web analytics

Avertir le modérateur

mardi, 13 mai 2008

Les Mal-logés en Colère s'invitent au Grenelle de l'Insertion (Mairie de Montreuil)

Pas de logement, pas d'Insertion

 

Intervention à la Mairie de Montreuil à l'occasion du Grenelle de l'Insertion


Dès le mois de mai 2007, quelques jours après sa prise de fonction au Haut Commissariat aux Solidarités Actives, le Collectif Mal-logés en Colère occupait l'ANSA, présidé par Martin Hirsch. Notre objectif était alors de nous assurer que le nouveau Haut-Commissaire, ex-président d'Emmaus-France, dont la nomination devait selon nous beaucoup aux luttes de mal-logés passées, saurait se souvenir de toutes les revendications qu'il avait pu porter jusque là, une fois au gouvernement.

Peine perdue, Martin Hirsch nous fit savoir que sa Solidarité Active ne portait pas sur le logement mais sur l'Insertion, et nous orienta vers le cabinet de la ministre du Logement, Madame Boutin. Un ministère qui affiche beaucoup plus une de volonté de défense des propriétaires que des mal-logés demandeurs de logements HLM. En témoignent les plans de destructions massives de HLM, la vente prévisionnelle d'au moins 40 000 logements sociaux, la charte avec les banques pour « faciliter » l'accession à la propriété, ainsi qu'une convention avec les agences immobilières pour engager celles-ci à « améliorer » leurs pratiques commerciales (décisions prises aux « Réunions de chantier » à Lyon en Septembre dernier)

A notre sens, l'insertion dont parle Martin Hirsch passe avant tout par le Logement. Combien de « désinserés », le resteront tant qu'ils n'auront pas une adresse, un domicile, la possibilité de se soigner ou tout simplement de vivre dans un logement convenable.

C'est à force d'acharnement, après la perturbation d'un colloque sur la précarité de l'emploi organisé par Martin Hirsh à Paris au mois de Juin (Conservatoire National des Arts et Métiers) et l'occupation du mensuel « Psychologies » ou le Haut Commissaire est chroniqueur, que nous avons obtenu un rendez vous avec Martin Hirsch au mois de janvier dernier.

Son cabinet s'était alors engagé à nous recontacter  rapidement pour organiser une rencontre où nous seraient expliqué pourquoi nos demandes de logements n'aboutissent pas !

Nous n'avons jamais été recontacté, peut etre parcque rien ne peut justifier que nos demande n'aboutissent pas.

Nous vivons dans des logements insalubres, dans des hôtels meublés hors de prix pour lesquels les financements de l'aide sociale ne sont plus assurés, nous sommes baladés d'hébergement en hébergement d'urgence parfois de département en département.

Certains parmi nous sont mal-logés à Montreuil, la ville même ou est organisé ce colloque sur l'insertion.

Nous sommes venue rappeler que la Solidarité Active dont nous avons besoin , l'Insertion dont on nous parle, passe avant tout par le relogement des mal-logés.


UN LOGEMENT POUR TOUS !

17:25 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : insertion, hirsch, grenelle, montreuil, mal-logés, dalo, boutin | | |  Facebook

vendredi, 29 février 2008

Scandale de la RIVP : les mal-logés en Colère occupent la Mairie du XIVéme arrondissement

ef8615e7b6cb4f10ab8e51fefce69dd2.jpgLA RIVP EST UN BAILLEUR SOCIAL…NOUS EXIGEONS DES LOGEMENTS !

 

La RIVP est aujourd'hui le deuxième bailleur social parisien contrôlé par la Ville de Paris, après l'OPAC. Sur les 52 000 logements de son parc immobilier, plus de 18 000 sont en loyer libre, c'est-à-dire totalement inaccessibles à l'immense majorité des demandeurs de logement parisiens.

Malgré le scandale Bolufer, Pierre Castagnou, maire du 14ème arrondissement et président de la RIVP a annoncé la semaine dernière le maintien du niveau actuel de loyers pour ces logements en loyer libre, et confirmé son refus de les transformer en logements sociaux adaptés aux besoins des demandeurs de logement parisiens.

Comment les promesses de Bertrand Delanöe en matière de logements sociaux peuvent elles se réaliser concrètement ?, Comment la production de vrais logements sociaux va pouvoir augmenter de manière significative, si la politique d'un des principaux bailleurs sociaux consiste à maintenir des loyers libres ?

La RIVP est elle un bailleur social destiné à répondre à la demande de logements à bon marché ou un propriétaire privé ? Un outil au service du logement social financé par l'argent public ou un vulgaire promoteur ? Car les logements à loyer libre ne sont pas le seul secteur ou l'activité de la RIVP ressemble étrangement à celle de n'importe quel investisseur immobilier : ainsi dans le 19ème arrondissement, l'un de ceux qui compte le plus de mal logés à Paris, dans un quartier ou les habitants pauvres ou modestes sont chassés par la flambée des prix , la RIVP achète 7000 m2 pour créer, des locaux commerciaux. Sur l'ensemble de l'opération, seuls 130 logements sociaux sont prévus contre 230 pour du privé ( Axentia et BNP Paribas)

Vendredi dernier, nous étions une centaine à occuper l'antenne nord de la RIVP: lors d'un rendez-vous obtenu suite à cette occupation, la direction de la RIVP a opposé une fin de non recevoir à nos demandes de relogement, tout en confirmant que les 18 000 logements à loyer libre ne deviendraient pas du logement social. Elle nous a proposé un
autre rendez vous avec Serge Contat , directeur général de la RIVP, après le premier tour des élections municipale et sans proposer la moindre avancée concrète.

La Ville de Paris a déboursé 240 millions d'euros pour devenir actionnaire majoritaire de la RIVP. Autant d'argent qui aurait pu être investi dans la construction de logements sociaux, et une dépense qui n'apportera rien de plus aux mal logés: depuis 2000, la Ville de Paris était déjà décisionnaire en matière d'attribution des logements sociaux de la RIVP, le seul avantage du rachat était donc la transformation des logements en loyers libre, en vrais HLM.

Nous sommes donc aujourd'hui venus exiger de Mr Pierre Castagnou, maire du 14ème arrondissement, élu de la majorité municipale et Président de la RIVP de trouver les solutions concrètes qui permettront aux mal logés parisiens d'accéder aux logements de la société qu'il préside. Nous exigeons aussi de le rencontrer avant le premier tout afin de pouvoir rendre compte publiquement des positions sur ces sujets essentiels pour les 109 000 Parisiens demandeurs de
logement.

16:45 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : rivp, paris, mal-logés, logement social, municipale, 14éme | | |  Facebook

vendredi, 22 février 2008

Occupation de la RIVP par une centaine de Mal-logés en Colère !

2fa5b1db1958b63387879dfdb5569fe9.jpgLA RIVP EST UN BAILLEUR SOCIAL…
NOUS EXIGEONS DES LOGEMENTS !


La RIVP est aujourd’hui le deuxième bailleur social parisien contrôlé par la Ville de Paris, après l’OPAC. Sur les 56 000 logements de son parc immobilier, plus de 18 000 sont en loyer libre, c'est-à-dire totalement inaccessibles à l’immense majorité des demandeurs de logement parisiens.

Le scandale autour du directeur de cabinet de Christine Boutin, logé dans l’un de ces appartements n’a pas seulement mis en lumière le clientélisme et le double discours politique.

Il a surtout fait éclater une réalité intolérable pour les mal logés : les collectivités publiques gèrent des logements de luxe, des logements dont les loyers n’ont rien à voir avec ceux d’un bailleur social.

Aujourd’hui, à quelques semaines des élections, Pierre Castagnou, président de la RIVP et maire du 14ème arrondissement fait une annonce pour le moins contradictoire avec les ambitions affichées de l’équipe municipale sortante pour la prochaine mandature : d’un côté la promesse d’un effort sans précédent sur le logement social. De l’autre, les 18 000 logements de la RIVP vont, selon Pierre Castagnou garder leur statuts et donc rester inaccessibles aux Parisiens précaires et modestes. Pire certains vont voir leurs loyers s’aligner progressivement sur les prix du marché privé !

Comment les promesses de Bertrand Delanöe peuvent elles se réaliser concrètement ?, comment la production de vrais logements sociaux va pouvoir augmenter de manière significative, si la politique d’un des principaux bailleurs sociaux consiste à maintenir des loyers libres ? Même en cas de départ des occupants actuels, sur le tiers de son parc immobilier

La RIVP est elle un bailleur social destiné à répondre à la demande de logements à bon marché ou un propriétaire privé ? Un outil au service du logement social financé par l’argent public ou un vulgaire promoteur ? Car les logements à loyer libre ne sont pas le seul secteur ou l’activité de la RIVP ressemble étrangement à celle de n’importe quel investisseur immobilier : ainsi dans le 19ème arrondissement, l’un de ceux qui compte le plus de mal logés à Paris, dans un quartier ou les habitants pauvres ou modestes sont chassés par la flambée des prix , la RIVP achète 7000 m2 pour créer, des locaux commerciaux. Sur l’ensemble de l’opération, seuls 130 logements sociaux sont prévus contre 230 pour du privé ( Axentia et BNP Paribas ).

Il y a un an, lors de la prise de contrôle de la RIVP par la Mairie de Paris, les élus parisiens et le nouveau président de la société annonçaient leur intention de développer son rôle « d’acteur majeur du logement social » ( communiqué de la Ville du 19 septembre 2006 ). Plus d’un an après, on est loin du compte. D’ailleurs , le nouveau directeur du logement social , Serge Contat, exerçait anciennement la même fonction à l’ANAH ( Agence Nationale de l’Amélioration de l’Habitat ) dont le rôle principal consiste à organiser le financement des propriétaires privés, grands ou petits, sans contreparties sur la durée en termes de niveau de loyers.

Si la politique pratiquée par la RIVP lui permet réellement de répondre aux besoins des mal logés, fonction première des bailleurs sociaux, alors nous demandons à Mr Castagnou et à Mr Contat de le prouver en répondant immédiatement à nos besoins.


Collectif « Mal-Logés en Colère »

 

18:15 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : mal-logés, paris, rivp, loyers libres, hlm, castagnou, bolufer | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu