web analytics

Avertir le modérateur

jeudi, 22 octobre 2009

La RIVP est elle vraiment un bailleur social ?

 

scandale rivp crc.jpgLe Collectif des Mal-Logés en Colère à occupé près de 4 heures les locaux d'Habitat Social Français, une des filliale de la RIVP.

Un rendez vous à été obtenu avec le directeur Général du deuxième bailleur parisien, Sergé CONTAT.


Le communiqué :

 

 

 

LA RIVP est elle vraiment un bailleur social ?

 

Les Mal-Logés en Colère continuent leur tournée collective des bailleurs parisiens pour avoir la solution du mystère : comment le nombre de demandeurs de logements peut-il sans arrêt augmenter alors que tous les bailleurs sociaux affichent des chiffres de production toujours plus élevés ?

 

Nous occupons aujourd’hui une des nombreuses filiales de la RIVP, l’Habitat Social Français.

 

En juin dernier, nous investissions une pépinière d’entreprises appartenant au deuxième bailleur social parisien. Nous dénoncions le fait qu’un bailleur social investisse dans la production de locaux destinés à l’activité économique alors qu’il n’est pas en mesure de répondre à la demande des mal logés, sa vocation initiale.

 

Nous dénoncions aussi la situation incroyable de familles hébergées dans un hôtel appartenant à la RIVP, et à qui aucune proposition de relogement n’avait été faite depuis des années.

 

Six mois plus tard, rien n’a changé pour ces familles : seule l’une d’elles s’est vue proposer un relogement ….à Orly. La RIVP communique sur la mixité sociale, sur la soi disant production de logements sociaux dans les beaux quartiers, mais envoie les Parisiens modestes dans les banlieues pauvres !

 

La raison ? La RIVP , deuxième bailleur social parisien , persiste dans une politique qui ne répond pas aux besoins des mal logés, comme le montrent quelques chiffres tirés du rapport d’activité 2008.

 

Seuls 39 logements de type PLA-I ont été attribués, alors que 70 % des demandeurs de logements ont des ressources correspondant à cette catégorie. Par contre, 293 logements de type PLS, les logements sociaux le plus chers ont trouvé preneur, et 610 en loyers libres !

La RIVP refuse de transformer ces loyers libres en logements sociaux, en prétextant que la plupart sont occupés. Pourtant, même lorsqu’ils sont disponibles, aucun effort n’est fait pour les transformer en HLM.

 

La RIVP affiche 1500 logements financés en 2008, moins de 12 % en PLAI pour 27 % en PLS. Et encore une fois logement financé ne signifie pas logement construit, en réalité seuls 25 % de ces logements sont neufs, le reste consiste en logement rachetés, souvent occupés ! Et les nombreuses places de foyer comptent comme de vrais logements dans les chiffres : dans les faits la majorité des PLA-I sont des hébergements précaires !

 

Nous occupons aujourd’hui la filiale l’Habitat Social Français pour exiger que la RIVP fasse son boulot de bailleur social, transforme ses loyers libres en logements sociaux, et construise de vrais HLM en masse !

15:06 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : rivp, paris, demandeurs de logement, mal-logés, sdf, dalo | | |  Facebook

jeudi, 09 juillet 2009

Paris : Les Mal-logés occupent la Ruche

UNE PEPINIERE D’ENTREPRISES ?

ET LES LOGEMENTS C’EST POUR QUAND ?

 

Le Collectif Mal Logés en Colère s’invite aujourd’hui à « la Ruche », pépinière d’entreprises, à l’occasion de la visite du Maire de Paris dans cette structure du 10ème arrondissement, située au 84, quai de Jemmapes.

 

Comme à son habitude, Bertrand Delanoë choisit soigneusement ses visites dans la capitale qu’il administre depuis maintenant huit ans.

 

Les locaux spacieux de la Ruche, rénovés notamment avec des subventions de la Ville, donnent évidemment une image du 10ème arrondissement plus agréable à regarder que les lieux où nous vivons, parce qu’il n’y a pas assez de logements sociaux à bon marché, et 110 000 demandeurs en attente.

 

Bertrand Delanoe n’ira pas visiter les chambres d’hôtel insalubres de la rue Jarry, ou de la rue d’Aix, ou les mal logés continuent à croupir, puisque même l’accès à une résidence sociale nécessite désormais plusieurs années d’attente.

 

Bertrand Delanoe ne fera pas de détour par les taudis insalubres où vivent des mal logés du collectif, en suroccupation manifeste, pour qui la loi DALO n’a rien changé, tout simplement parce que les grandes surfaces sont réservées aux entreprises, et que la Ville se refuse à construire le nombre de grands logements sociaux nécessaires.

 

A la Ruche, un entrepreneur peut louer un bureau pour 429 euros par mois. Dans le 10ème, la moindre chambre d’hôtel a un loyer trois fois plus élevé, et aucun propriétaire privé n’accepte de toute façon de louer aux ménages modestes, au contraire, les congés pour vente et les expulsions en conséquence se multiplient sans qu’aucune solution de relogement dans le parc social ne soit proposée.

Comme l’a dit Jean Yves Mano , l’adjoint au Logement , au début de la deuxième mandature, «  Tout le monde ne pourra être logé à Paris ». Ce « tout le monde »  concerne évidemment uniquement les demandeurs de logement social, dans le même temps, les efforts financiers et la recherche de foncier disponible pour accueillir les entreprises sont une priorité municipale.

 

Nous nous invitons donc à La Ruche, pour y attendre le Maire de Paris, car nous sommes aussi des Parisiens, même si nous ne sommes pas de ceux que Bertrand Delanoë a envie de rencontrer, au point de nous envoyer régulièrement des CRS en réponse à nos exigences de relogement .

 

UN LOGEMENT POUR TOUS, TOUT DE SUITE !


13:47 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : collectif des mal-logés, delanoe, pépinière, sdf, dalo; hlm | | |  Facebook

lundi, 26 janvier 2009

Les mal-logés s'invitent aux Etats Generaux des SDF

Une centaine de mal logés se sont invités aujourd'hui aux Etats Generaux des SDF, organisés par Nicole Guedj, notamment pour y interpeller Mr Alain Regnier super préfet à l'hébergement, qui a finalement accepté de nous recevoir dans les plus brefs délais.

Le texte suivant a été lu à la tribune :

_________________________________________________________________________________________________

Comment se fabriquent les SDF, ou l'expérience des mal logés.

 

Le collectif Mal Logés en Colère s'invite aujourd'hui au Etats Généraux des SDF, qui se tiennent à l'école de Sciences Po : à la tribune, ni mal logés ni SDF, mais notamment le Président du Samu Social, le super préfet à l'hébergement, et le préfet de police.

 

Sans domicile fixe, c'est la signification du sigle SDF : nos politiques semblent l'oublier un peu trop souvent, cette définition, pour créer de toutes pièces, un être à part, dont la condition serait finalement inexplicable par le seul manque de logements accessibles à tous.

 

Comment devient-on SDF ? Pourquoi sont-ils si nombreux, pourquoi le SAMU social est-il engorgé ?

 

A partir de combien de temps le mal logé en errance devient-il SDF ?

 

Nous avons la réponse car nous la vivons en direct.

 

A partir du 15 mars, un certain nombre d'entre nous seront mis à la porte de leur logement, parce que le propriétaire vend, parce que nous l'occupons sans le titre ni le droit qu'on n'a pas voulu nous donner. On leur donnera, au mieux une chambre d'hôtel, et grâce au nouveau système SAMU social, probablement dans un autre département, ou ils seront interdits de services sociaux, peut-être interdits d'école, parce que chaque ville considère avoir assez à faire de « ses »  mal logés. Comme tant d'autres, déjà expulsés, on les changera d'hôtel parce que celui-ci est trop pourri, parce que l'hôtelier ne veut plus de familles, pour un autre hôtel plus loin. Ca y est , ils sont SDF.

 

Pas mal de SDF ne dorment pas tous les soirs dehors. Seulement une semaine sur deux et leur adresse administrative est celle d'un tiers. Des dizaines de milliers de personnes sur toute l'Ile de France, SDF invisibles, dorment une semaine chez les parents, une semaine dans un hôtel qu'on paye de sa poche, une semaine dans la rue. Jusqu'au jour ou les tiers disent non. Ca y est , ils sont officiellement SDF.

 

Pourquoi ? Simplement parce qu'on ne leur pas attribué de logement social. Parce que les politiques et les bailleurs n'en construisent pas ou presque pas, parce qu'ils en détruisent et en vendent des centaines de milliers. Et parce que le logement social disparaît, alors les prix du privé augmentent en toute liberté, avec la demande.

 

Et ensuite, le problème non résolu est pris sciemment à l'envers : ne pas avoir de logement fixe détruit les mal logés, et les politiques viennent ensuite parler de l' « impossibilité d'accéder à un logement autonome », de la « désocialisation », et de « solution adaptées » c'est-à-dire toute la gamme des hébergements précaires, des résidences sociales aux hébergements de stabilisation, tous ces « logements passerelles »  qui deviennent vite des impasses, car il n'y pas de logement social à la clé.

 

Et en bas de cette chaîne infernale, qui pourrait être rompue simplement en mettant l'argent nécessaire dans le logement social, le tri se fait à nouveau car l'hébergement précaire devient lui-même rare : et le super préfet, et le SAMU social viennent présenter comme un grand progrès le fait que les places en CHRS , dans les foyers et les dortoirs humanisés ( ?) soient désormais gérées de manière « régionale », ce qui signifie tout bonnement que certains d'entre nous vont courir chaque jour d'un bout à l'autre de l'Ile de France pour un lit de camp et une soupe.

 

Nous les premiers concernés par ce colloque, nous sommes venus rappeler l'évidence, comme nous l'avons fait en occupant Dexia au lendemain de l'annonce des milliards d'euros trouvés en vingt quatre heures pour les banques : que les mêmes sommes soient mises immédiatement dans le logement social et il n'y aura plus de mal logés, et la machine à fabriquer des SDF s'arrêtera.

 

DES VRAIS LOGEMENTS MAINTENANT POUR TOUS !

 

19:20 Écrit par Collectif des Mal-logés en colère ! | Lien permanent | Tags : sdf, dalo, prefet reigner, hebergements, samu social | | |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu