

Une centaine de mal logés ont investi ce vendredi 12 mars le Palais de Tokyo, siège de l'Atelier International du Grand Paris avant d'en être évacués vers 14H par un important dispositif policier.

En cette veille de rupture de la trêve hivernale, le message envoyé par cette évacuation policière reflète parfaitement la position du Secrétaire d'Etat au Logement, Benoit Apparu, qui a déclaré refuser tout arrêt des expulsions, et proposé en guise de solution des "hébergements adaptés" aux mal logés.

Les "hébergements adaptés" nous les connaissons: la rue, les nuits d'hôtel, l'errance de département en département.

Voilà le visage sous lequel le Grand Paris se montre aux demandeurs de logement, celui de la répression, celui du mépris.
Bernard Lemoine, président de l'Atelier International censé dessiner la ville de demain a refusé de nous rencontrer, jugeant sans doute que les centaines de milliers de mal logés franciliens font d'ores et déjà tache dans la métropole dont il rêve.

Mais en cette veille de rupture de la trève hivernale, la lutte des mal logés ne faiblit pas, malgré les conditions de vie de plus en plus difficiles que nous subissons.

Déterminés, solidaires, mobilisés, nous exigeons:

UN LOGEMENT POUR TOUS MAINTENANT !

Le communiqué diffusé sur place:

Les mal logés inaugurent l'Atelier International du Grand Paris.

Nous nous invitons aujourd'hui à l'Atelier International du Grand Paris : chargée de construire le Grand Paris de demain. Cette association installée au Palais de Tokyo, dotée d'un budget conséquent par le gouvernement, sera officiellement inaugurée le 16 avril par Nicolas Sarkozy. Son président Bernard Lemoine vient d'être nommé.

Si nous avançons d'un mois l'ouverture officielle des travaux sur la métropole de demain, c'est qu'en cette veille de rupture officielle de la trêve hivernale des expulsions, nous sommes des centaines de milliers de franciliens mal logés à ne pas pouvoir attendre la réponse à une question fondamentale, urgente et concrète : quelle est la place des demandeurs de logement sociaux en attente dans le Grand Paris ?

Cet hiver, pour des milliers d'entre nous, la trêve hivernale des expulsions n'a existé que sur le papier : les ruptures d'hébergement brutales se sont multipliées, sans solution alternative évidemment. Le Grand Paris, pour les mal-logés, c'est au mieux quelques nuits d'hôtel à l'autre bout de nos départements d'origine, au pire l'errance urbaine sur tout le territoire francilien.

Nous voulons aussi réagir collectivement aux propos de Benoist Apparu qui vient de déclarer qu'un « moratoire sur les expulsions serait un
mauvais signal envoyé aux propriétaires ». Les expulsés, eux devraient se contenter d' « hébergement adapté », selon le Ministre. Pour les
demandeurs de logement, le signal envoyé par le Secrétaire d'Etat est donc très clair également : pas de relogement, pas de solution, la
précarité permanente.

Dans le cadre du Grand Paris, le président, les élus locaux et les architectes parlent beaucoup de l'amélioration des transports, d'équipements de prestiges, de construction de centre d'affaires.
Mais quand les quartiers se transforment, le coût des loyers augmente et les congés pour vente se multiplient. Le prix du foncier augmente aussi, et c'est le prétexte pris par les élus pour dire que la construction immédiate de logements sociaux à la hauteur de la demande
est impossible.

La question du mal logement est reléguée au second plan, voire totalement absente des débats sur le Grand Paris. Comme si finalement, il s'agissait d'une question insoluble, comme s'il fallait de toute façon faire avec, au moins sur le court terme.

Faire avec, pour les concernés, c'est continuer à vivre les expulsions, les taudis, la sur-occupation et l'errance urbaine.

Nous sommes donc venus porter le problème et exiger des vraies solutions. Devant les responsables désignés de la construction du
Grand Paris, notamment pour tous ceux qui seront dehors dès le 15 mars et ceux qui le sont déjà

UN LOGEMENT POUR TOUS MAINTENANT

 

Voir également:

Les mal logés au forum Paris Métropole

Les mal logés en colère s'invitent chez Apparu

18:15 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : expulsions, mal-logés, apparu, manifestation, grand paris | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu